TRAFIC - Une pharmacienne du Val-de-Marne proposait à la vente de faux certificats de vaccination. Elle a été arrêtée, tout comme son complice.

L’enquête démarre vendredi soir, rue Lénine, à Bagnolet (Seine-Saint-Denis). Selon nos informations, un homme de 24 ans est contrôlé par les policiers en possession d’une pochette contenant une quarantaine d’attestations de vaccination anti-Covid avec des identités différentes. L’homme explique aux policiers être un agent d’une mairie d’un arrondissement parisien et que son travail consiste à centraliser les attestations de vaccination pour des participants à un voyage de groupe. Les policiers goûtent peu à son discours mensonger. D’autant qu’ils découvrent sur lui 2500 euros en liquide, dont il ne peut expliquer l’origine. 

À son domicile, d’autres certificats de vaccination sont retrouvés. Et dans le coffre de sa voiture : des bonbonnes de gaz lacrymogène, un poing américain et un bâton télescopique. L’enquête, menée par la sûreté territoriale de Seine-Saint-Denis a permis de remonter jusqu’au centre de vaccination de l’Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne), d’où les attestations étaient issues. Avec un cœur de l’intrigue, une pharmacienne résidant à Chevilly-Larue dont le nom ressortait systématiquement sur les faux documents.

250 euros le certificat de vaccination

Grâce aux informations transmises par la sécurité sociale, les policiers ont entendu tout au long du week-end sept personnes à qui avaient été délivrées ces fausses attestations. D’après les premiers éléments d’audition, certains ont déclaré être opposés à la vaccination et avoir peur de transmettre "quelque chose" à leurs enfants. Deux femmes ont expliqué avoir trouvé une annonce sur Snapchat afin de se procurer de faux certificats de vaccination pour la somme de 250 euros l'unité.

L’enquête a pu établir qu’une grande partie des documents édités avaient été réalisés le 16 juillet, d’autres depuis le 22 juin dernier. À chaque fois, la pharmacienne officiait à ces jours et ces heures au centre de vaccination de l’Haÿ-les-Roses.

Selon nos informations, le parquet de Bobigny a ouvert ce lundi une information judiciaire à l’encontre de cet homme de 24 ans et de la pharmacienne pour participation à une association de malfaiteurs en bande organisée, faux documents administratifs, atteinte à un système de traitement automatisé de données. Le parquet a demandé un placement en détention provisoire. 

Les deux intéressés ont été mis en examen lundi dans la soirée et ont été placés en détention provisoire, selon une source judiciaire à LCI.


William MOLINIE

Tout
TF1 Info