Collégienne brûlée vive en Haute-Savoie : l'agresseuse présumée mise en examen pour tentative d'assassinat

La rédaction de LCI
Publié le 26 mai 2017 à 8h00, mis à jour le 27 mai 2017 à 8h10
Collégienne brûlée vive en Haute-Savoie : l'agresseuse présumée mise en examen pour tentative d'assassinat
L'essentiel

FAIT DIVERS - Une jeune fille a été grièvement brûlée après avoir été aspergée de liquide inflammable mercredi dans son collège à Seynod (Haute-Savoie) par une camarade de classe. Cette dernière a été mise en examen pour tentative d'assassinat.

Les faits se sont produits pendant la récréation vers 10 heures du matin. Une collégienne de 15 ans a été grièvement brûlée mercredi à Seynod près d'Annecy (Haute-Savoie) par une camarade du même âge, qui l'avait aspergée dans la cour du collège avec un liquide inflammable. "Un surveillant s'est jeté sur elle avec son t-shirt pour tenter d'éteindre les flammes. Des élèves se sont aussi mis sur la victime pour arrêter le feu. Ils ont finalement réussi à tout éteindre", raconte un témoin cité par Le Parisien. 

"Elle était en flammes, c'était vraiment la panique. J'étais tétanisée. Ils ont eu du mal à arrêter le feu. C'était horrible", raconte aussi une collégienne à France Bleu. Le surveillant qui lui est venu en aide a été légèrement brûlé aux bras. La jeune victime a été transportée au centre des grands brûlés de Lyon et placée en coma artificiel. Touchée au visage, au dos et aux épaules, elle se trouvait vendredi toujours dans un état critique mais stationnaire.  Son pronostic vital est toujours engagé. 

Mise en examen pour "tentative d'assassinat"

L'auteure présumée de l'agression a été mise en examen vendredi du chef de "tentative d'assassinat et placée en détention provisoire dans un établissement pénitentiaire pour mineurs", a annoncé à l'AFP la procureur de la République d'Annecy, Véronique Denizot.

"Elle a reconnu la matérialité des faits (...) Cet acte prémédité devait mettre un terme au litige qui l'opposait à la victime depuis la rentrée de septembre dernier", a indiqué la magistrate, précisant que cette jeune fille n'avait ni "antécédents judiciaires et psychiatriques", ni "difficultés scolaires". 

Les raisons de ce conflit n'ont pas été précisées. Le jour des faits, les deux jeunes filles, "qui s'étaient déjà battues il y a quelques semaines", selon le parquet, se sont retrouvées un peu à l'écart. Là, l'une a aspergé l'autre avec de "l'alcool ménager" et y a mis le feu. Les membres du personnel sont immédiatement intervenus. L'enquête a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie d'Annecy.

Retrouvez le récit de notre correspondant Christophe Buisine, sur place peu après le drameSource : Sujet JT LCI
JT Perso

Dans le collège, une cellule psychologique a été mise en place.