Une infirmière âgée de 38 ans et une secrétaire médicale de 56 ans ont été grièvement blessées à l'arme blanche, ce lundi au CHU de Reims.
La première est décédée dans la nuit de lundi à mardi, a annoncé François Braun, le ministre de la Santé.
L'auteur, "souffrant de troubles sévères", a été interpellé.

L'agression a eu lieu lundi 22 mai en début d'après-midi au centre hospitalier universitaire de Reims. "Peu avant 13h30, un individu s'est présenté au service de l’unité de médecine et santé au travail, et a agressé violemment une secrétaire médicale et une infirmière à coups de couteau, alors qu’elles étaient dans un vestiaire" indique le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette, dans un communiqué. Les deux victimes ont été prises en charge immédiatement et transférées au bloc opératoire. 

"Je viens d’apprendre avec une immense tristesse le décès de Carène, infirmière de 38 ans violemment agressée hier au CHU de Reims",  a annoncé mardi François Braun. "Mes pensées vont à ses proches, à ses collègues, ainsi qu’à toutes les équipes de l’hôpital endeuillées ce matin", a assuré le ministre de la Santé. 

Un suspect souffrant de troubles sévères

"Une enquête pour assassinat et tentative d'assassinat" a été ouverte et confiée au commissariat central de Reims. Un homme âgé de 59 ans a été interpellé alors qu'il tentait de prendre la fuite et placé en garde à vue. "Il semble avoir agi sans mobile apparent, d’autant qu’il n’avait pas de rendez-vous dans ce service, et n’était pas suivi au sein de ce service", note le procureur de Reims. 

S'il n'a jamais été condamné, l'individu avait été mis en examen pour des faits de violences aggravés, précise le magistrat. En juin 2022, il avait toutefois bénéficié d'un non-lieu pour irresponsabilité pénale. Souffrant de "troubles sévères" psychiatriques, il faisait d'ailleurs l’objet "depuis plusieurs années" d’une mesure de curatelle renforcée.

Le ministre de la Santé sur place

"J'exprime ma vive émotion après la violente agression, en début d’après-midi, d'une infirmière et d'une secrétaire médicale au CHU de Reims", avait tweeté, François Braun, avant de se rendre sur place dans la soirée de lundi. 

"L'équipe médicale présente au moment de l’agression a pu bénéficier d’un soutien psychologique mis en place par la cellule d’urgence médico-psychologique sollicitée par l’hôpital et d’un accompagnement par l’association France victimes 51", a, de son côté, fait savoir le procureur avant la venue du ministre.


A.S

Tout
TF1 Info