Bébé décédé dans une crèche de Lyon : l'employée reconnait lui avoir fait ingérer un produit caustique

Maurine Bajac et Aurélie Sarrot
Publié le 24 juin 2022 à 18h56, mis à jour le 24 juin 2022 à 21h12
JT Perso

Source : JT 20h WE

Un nourrisson âgé de 11 mois a été retrouvé inconscient mercredi dans une crèche de Lyon (Rhône).
Une employée de la structure a reconnu l'avoir aspergé, puis lui avoir fait ingérer un produit caustique parce qu'elle ne supportait pas ses pleurs.

Deux jours après le drame, c'est un terrible dénouement que révèle le parquet de Lyon ce vendredi 24 juin. Mercredi matin, les pompiers étaient intervenus dans une crèche privée du IIIe arrondissement de Lyon pour porter secours à une fillette âgée de 11 mois qui était inconsciente. Admise en urgence à l'hôpital Femme Mère Enfant - HCL, l'enfant n'avait malheureusement pas survécu. 

Dès jeudi, le parquet de Lyon indiquait à TF1info avoir ouvert une enquête du chef d’"homicide involontaire'". "Les premiers éléments de cette enquête appuient l’hypothèse d’une ingestion par l’enfant d’un produit toxique", avait informé le parquet. Cette information a été confirmée ce vendredi, ajoutant que ce qui semblait être un accident est en réalité un acte volontaire.

Lire aussi

L'employée a reconnu les faits

Le parquet de Lyon précise en effet ce jour, à notre rédaction, qu'une employée de la crèche a avoué devant les enquêteurs être à l'origine du malaise de l'enfant qui a entraîné par la suite sa mort.

"Elle a reconnu avoir aspergé puis fait ingérer un produit caustique au bébé de onze mois, excédée par ses pleurs. Elle est déférée par le Parquet de Lyon en vue d’être mise en examen pour homicide volontaire sur mineur. Son placement en détention provisoire a été requis", fait savoir le parquet de Lyon ce vendredi après-midi. 

Selon nos informations, la mise en cause n'avait pas d'antécédents judiciaires connus. Une expertise psychiatrique devrait permettre d'en savoir plus sur sa personnalité. De son côté, la famille de la fillette de 11 mois, extrêmement choquée, a fait l'objet d'une prise en charge psychologique. 


Maurine Bajac et Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info