Attentats du 13-Novembre : la radio d'une victime du Bataclan mise aux enchères par un chirurgien, l'AP-HP dénonce un comportement "indigne"

M.G
Publié le 23 janvier 2022 à 8h14
Évacuation d'une personne blessée au Bataclan lors des terribles attentats du 15 novembre 2015.

Évacuation d'une personne blessée au Bataclan lors des terribles attentats du 15 novembre 2015.

Source : DOMINIQUE FAGET / AFP

CHOC - Un chirurgien de l'AP-HP a mis en vente, sur un site d'enchères, la radio d'une survivante des attentats du Bataclan. Le médecin, interrogé par Médiapart, a reconnu une "erreur". Un acte scandaleux, selon l'APHP qui compte saisir l'Ordre des médecins.

Le site d'investigation Médiapart a révélé qu'un chirurgien de l'AP-HP avait mis en vente la radio de l'une de ses patientes, une femme ayant survécu aux attentats du Bataclan. Sur la photo de l'objet, publiée sur un site d'enchères, on peut voir une balle ayant transpercé l'avant-bras et toujours présente dans le membre. Prix de départ du produit ? 2776,70 dollars.

Pour accompagner l'image, le médecin a écrit un texte qui en présente le contexte. "41 (victimes) ont été adressées à notre centre, l’Hôpital européen universitaire Georges-Pompidou, et 22 nécessitant une intervention chirurgicale ont été hospitalisées" à la suite des attentats du Bataclan, peut-on lire. "Du 14 novembre à 0h41 au 15 novembre à 1h10, 23 interventions chirurgicales ont été réalisées sur 22 blessés. Parmi ces patients, j’ai personnellement opéré 5 femmes, dont ce cas. Cette jeune patiente, qui a perdu son petit ami dans cette attaque, avait une fracture ouverte de l’avant-bras gauche avec une balle restante de Kalachnikov dans les tissus mous", explique le chirurgien. 

Le vendeur reconnaît une "erreur"

Amené à se justifié par Médiapart, le vendeur aurait, dans un premier temps, "éclaté de rire" en apprenant l’objet de l’appel. "Cette image, je ne l’ai pas vendue ! D’ailleurs, je ne suis pas sûr de la vendre", a-t-il commencé auprès de nos confrères, affirmant avoir agi "dans une vocation pédagogique, pour intéresser les gens". L'orthopédiste réputé a ensuite reconnu une "erreur"

L'ordre des médecins saisi

À noter que le professionnel n'aurait demandé aucune autorisation pour publier cette radio, ni auprès de l’AP-HP ni auprès de la patiente sur laquelle celle-ci a été pratiquée. Dans la foulée, les hôpitaux de Paris ont fustigé cette initiative, évoquant une "publication particulièrement problématique, choquante et indécente"

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP a fustigé un "acte scandaleux [...] d'une gravité exceptionnelle" et fait part de sa "vive indignation" sur les réseaux sociaux. "Cet acte est contraire à la déontologie, met en cause le secret médical,  va à l'encontre des valeurs de l'AP-HP et du service public", continue-t-il. L'administration de l'AP-HP va, sans délai, saisir l'ordre des médecins et les "ministres qui disposent du pouvoir disciplinaire", conclut le dirigeant. 

Les attentats du 13 novembre 2015 ont fait 131 morts et des centaines de blessés à Paris et à Saint-Denis. 90 d'entre elles sont tombées lors de l'attaque terroriste sur la salle de concert du Bataclan, dans le 11ème arrondissement.  L’attaque de la salle de concert du Bataclan a fait 90 victimes.


M.G

Tout
TF1 Info