Les forces de l'ordre procèdent ce mercredi matin à l'évacuation d'un gigantesque squat situé à Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne.
Cette opération programmée intervient à 100 jours des Jeux Olympiques.
450 migrants avaient élu domicile dans cette entreprise désaffectée.

Le plus grand squat de France - qui a abrité jusqu'à 450 migrants, en situation régulière pour la plupart selon les associations - était en cours d'évacuation mercredi matin dans la banlieue sud de Paris, à 100 jours des Jeux olympiques, ont constaté des journalistes de l'AFP.

L'opération, attendue depuis plusieurs jours, a incité de nombreux sans-abri qui avaient trouvé refuge dans cette entreprise désaffectée de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), à quitter les lieux avant l'arrivée des forces de l'ordre.

Certains logeaient là depuis plusieurs mois

Quelque 250 agents ont été mobilisés pour cette opération, selon la préfecture du Val-de-Marne.

Des valises à la main, le visage inquiet, les quelque 300 occupants qui restaient encore ont quitté les lieux peu après 8h ce mercredi matin. Ils logeaient dans ces locaux depuis plusieurs mois pour certains, faute de trouver un logement dans le parc privé ou dans l'attente d'un logement social.

Réactions sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, les associations et collectifs qui protègent les exilés et migrants n'ont pas tardé à réagir. Le Collectif Accès au Droit (CAD) qui se décrit comme un "observatoire des atteintes aux droits, du non-accueil et des violences policières commises à l'encontre des personnes exilées en situation de rue", a immédiatement dénoncé cette opération. "Rien de pérenne, on évacue, on disperse, on invibilise", écrit-il sur le réseau social X en mentionnant l'approche des Jeux Olympiques 2024.

Selon l'association United migrants, qui leur apporte régulièrement son aide, 80% d'entre eux sont en situation régulière en France.

Depuis plusieurs mois, le collectif le Revers de la médaille, qui regroupe des associations venant en aide aux personnes précaires vivant dans la rue, alerte sur le sort des sans-abri dont les camps de fortune sont, selon lui, démantelés à un rythme plus soutenu à l'approche des JO (26 juillet - 11 août).


A.S

Tout
TF1 Info