Conducteur tué à Sevran : la garde à vue du policier auteur du tir a été prolongée

Julien Moreau
Publié le 31 mars 2022 à 16h10
Conducteur tué à Sevran : la garde à vue du  policier auteur du tir a été prolongée

Le policier auteur du tir a été placé en garde à vue par l'IGPN, mercredi.
La mesure a été prolongée ce jeudi.
En état de choc, il n'avait pas pu être auditionné plus tôt par l'IGPN.

L'Inspection générale de la police nationale (IGPN) a annoncé, ce mercredi 30 mars, qu’elle a placé en garde à vue l’auteur du tir qui a tué un homme de 33 ans à Sevran, le 26 mars dernier. Le fonctionnaire de police n'a pu être auditionné plus tôt, car il a été hospitalisé "en état de choc".

"À ce stade de l'enquête diligentée par l'IGPN, il est placé en garde à vue du chef de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, aggravée par sa qualité de personne dépositaire de l'autorité publique et l'usage d'une arme", a annoncé mercredi en début de soirée le procureur de la République près du tribunal judiciaire de Bobigny, Eric Mathais dans un communiqué de presse.

Ce jeudi, le magistrat informe que la mesure de garde à vue du policier a été prolongée et qu'une déclaration à la presse sera faite demain, vendredi, sur ce dossier. 

Ce dernier a réexpliqué, dans le détail, le déroulé des faits en commençant par la décision de ce policier de la brigade anti-criminalité d’Aulnay-sous-Bois d’effectuer un contrôle de la fourgonnette où se trouvait la victime : "Un policier s'est porté à la hauteur de la vitre du conducteur et, dans des circonstances qui restent à déterminer, a fait usage de son arme, un seul coup de feu, au moment où la camionnette redémarrait brusquement".

L'autopsie a confirmé que le tir était à l'origine du décès. Depuis samedi dernier, les habitants de Sevran et des communes avoisinantes, n’ont cessé de protester. De nombreux véhicules ont été incendiés et détruits. 

Lire aussi

Sur les réseaux, les réactions des syndicats de police ont créé une polémique qui prend de l’ampleur.  Ils ont mis en avant le passé judiciaire de la victime et ont estimé que la réponse était proportionnée. Il s'agit d'un "délit de fuite avec policier renversé", a tweeté le syndicat des commissaires de la police nationale. Ce qui a provoqué la colère et la révolte de plusieurs centaines de personnes.


Julien Moreau

Tout
TF1 Info