Besançon : un homme égorge sa femme et tente de retourner l'arme contre lui

La rédaction de LCI
Publié le 31 décembre 2021 à 11h17
Le Pnat a réclamé le 8 avril l'ouverture d'un procès contre des membres du groupuscule OAS.

Le Pnat a réclamé le 8 avril l'ouverture d'un procès contre des membres du groupuscule OAS.

Source : VALERY HACHE / AFP

FAIT DIVERS - Un sexagénaire a assassiné sa femme mercredi soir à l'arme blanche à Besançon (Doubs) avant de s'asséner un coup de couteau à la gorge. Son pronostic vital est engagé.

C'est une voisine, inquiétée par les bruits d'une altercation, qui a composé mercredi soir le 17. À leur arrivée, les policiers ont aperçu une femme grièvement blessée sur un balcon, appelant au secours sous les coups de son compagnon.

La victime, âgée de 56 ans, est rapidement décédée après l'arrivée des forces de l'ordre dans l'appartement. Elle présentait neuf plaies par arme blanche, dont une "très profonde au niveau de la gorge", a précisé la vice-procureure du tribunal judiciaire de Besançon qui s'est rendue sur place .

Aucun antécédent judiciaire

En voyant les forces de l'ordre et alors que des sommations lui ont été faites, le compagnon de la victime, âgé de 61 ans, a retourné l'arme contre lui. "Il présentait une plaie profonde à la gorge et des lésions au niveau du thorax", a précisé la magistrate. Il a été transporté au CHRU de Besançon. Son pronostic vital étant engagé. 

Le couple, parent d'un enfant, ne présentait "aucun antécédent, il n'était absolument pas connu des autorités policières et judiciaires", a précisé la vice-procureure. Le meurtrier présumé était toujours hospitalisé ce vendredi. Les investigations se poursuivent.

Lutte contre les féminicides : les manquesSource : La Matinale LCI Week-end
JT Perso

Selon un bilan du ministère de l'Intérieur, 102 hommes ont tué leur conjointe ou ex-conjointe en 2020. Ils étaient 146 en 2019.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info