Un homme de 26 ans a été mis en examen jeudi à Bordeaux après un signalement Pharos.
Le suspect prévoyait une "action violente" ce jeudi dans la ville girondine.
En garde à vue, le suspect, "fragile psychologiquement", a admis avoir envisagé un passage à l'acte.

Son message, très inquiétant, a fait l'objet d'un signalement sur la plateforme Pharos. Mardi, un homme soupçonné d'avoir voulu commettre une "action violente" se terminant par sa propre élimination ce jeudi a été interpellé à Bordeaux (Gironde), a appris la rédaction de TF1-LCI de source proche du dossier, confirmant une information de CNews

La date du 23 mai n'aurait pas été choisie au hasard : elle coïncide avec le dixième anniversaire de la tuerie de masse d'Isla Vista, en Californie, perpétrée par Eliott Rodger, adulé du suspect. Hasard du calendrier ou non, elle marque aussi le jour où la flamme olympique est de passage dans la ville girondine.

Signalement après "un message inquiétant"

C'est à la suite d’un signalement Pharos datant du 14 mai à propos d’un clip faisant l’apologie du tueur Elliot Rodger diffusé sur Facebook que le jeune homme a été interpellé une semaine plus tard. La vidéo était accompagnée de ces mots : "Tu nous manques Elliot". Les investigations ont permis d'identifier rapidement l'auteur présumé de la publication. 

La procureure de la République de Bordeaux, Frédérique Porterie, a confirmé à TF1/LCI avoir ouvert une enquête vendredi après la détection d'"un message inquiétant pouvant correspondre à une apologie de crime et faisant référence à la tuerie de masse survenue en Californie".

Aucun antécédent judiciaire

Placé en garde à vue mardi, le jeune homme né en 1998 et domicilié à Eysines (Gironde) a confirmé aux enquêteurs son fanatisme pour tueur américain, sa sympathie pour le courant "Incel" ("involuntary celibates" ou "célibataires involontaires" en français) et son aversion pour les femmes. 

L’intéressé, sans antécédent judiciaire, a également admis avoir envisagé un passage à l’acte, sans lieu déterminé, suite à une agression subie. "Aucune référence à la flamme olympique n’a été évoquée", précise la procureure de la République de Bordeaux. Dans un communiqué publié jeudi soir, la procureure a précisé que le suspect avait admis, en garde à vue, avoir envisagé un passage à l'acte, tout en déclarant qu'il n'en aurait jamais eu le courage. L'homme est décrit comme "très fragile psychologiquement" par ses proches, selon la même source, mais l'expert psychiatre désigné n'a pas relevé de trouble particulier. 

Les éléments recueillis au cours de l’enquête ont mis en évidence sa volonté de s’armer et de faire du mal. Au cours de la perquisition à son domicile, un revolver Gomm cogne, plusieurs téléphones portables et un ordinateur ont été saisis. 

Le suspect a été mis en examen ce jeudi "du seul chef d'association de malfaiteurs", a indiqué la procureure de Bordeaux. Il a été placé sous contrôle judiciaire, contrairement aux réquisitions du parquet, et ce dernier va faire appel de cette décision. En outre, "une information judiciaire a été requise ce jour pour apologie de crime et association de malfaiteurs assortie de réquisitions aux fins de placement en détention provisoire de l’intéressé".

Darmanin salue l'"engagement" des forces de l'ordre

Dans un message sur le réseau social X, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait indiqué plus tôt ce jeudi qu'"un individu planifiant une action violente lors du passage du relais de la flamme olympique à Bordeaux a été interpellé".

"Merci aux policiers et plus largement à l’ensemble des agents du ministère de l'Intérieur qui sécurisent cette fête populaire avec un professionnalisme et un engagement remarquables", a-t-il également souligné. 


A.S avec Marie Belot

Tout
TF1 Info