Attentats dans l'Aude : quatre morts

Attentats dans l'Aude : la caissière du Super U, sauvée par Arnaud Beltrame, "ne souhaite voir personne"

Virginie Fauroux
Publié le 1 avril 2018 à 15h17, mis à jour le 1 avril 2018 à 16h24
Attentats dans l'Aude : la caissière du Super U, sauvée par Arnaud Beltrame, "ne souhaite voir personne"

Source : googlemaps

SEQUELLES - Dix jours après l'attaque du Super U de Trèbes (Aude), Julie, la caissière qui fut la dernière otage du terroriste Radouane Lakdim, vit recluse chez elle. Selon le maire de son petit village, interrogé par le JDD, la jeune femme, sauvée par le sacrifice du colonel Arnaud Beltrame, est "profondément traumatisée".

Sa route a croisé celle de Radouane Lakdim le 23 mars dernier. Julie V., l'hôtesse de caisse du Super U de Trèbes (Aude) est prise en otage par le terroriste. Après avoir tué sous ses yeux Hervé Sosna, un client du magasin et Christian Medvès, le chef boucher du supermarché, l'homme l'a tient en joue pendant près d’une heure. Des minutes interminables, seule face au tueur,  jusqu'à ce que le lieutenant-colonel Arnaud Beltrame propose de prendre sa place en échange de sa libération. 

Il m'a dit qu’elle était allongée, qu’elle se reposait. Je n'ai pas pu la voir.

Marc Dormières, le maire de sa commune

Dix jours après cette attaque terroriste, la jeune femme de 40 ans est toujours sous le choc. Elle ne veut pas encore parler de ce qu’elle a vécu, assure le Journal du dimanche ce 1er avril. Mariée et mère d’une petite fille de 2 ans et demi, Julie habite à proximité de Carcassonne. Elle a un diplôme d'ingénieur "qualité sécurité environnement",  mais après avoir perdu son emploi, elle travaillait depuis un an au Super U de Trèbes comme hôtesse de caisse.

"Pour le moment, elle reste très affectée et ne souhaite voir personne", a expliqué Marc Dormières, le maire de la petite commune audoise de Puichéric, où vit la jeune femme, à nos confrères du JDD. Depuis l'attentat, l'élu s'est rendu à plusieurs reprises à son domicile, mais il n'a pas pu la rencontrer. Vendredi, son mari lui a ouvert la porte : "Il m'a dit qu’elle était allongée, qu’elle se reposait. Je n'ai pas pu la voir.", a-t-il déclaré dans le quotidien.

Attaques dans l'Aude : la prise d'otages de Trèbes racontée par ceux qui l'ont vécueSource : JT 20h WE
JT Perso

Lundi dernier, Julie a quand même trouvée la force de retourner au Super U de Trèbes pour participer à la minute de silence en hommage aux quatre victimes du terroriste. Elle s'est confiée à son entourage : "Il a donné sa vie pour moi, il s’est fait tuer pour que je vive." Mais depuis, elle s'est enfermée dans le silence. Trop bouleversée pour pouvoir parler, la jeune femme fait l’objet d’un important suivi psychologique.


Virginie Fauroux

Tout
TF1 Info