Jeune femme frappée par son ex à Blois : sa mère aurait "supplié" les policiers de prendre la plainte de sa fille

Maurine Bajac
Publié le 20 décembre 2022 à 18h40, mis à jour le 21 décembre 2022 à 9h14

Source : JT 20h Semaine

Mardi 12 décembre vers 17 heures, une jeune femme âgée de 24 ans s'est présentée au commissariat de Blois pour déposer plainte contre son ex.
Les policiers lui ont dit de revenir le lendemain.
Elle n'a pas eu le temps, deux heures plus tard, elle a été lynchée par son ancien petit ami et retrouvée inconsciente par les secours.

L'IGPN devra faire toute la lumière sur cette affaire. Mardi dernier, une jeune femme âgée 24 ans a été frappée par son ex-compagnon avant d'être retrouvée inconsciente dans le hall de son immeuble. Deux heures plus tôt pourtant, cette même jeune femme s'était présentée au commissariat de Blois pour déposer une plainte contre son ancien compagnon. Celle-ci n'a pas été enregistrée, car les policiers ont demandé à la jeune femme de revenir le lendemain pour faire cette démarche. Elle n'en a pas eu le temps. 

Depuis, la victime prénommée Chloé est sur un lit d'hôpital, plongée dans un coma dont on ne sait si elle s'en remettra. Son agresseur présumé a été interpellé, entendu et placé en détention provisoire. Ce dernier a reconnu des coups sur la victime, mais conteste avoir eu toute volonté de la tuer.

Un proche assure qu'il frappait Chloé depuis le début

Ce mardi, nous avons pu joindre un proche de la victime. "Le jour où Chloé est allée porter plainte, elle était au téléphone avec sa maman. Elle lui a tout raconté", indique-t-il. "Sa mère l'a encouragée à porter plainte et l'a gardée au téléphone, écoutant ainsi la conversation. Le policier a refusé de prendre sa plainte, expliquant que Chloé n'avait pas déposé de main courante et que ça n'était plus possible à cette heure de le faire."

"Chloé a passé son téléphone au policier, à l'autre bout, sa mère l'a supplié de prendre sa plainte. Mais il a refusé. Elle lui a assuré que son agresseur devait attendre devant chez sa fille, mais le policier a refusé de mettre en place toute protection", poursuit ce proche, selon qui la jeune femme a subi des coups "dès les premières semaines de leur rencontre".

Toujours selon ce proche, c’est au mois d’août que Chloé avait rencontré son compagnon, "de confession musulmane", précise-t-il. "Il a très vite demandé à Chloé de se convertir. (…) Elle s'est renfermée sur elle-même et n'a pas parlé de ses problèmes à sa famille", affirme-t-il.

Le parquet de Blois a ouvert une information judiciaire du chef de "tentative de meurtre par une personne ayant été le concubin de la victime", cette qualification pénale étant susceptible d’évoluer. 


Maurine Bajac

Tout
TF1 Info