Cher : une école catholique traditionaliste fermée pour des soupçons de maltraitances et d'agressions sexuelles"

Thomas Guien
Publié le 3 juin 2017 à 18h53
Cher : une école catholique traditionaliste fermée pour des soupçons de maltraitances et d'agressions sexuelles"
L'essentiel

ENQUÊTE - L’école L’Angelus a été fermée vendredi par arrêté préfectoral. Des enfants ont été auditionnés et leur directeur placé en garde à vue, selon le procureur de République.

Déjà la fin de l'année scolaire pour les 109 écoliers de l'Angelus. En cause : des soupçons de maltraitance d'élèves et d'agressions sexuelles dans une école catholique hors contrat du Cher, a annoncé le procureur de la République de Bourges lors d'une conférence de presse. Celui-ci a d'ailleurs officialisé l'ouverture d'une enquête judiciaire.

Une enquête qui devra faire la lumière sur ce qui s'est passé ces derniers mois dans cette école ouverte en 2010, ayant "l’Évangile" comme "ligne de conduite", comme le précise son site internet.  "Il ne s'agit pas d'éléments de dysfonctionnement, mais constitutifs d'infractions pénales : des mauvais traitements sur des enfants (violences, privations de repas, punitions à caractère corporel...) et des soupçons d'infractions de nature sexuelle", a précisé le procureur de la République de Bourges, Joël Garrigue.

L'opération décidée "dans l'intérêt des élèves"

Une vaste opération de gendarmerie a été lancée vendredi matin pour mener la perquisition dans les locaux de l'école, située à Presly (Cher). Une soixantaine d'enfants ont également été auditionnés. Le directeur de l'institution, l'abbé Régis Spinoza, a été placé en garde à vue, essentiellement pour s'assurer de sa présence durant la perquisition, a indiqué le magistrat. Le religieux a été dans la soirée de vendredi.

L'opération a été décidée "dans l'intérêt des élèves", "suite à des informations venues à la connaissance de l'Éducation nationale" concernant cet établissement hors contrat, a indiqué le magistrat, qui était sur place durant toute la journée. Ce dernier a également évoqué des soupçons de "travail dissimulé" et d'"infractions d'ordre économique et financier" ou d'"escroquerie". Ouverte en 2010, l'école catholique traditionaliste "L'Angelus" accueille des élèves, du primaire au lycée.