Attaque à la gare du Nord : l'assaillant placé en garde à vue

A.S
Publié le 12 janvier 2023 à 10h42, mis à jour le 12 janvier 2023 à 10h50

Source : JT 20h Semaine

L'homme soupçonné d'avoir poignardé six personnes mercredi matin gare du Nord à Paris a été placé en garde à vue dans la soirée.
Il avait été hospitalisé dans la matinée après avoir été neutralisé par arme à feu.
Son pronostic vital était alors engagé.

Il est entendu maintenant depuis plusieurs heures. Ce jeudi matin, le parquet de Paris indique à TF1info que l'agresseur présumé de six personnes dans l'enceinte de la gare du Nord mercredi a pu être placé en garde à vue dans la soirée. "L'état de santé du mis en cause ayant été déclaré compatible avec une mesure de garde à vue, celui-ci a été placé sous cette mesure mercredi soir à 21 heures du chef de "tentative d'assassinat", nous précise-t-il. 

Le suspect avait été neutralisé par balles mercredi matin à 6h43, une minute après avoir poignardé six personnes en moins d'une minute. Il avait été hospitalisé dans la foulée, son pronostic vital étant alors engagé. Il n'est désormais plus entre la vie et la mort. 

"Son identité fait encore l'objet de vérification"

Concernant l'identité, la nationalité, et l'âge du suspect, "des vérifications sont toujours en cours", nous précise ce jeudi matin le parquet de Paris. 

"L'homme neutralisé est un Libyen né en 2000. Il était sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF). Étant de nationalité libyenne, la France ne pouvait pas l'expulser vers son pays en raison de l'instabilité qui y règne", avaient indiqué mercredi à la mi-journée plusieurs sources policières. Les autorités françaises n'entretiennent "pas de canal d'échanges pour l'identification des ressortissants libyens", avaient-elles ajouté. 

"L'identification précise du mis en cause est en cours, ce dernier étant enregistré sous plusieurs identités dans le fichier automatisé des empreintes digitales alimenté par ses déclarations au cours de précédentes procédures dont il a fait l'objet", avait expliqué mercredi soir la procureure de la République de Paris Laure Beccuau dans un communiqué. 

"Il pourrait s’agir d'un homme né en Libye ou en Algérie et d'une vingtaine d'années, dont l'âge exact n'est pas confirmé. (...) Le certificat descriptif de ses blessures mentionne deux impacts thoraciques et un impact à l’extrémité inférieure du bras droit", avait-elle ajouté.

Au sujet de l'arme utilisée par le mis en cause, elle précise qu"il s'agit d'un crochet métallique dont la partie la plus longue se termine en pointe, entouré sur sa majeure partie d'une ficelle permettant une meilleure prise en main". 

Le parquet de Paris a ouvert une enquête du chef de tentative d'assassinat et a confié les investigations à la police judiciaire, désignant la Brigade criminelle de la Direction régionale de la police judiciaire comme coordonnateur. L'inspection générale de la police nationale (IGPN) a également été saisie du fait de l'usage par des policiers de leur arme de service.

En l'état, le parquet national antiterroriste ne s'est pas saisi. "Les enquêteurs sont en train de recueillir des éléments permettant d'apprécier la qualification des faits. Des évaluations sont en cours", nous dit-il ce jeudi. 


A.S

Tout
TF1 Info