Couple tué par un gendarme ivre au volant : la famille dénonce un "procès bâclé"

La rédaction de LCI
Publié le 5 mars 2019 à 10h00, mis à jour le 5 mars 2019 à 10h14
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ACCIDENT MORTEL - Mardi 26 février 2019, un gendarme en état d'ivresse a tué un couple de retraités dans l'Isère en percutant leur voiture. Jugé coupable en comparution immédiate, le chauffard de 35 ans a été condamné à trois ans de prison dont 18 fermes. Mais la famille des victimes estime qu'il reste encore des zones d'ombre dans l'affaire.

Un fait divers dramatique, qui soulève également des questions sur le fonctionnement de notre justice. Mardi 26 février aux alentours de 19 heures, sur une route de l'Isère, un gendarme a percuté et tué deux retraités dans leur véhicule. Le couple, à l’arrêt a cause d’un embouteillage, a été touché par l’arrière à vive allure et n'a pas survécu. 

Au moment de l'accident, le militaire de 35 ans avait cinq fois plus d'alcool dans le sang que la dose légale ne le permet. Taux d'alcoolémie : 2,54 grammes par litres de sang au lieu des 0,5 g autorisés. Le chauffard a été jugé deux jours plus tard en comparution immédiate.

Une procédure inadaptée à la gravité des faits

Une décision qui étonne les experts juridiques. Rémy Josseaume, avocat spécialiste en droit routier, explique à TF1 que "les comparutions immédiates, en matière de délit routier, sont réservées aux infractions simples, ou aux cas de récidives d'alcoolémie, mais certainement pas lorsqu'il y a des homicides involontaires." Pour lui, cette décision de justice "n'est pas une procédure adaptée" à ce qu'il s'est passé. Il n'y a eu ni instruction d'expertise, ni contre-expertise. Pour la famille des victimes, c'est "un procès bâclé, qui n'a pas fait toute la lumière [sur l'accident], en omettant d'autres responsabilités".

Accident à Bourgoin-Jallieu : le gendarme ivre était-il le seul responsable ?Source : JT 20h Semaine
JT Perso

La responsabilité des collègues en question

Le chauffard était accompagné d’un collègue gendarme et de deux de leurs enfants. Dans le bistrot Colette, à Bourgoin-Jallieu, un employé confirme sous couvert d’anonymat qu'"ils ont bu des pintes de bières toute l’après-midi entre collègues, en grande quantité". Des collègues ayant bu jusqu’à l’ivresse avec le gendarme incriminé et qui pourraient être tenus comme pénalement responsables pour ne pas l’avoir empêché de prendre le volant. Dans d'autres cas, il y a déjà eu des condamnations sur les proches, qui étaient témoins de l'état d'ébriété et de l'intention de conduire de la personne ayant provoqué un accident mortel.

Le gendarme au volant a été condamné à 3 ans de prison, dont 18 mois fermes, et ne pourra plus exercer son métier. Lors du procès, il a présenté ses excuses aux proches des victimes. Ce qui ne les a pas empêchés d'être "scandalisés" par la façon dont cette affaire a été traitée par la justice.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info