Chat torturé à mort à Draguignan : le ou les auteurs des violences activement recherchés , un appel à témoins lancé

Aurélie Sarrot
Publié le 17 juin 2017 à 9h34
Chat torturé à mort à Draguignan : le ou les auteurs des violences  activement recherchés , un appel à témoins lancé

CRUAUTÉ – Un appel à témoins a été lancé vendredi par le procureur de la République de Draguignan pour tenter de retrouver la ou les personnes qui ont martyrisé Chevelu, un chat qui vivait dans cette ville du Var et qui a été retrouvé mort dans la rue le 31 mai dernier. Deux rassemblements sont prévus ce samedi après-midi à Draguignan et à Marseille pour dénoncer les violences qu’a subies l’animal et les tortures trop souvent infligées aux animaux.

Le triste sort du félidé a bouleversé des dizaines de personnes. Près de trois semaines après la disparition de Chevelu, chat torturé à mort le mercredi 31 mai dernier à Draguignan (Var) et retrouvé au petit matin dans la rue couvert de sang, le procureur de la République Ivan Auriel a lancé vendredi un appel à témoins pour tenter de retrouver le ou les auteurs des violences qui ont entraîné la mort du félidé. 

C’est une bénévole de l’association Les amis des Chats qui avait retrouvé le quadrupède, au petit matin. Joint par LCI au lendemain des faits, Alain Manjard, président de l’association était encore très ému en évoquant les faits. "Cette bénévole m’a appelé à 7h30 mercredi matin (le 31 mai). Elle était en larmes, elle arrivait à peine à parler, nous avait-il dit. Elle a retrouvé le chat sous un porche, il y avait du sang partout. Il a été torturé à mort, il a été massacré et a reçu de nombreux coups. Son  crâne était défoncé, il avait l’œil éclaté… Horrible".

Des témoins apeurés?

Dénonçant les ‘violences extrêmes’ subies par l'animal, Alain Manjard avait d’ores et déjà indiqué qu’il "n’était pas question d’en rester là". Le président des Amis des chats avait d’ailleurs affirmé à notre rédaction que plusieurs personnes, témoins des tortures s’étaient manifestées auprès de lui et des bénévoles pour faire part de ce qu’ils avaient vus ou entendus la nuit des faits. 

"Deux personnes, des riverains, nous ont dit avoir vu une bande d'adolescents – quatre garçons et une fille - sous ce porche dans la nuit de mardi à mercredi entre minuit et deux heure du matin, avait confié le président de l’association à LCI. Ils ont regardé par leur fenêtre après avoir entendu du bruit. Des jeunes visiblement fiers de ce qu’ils venaient de faire". 

Alain Manjard redoute pourtant que sa plainte ne mène à rien : "Les auteurs de ces actes sont identifiés par les gens du quartier. Nous avons leurs noms. Mais les témoins ont peur de témoigner auprès des forces de l’ordre. Ils ont été menacés à plusieurs reprises. Ils préfèrent souvent ne pas aller plus loin que de rapporter ce qu’ils ont vu aux bénévoles. Pourtant, leurs témoignages sont essentiels pour que justice soit faite". 

Bonnie, Jack Russel va beaucoup mieuxSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

D'importants moyens mis en place

Selon plusieurs sources, d’importants moyens ont été mis en place pour tenter de retrouver les auteurs des coups mortels portés à l’animal. 

Ainsi, plusieurs heures d’images extraites des caméras de vidéosurveillance du quartier ont été visionnées par les enquêteurs. Par ailleurs, des comparaisons ADN ont également été effectuées. Pourtant, aucune garde à vue n’a eu lieu à ce jour dans le cadre des investigations menées. 

Plusieurs associations parties civiles

L’association Les amis des Chats a porté plainte contre X le 1er juin pour « tortures et actes de barbarie ». La Fondation Brigitte Bardot, comme l’association Stéphane Lamart qui défend les animaux se sont constituées parties civiles. 

Deux manifestations sont prévues ce samedi après-midi pour dénoncer les violences subies par les animaux. L'une d’elle est prévue devant la mairie de Draguignan à 16 heures. L’autre aura lieu à Marseille (Bouches-du-Rhône) de 14 heures à 17 heures, près du Vieux-Port.


Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info