Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Coronavirus : enquête ouverte contre un laboratoire qui produisait un gel hydroalcoolique non-conforme

La rédaction de LCI
Publié le 16 avril 2020 à 6h13
Coronavirus : enquête ouverte contre un laboratoire qui produisait un gel hydroalcoolique non-conforme

Source : Thinkstock

TROMPERIE - Un laboratoire de Haute-Loire est visé par une enquête pour avoir fabriqué une solution hydroalcoolique avec une teneur en éthanol "insuffisante pour assurer une véritable action anti-virale et anti-bactérienne". Un avis de rappel a été émis pour les 2.000 flacons de gels commercialisés.

Le parquet du Puy-en-Velay, en Haute-Loire, a annoncé mercredi 15 avril l’ouverture d’une enquête contre le laboratoire Vecteur Energy, de Saint-Maurice-de-Lignon, suspecté de produire une solution hydroalcoolique de lutte contre le Covid-19 non conforme aux normes

À la suite d'un contrôle de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF), le parquet a ouvert une enquête en flagrance pour "tromperie sur la qualité d'un produit et mise en danger de la vie d'autrui", ont indiqué des sources judiciaires à l’AFP.

Vendredi dernier, une perquisition a été opérée dans les locaux de cette entreprise parallèlement au lancement d'un rappel de la DGCCRF des produits incriminés, "non-conformes et dangereux". La DGCCRF, indiquant qu'il s'agit de plus de 2.000 flacons commercialisés par Vecteur Energy sous le nom de "Solution Hydroalcoolic", demande à ceux qui en possèdent un de "cesser immédiatement de l'utiliser et de la rapporter dans leur magasin d'achat, dès que les conditions sanitaires le permettront".

Ce rappel, qui a été renouvelé mardi par la préfecture de la Haute-Loire, précise qu'il s'agit d'un "produit non-conforme et dangereux, en raison d'une teneur en éthanol insuffisante pour assurer une véritable action anti-virale et anti-bactérienne". "Les analyses effectuées ont montré qu'il possède une concentration en éthanol très inférieure aux 60% minimum requis pour les solutions hydroalcooliques", a déclaré mercredi à l'AFP Nicolas Rigot-Muller, procureur de la République au Puy-en-Velay.

Des nouvelles auditions des dirigeants de ce laboratoire spécialisé dans les produits naturels (compléments alimentaires, huiles essentielles et cosmétiques bio) doivent avoir lieu dans les prochains jours, conclut-on de sources concordantes.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info