Automobiliste tué à Sevran : le parquet demande la mise en examen du policier

A.S
Publié le 1 avril 2022 à 16h15, mis à jour le 2 avril 2022 à 14h54
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Le parquet de Bobigny a requis ce vendredi la mise en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort" du policier impliqué dans la mort d'un homme de 33 ans.
Ce dernier n'a pas survécu.

Le parquet de Bobigny a requis ce vendredi la mise en examen du policier impliqué dans la mort d'un homme de 33 ans à Sevran le week-end dernier pour "violences volontaires ayant entraîné la mort".  L'IGPN avait été saisi après ces événements.

Face aux enquêteurs, le policier a affirmé "s'être senti en état de légitime défense". Lors de sa première audition, il déclarait "s'être placé au niveau de la vitre conducteur, avoir levé son arme en criant 'police' et disait avoir tenté à plusieurs reprises d'ouvrir la portière qui était verrouillée", rapporte le procureur de la République de Bobigny ce vendredi. "Il voyait le conducteur enclencher une vitesse et accélérer fortement", poursuit Éric Mathais. Le fonctionnaire de police affirme avoir été "déséquilibré", "s'être senti en état de légitime défense" et "avoir fait feu pour cette raison". 

Un seul coup de feu

Mercredi, le policier avait été placé en garde à vue, quatre jours après les faits qui ont provoqué de vives tensions dans plusieurs villes de Seine-Saint-Denis. En "état de choc", il n'avait pu être entendu plus tôt, avait précédemment indiqué le procureur. 

Le drame s'est déroulé samedi à la mi-journée, quand un équipage de la brigade anti-criminalité d'Aulnay-sous-Bois a voulu contrôler la fourgonnette signalée volée conduite par la victime.

Lire aussi

"Un policier s'est porté à la hauteur de la vitre du conducteur et, dans des circonstances qui restent à déterminer, a fait usage de son arme - un seul coup de feu - au moment où la camionnette redémarrait brusquement", avait retracé le procureur de la République Eric Mathais dans un communiqué dimanche.

Grièvement blessé à l'omoplate gauche, le chauffeur est mort en fin d'après-midi à l'hôpital. L'autopsie a confirmé que le tir était à l'origine du décès.


A.S

Tout
TF1 Info