Mardi, un fourgon de l'administration pénitentiaire a été attaqué à Incarville, dans l'Eure.
Deux agents ont trouvé la mort au cours du guet-apens, tandis que trois autres ont été grièvement blessés.
Ces derniers sont désormais "hors de danger", a annoncé le ministre de la Justice, Eric Dupond-Moretti.

Le pronostic vital du surveillant de prison grièvement blessé mardi 14 mai, lors du guet-apens meurtrier à Incarville (Eure), n'est "plus engagé", a indiqué vendredi Éric Dupond-Moretti. Jusqu'à présent, son état de santé "nourrissait beaucoup d'inquiétude", a observé le ministre de la Justice, lors d'un bref point de presse à la Chancellerie. Le garde des Sceaux a par ailleurs confirmé que ses deux collègues également blessés étaient aussi "hors de danger"

Selon des porte-parole de l'intersyndicale de l'administration pénitentiaire, il était notamment redouté que le fonctionnaire le plus gravement touché doive être amputé d'une jambe, mais cette hypothèse n'était plus évoquée jeudi, a indiqué à l'AFP Emmanuel Baudin, secrétaire général de FO Justice.

Mohamed Amra est toujours recherché

Après l'attaque meurtrière d'un fourgon de l'administration pénitentiaire pour faire évader Mohamed Amra, un multirécidiviste toujours recherché et au cours de laquelle deux agents ont trouvé la mort, les surveillants ont entamé mercredi un mouvement de blocage des prisons pour réclamer une amélioration de leur sécurité. Ce mouvement s'est poursuivi ce vendredi, malgré une première réunion deux jours plus tôt entre l'intersyndicale et le ministre. Une deuxième réunion doit avoir lieu en milieu de journée, selon l'intersyndicale.

Les représentants des agents "savent que ma porte est ouverte, les discussions continuent", a commenté dans la matinée Éric Dupond-Moretti. "J'ai affirmé clairement mon soutien indéfectible et ma volonté de mieux assurer leur sécurité", a-t-il rajouté.


Rania HOBALLAH

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info