Concert annulé en Vendée pour menace terroriste : "L’auteur des appels a parlé de ‘bain de sang’ et de ‘Daech’"

Aurélie Sarrot
Publié le 19 février 2017 à 13h06
Concert annulé en Vendée pour menace terroriste : "L’auteur des appels a parlé de ‘bain de sang’ et de ‘Daech’"

Source : Google map

L'essentiel

MALVEILLANCE – Un concert prévu samedi soir à Saint-Christophe-du-Ligneron (Vendée) a été annulé après que plusieurs appels menaçant d’actes de terrorisme ont été passés. Le ou les auteurs des coups de fil étai(ent) toujours recherché(s) ce dimanche.

La première interlocutrice a cru à un canular. Mais après trois appels en quelques heures, la menace a été prise très au sérieux.

 

Samedi en fin d’après-midi, les autorités préfectorales, les organisateurs et le maire de Saint-Christophe-du-Ligneron (Vendée) ont pris la décision d’annuler le concert Lignerock, comme l'a révélé Ouest-France. L'évènement était prévu samedi soir dans la salle des sports de cette commune de 2300 habitants située à une trentaine de kilomètres de La Roche-sur-Yon.  Au total, 200 billets avaient été prévendus pour l'événement et environ 500 personnes était attendues dans la salle de concert dès 19h30. Et jusqu'à 17h30 environ, il n'était pas question d'annuler cette manifestation où quatre groupes devaient se produire.  

Des centaines de personnes attendues

La secrétaire de la mairie de Saint-Christophe-du-Ligneron (Vendée) est la première à avoir reçu un appel, à la mi-journée. "La personne au bout du fil était difficilement audible. Elle a compris qu’il était question du concert du soir, qu’il était question de menace. Elle a prévenu plusieurs personnes mais a cru à une blague", indique une source du dossier ce dimanche à LCI. 

Cinq heures plus tard, vers  17 heures cette fois, c'est Sébastien Rabiller, président du comité des fêtes de la commune, qui est destinataire d'un mystérieux coup de téléphone. "Il va y avoir un bain de sang à Saint-Christophe-du-Ligneron ce soir, m'a dit un homme, et d'autres choses que je ne peux révéler car une enquête est en cours. Il y avait des références à l'Etat Islamique. L'appel a duré moins de dix secondes, c'était deux phrases. Je me suis empressé de contacter le policier municipal avec qui je suis en relation. Lui a appelé les gendarmes de Challans qui, eux aussi, avaient été destinataires d'un appel du même genre", raconte-t-il à notre rédaction. 

"Le sang va couler pour les frères de Daech"

Juste après l'appel à Stéphane Rabiller, c'est en effet la brigade de Challans qui a été contactée. "L’auteur des appels a parlé de ‘bain de sang’ et de ‘Daech’". Il a dit : 'Le sang va couler pour les frères de Daesch", poursuit la source proche de l'enquête.  "En quelques minutes, il a été décidé d'annuler la soirée. Pas question de prendre des risques...", commente le président du comité des Fêtes. 

A chaque fois, le coup de téléphone a été passé par une voix masculine. On ignorait ce dimanche s'il s'agissait d'une seule et même personne mais "tout laisse à penser que oui", selon la source. 

Rien n'a été retrouvé dans la salle

Des militaires, des démineurs et une brigade cynophile se sont rendus dans la salle pour procéder à des vérifications. Rien de suspect n'a été retrouvé dans la salle. "Cela ne veut pas forcément dire que la menace n'est ou n'était pas réelle, commente Thierry Richardeau, le maire de Saint-Christophe-du-Ligneron joint par LCI. J'espère que le ou les auteurs de ces appels à caractère terroriste seront retrouvés très rapidement et que l'on connaîtra très vite les motivations de cette ou ces personnes".

Une enquête a été ouverte par le parquet de La Roche-sur-Yon. La brigade de recherches des Sables d'Olonne est chargée des investigations.