Cas de botulisme à Bordeaux : ce que le patron du "Tchin Tchin Wine Bar" a dit en garde à vue

par M.G avec Raphaël MAILLOCHON
Publié le 6 décembre 2023 à 19h12, mis à jour le 6 décembre 2023 à 19h21

Source : JT 20h Semaine

À l'issue de sa garde à vue, le patron du "Tchin Tchin Wine bar" à Bordeaux a été mis en examen, notamment pour "mise en danger de la vie d'autrui".
Lors de son audition par les forces de l'ordre, il a fait part de sa bonne foi et a reconnu son manque d'expertise en matière hygiénique.

De premiers éléments de compréhension. Longuement interrogé par les enquêteurs de la police judiciaire et de l'OCLAESP, le gérant du "Tchin Tchin Wine Bar" à Bordeaux - qui a servi des sardines mal conservées à ses clients - est revenu sur son parcours professionnel et sur les différentes formations qu'il a pu suivre au cours de sa carrière. Il a tenté par ce biais de se dédouaner des faits qui lui sont reprochés. "Je n'ai jamais effectué de formation spécifique à la fabrication de conserves", a-t-il déclaré, selon une source proche du dossier à TF1/LCI. Mais "c'est vrai qu'il m'est arrivé de rencontrer des difficultés lors de la stérilisation des conserves. Pendant ces opérations, j'ai eu été confronté à des problèmes à cause de joints défectueux", a-t-il reconnu. 

Mis en examen et placé sous contrôle judiciaire

Au cours de sa garde à vue, l'homme a d'ailleurs pris un exemple précis, puisque "sur le dernier lot daté du 30 août et servi au restaurant dès le 02 septembre", il "a jeté plusieurs bocaux". Interrogé sur la pertinence de s'être débarrassé de certaines conserves et pas d'autres, il a indiqué avoir mis à la poubelle celles qui "dégageaient une mauvaise odeur à l'ouverture, juste avant de les servir". Au contraire, les aliments qui "paraissaient sains au niveau de l'apparence... et de l'odeur" ont, eux, été commercialisées sans scrupules. 

Après cette audition par les forces de l'ordre, le patron du bar bordelais a été mis en examen en raison de "divers manquements aux règles d'hygiène sanitaire par le responsable de l'établissement, notamment quant à la confection des conserves artisanales", a annoncé dans un communiqué Frédérique Porterie, procureure de la République à Bordeaux. Il a été déféré pour "homicide et blessures involontaires", "mise en danger de la vie d'autrui", "non-assistance à personne en péril" et "mise en vente de denrées corrompues ou toxiques". Par ailleurs, le parquet a "requis son placement sous contrôle judiciaire avec interdiction d'exercer [...] toute activité en lien avec la restauration". Il encourt une peine entre deux et cinq ans de prison et 45.000 à 600.000 euros d'amende.

Au total, 16 clients, dont une majorité d'étrangers, ont été identifiés comme "cas suspects de botulisme" après avoir mangé des sardines en conserve de fabrication artisanale entre le 4 et le 10 septembre, ce qui coïncide avec le début de la Coupe du monde de rugby, dans ce restaurant touristique. Une femme de 32 ans, de nationalité grecque, est même décédée à son domicile à Vincennes le 12 septembre (Val-de-Marne).

 Pour rappel, le botulisme est une affection neurologique rare et grave, mortelle dans 5 à 10% des cas, provoquée par une toxine très puissante produite par une bactérie qui se développe notamment dans les aliments mal conservés, faute de stérilisation suffisante.


M.G avec Raphaël MAILLOCHON

Tout
TF1 Info