Aubervilliers : l'homme qui a mortellement percuté une fillette s'est rendu et "a reconnu les faits"

La rédaction de LCI
Publié le 22 juillet 2020 à 17h50
Aubervilliers : l'homme qui a mortellement percuté une fillette s'est rendu et "a reconnu les faits"
L'essentiel

FAIT DIVERS - Un homme a été placé en garde à vue ce mercredi au commissariat d'Aubervilliers dans le cadre de l'enquête ouverte après la mort d'une fillette percutée il y a deux jours sur un passage piéton. Face aux enquêteurs, il a reconnu avoir renversé l'enfant avant de prendre la fuite.

Il était recherché depuis près de 48 heures et s'est finalement rendu de lui-même ce mercredi vers midi au commissariat d'Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). L'homme au volant du véhicule qui a percuté lundi soir une fillette sur un passage piéton dans cette commune de Seine-Saint-Denis "a reconnu les faits" face aux enquêteurs, selon une source judiciaire. 

Le suspect, né en 2000, a été placé en garde à vue pour "homicide involontaire, "défaut de permis", "délit de fuite" et "violation de l'obligation de prudence et de sécurité". Déjà connu de la justice pour diverses infractions, il a expliqué avoir quitté les lieux après l'accident car il avait "paniqué".

Quatre autres personnes se trouvaient à bord du véhicule au moment du drame. On ignore si elles ont été identifiées à ce stade des investigations.

L'accident est survenu lundi 20 juillet peu avant 19 heures sur une portion de la RN2 très fréquentée, près de Paris. A la suite du choc, la fillette, qui était accompagnée de sa mère, a été projetée à 13 mètres, selon une source policière. "Rapidement prise en charge par le médecin du Samu", elle souffrait "de multiples fractures au crâne et d'un poumon touché", selon cette source.

L'enfant avait été ensuite transportée sous escorte motocycliste à l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris avec "un pronostic vital très engagé". Son décès a été prononcé peu avant 22 heures.

L'exploitation des vidéos de surveillance a permis d'identifier le véhicule. Il a été retrouvé vide dans la soirée à Pantin. 

Deux personnes avaient été placées en garde à vue mardi, dont l'ancien propriétaire du véhicule impliqué dans l'accident. Elles avaient été finalement remises en liberté dans la soirée sans qu'aucune poursuite ne soit engagée à leur encontre.