Brest : enquête ouverte après la mort d'une enfant de 11 ans pendant une opération du dos

par B.L. avec AFP
Publié le 14 septembre 2023 à 21h23, mis à jour le 15 septembre 2023 à 11h30

Source : Sujet TF1 Info

Admise pour une opération visant à traiter sa scoliose, la jeune fille a subi une perforation de la trachée pendant l'anesthésie.
Elle est décédée le 3 août dernier, 48 heures après son entrée à l'hôpital.
Jeudi 14 septembre, le parquet de Brest a confirmé l'ouverture d'une enquête pour "homicide involontaire".

L'avocat de la famille fustige un "défaut de compétences". Après la mort d'une fille de 11 ans au CHU de Brest en août dernier, une enquête a été ouverte par le procureur de Brest pour "homicide involontaire", a indiqué le parquet à l'Agence France-Presse. La jeune fille devait être opérée d'une scoliose au moment du drame.

Selon l'avocat de la famille, la jeune fille a été admise au centre hospitalier universitaire de Brest le 1ᵉʳ août pour être opérée d'une scoliose. Mais l'opération n'a jamais eu lieu. La jeune patiente aurait, en effet, subi une perforation de la trachée au moment de l'anesthésie, confirmant une information du quotidien Ouest-France

Cette perforation a comprimé les organes, dont le cœur, et "il y a eu une privation d'oxygène au niveau cérébral qui a provoqué la mort de l'enfant", a ajouté l'avocat. Ce dernier assure avoir fait analyser les pièces du dossier médical par cinq professeurs de médecine.

C'est une petite fille qui allait parfaitement bien et allait rentrer en 6ᵉ en septembre.
Me Vincent Sehier, avocat des parents

"Il était encore possible de sauver l'enfant", après la perforation, estime Me Sehier. "La situation ne semble pas avoir été comprise et les décisions thérapeutiques appropriées n'ont pas été prises non plus." "C'est une petite fille qui allait parfaitement bien et allait rentrer en 6ᵉ en septembre", a raconté l'avocat des parents, Me Vincent Sehier. "Un tel décès, c'est exceptionnel", a souligné Me Sehier, pointant des "erreurs en chaîne" et un "défaut de compétence de l'équipe de soins".

Le décès de l'enfant a été constaté le 3 août et les parents ont déposé plainte cinq jours plus tard.

Me Sehier regrette que le CHU ne lui ait pas transmis toutes les pièces médicales demandées. Il entend, désormais, obtenir une expertise médiale contradictoire auprès de la commission de conciliation et d'indemnisation des accidents médicaux. Le CHU de Brest s'est refusé à tout commentaire sur le sujet en raison de l'"enquête judiciaire en cours", tout en présentant "toutes ses condoléances à la famille de la jeune fille". "Nous partageons leur peine en ce moment de deuil", a ajouté le centre hospitalier.

Une autopsie de la fillette a été réalisée. L'enquête a été confiée aux enquêteurs de la sûreté départementale, a ajouté le procureur de la République de Brest, Camille Miansoni. 


B.L. avec AFP

Tout
TF1 Info