Selon les signalements effectués, l'enseignant a filmé plusieurs élèves "sous la douche" durant une sortie scolaire, lundi 19 juin.
Le quinquagénaire a été incarcéré, soupçonné d'avoir aussi commis des agressions sexuelles.
Des "images à caractère pédopornographique" ont été retrouvées dans son ordinateur.

Les faits se seraient produits le 19 juin dernier. Ce dimanche, le parquet de Bordeaux a annoncé la mise en examen d'un enseignant de 52 ans pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans", "voyeurisme sur mineur" et "détention d'images pédopornographiques". Il a été placé en détention provisoire.

Selon les éléments communiqués par le parquet à l'AFP confirmant une information de Sud Ouest, les faits ont été dénoncés lors d'une classe découverte "littoral" sur le bassin d'Arcachon, à Andernos-les-Bains. Trois classes de CM2 de l'ensemble scolaire privé Saint-Genès La Salle participaient à cette sortie. 

Quatre élèves auraient alors alerté une mère accompagnatrice sur le fait que cet enseignant "les avait filmées sous la douche en passant son téléphone portable sous la porte des cabines individuelles", a indiqué la procureure de la République adjointe de Bordeaux, Rachel Bray. Le lendemain, le chef d’établissement a signalé au parquet de Bordeaux des faits de voyeurisme aggravés en mettant en cause cet enseignant titulaire. Professeur de CM1, il remplaçait alors une collègue, selon nos confrères de la presse quotidienne régionale. 

Attouchements sexuels

Une enquête de flagrance a été ouverte du chef de "voyeurisme sur mineur" et confiée aux services de police de la sûreté départementale qui ont mis, mercredi, l'homme en garde à vue. "L’exploitation du matériel informatique a permis de découvrir des photos de jeunes filles sous la douche, plusieurs captures d’écran de vidéos au cours desquelles le mis en cause procédait à des attouchements de nature sexuelle sur mineures et quelques images à caractère pédopornographique téléchargées", précise la magistrate. 

Après avoir nié l'intégralité des faits, l'instituteur a reconnu "une partie des [infractions] reprochées". Face à ces faits présumés, la justice a décidé d'ouvrir une information judiciaire qui sera confiée à un juge d'instruction.


B.L. avec AFP

Tout
TF1 Info