Haut-Rhin : le coordinateur du centre de vaccination de Munster avait inventé son agression

La rédaction de LCI
Publié le 19 janvier 2022 à 19h12
Une dose du vaccin  Astra Zeneca contre le covid-19.

Une dose du vaccin Astra Zeneca contre le covid-19.

Source : ALAIN JOCARD / AFP

MENSONGE – Le collaborateur d'un centre de vaccination de Munster (Haut-Rhin) qui avait affirmé avoir été "violemment agressé" par trois personnes début janvier a reconnu avoir menti et a été placé en garde à vue, a annoncé mercredi le parquet de Colmar.

Le coordinateur d'un centre de vaccination de Munster (Haut-Rhin) avait déclaré avoir été "violemment agressé" par trois personnes début janvier. Il a reconnu avoir menti et a été placé en garde à vue, a annoncé ce mercredi le parquet de Colmar.

Cet homme avait affirmé le 8 janvier avoir été agressé à la fermeture du centre de vaccination de Munster, vers 20h. Dans la foulée, une enquête "de flagrance" avait été ouverte par le parquet de Colmar pour "violences volontaires en réunion, avec arme et avec préméditation". La procureure de la République Catherine Sorita-Minard par ailleurs précisé que la victime n'était "pas grièvement blessée", qu'elle présentait "des blessures au ventre, à l'arcade sourcilière, à la cuisse et à la main" et qu'elle s'était " vue prescrire 3 jours d'incapacité totale de travail ( ITT). 

Mais douze jours après les faits tels que dénoncés et à l'issue des investigations menées par la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie de Colmar, cette affaire a dévoilé un tout autre scénario. "Face à un certain nombre de contradictions entre les constatations faites et les déclarations du plaignant, ce dernier a été réentendu ce matin et a indiqué avoir menti : il n'a pas été agressé, mais s'est auto-infligé les blessures qui ont été constatées par les médecins", informe la magistrate ce mercredi. 

Un expertise psychiatrique va être pratiquée

Le coordinateur du centre de vaccination a été placé en garde à vue ce matin pour "dénonciation mensongère d'un délit imaginaire, infraction prévue et réprimée aux articles 434-26 et 434-44 du code pénal". Au cours de celle-ci, le suspect a précisé "s'être blessé lui-même volontairement à l'aide d'une seringue et d'un cutter personnels qu'il avait récupérés à son domicile dans l'après-midi, et en se donnant des coups avec les poings sur la cuisse." Il explique son comportement par "un mal-être qu'il ressent qui l'aurait incité à cette mise en scène." 

La procureure indique avoir décidé plus tard dans la journée et "en l'état" de "lever sa garde à vue" et "de faire procéder à une expertise psychiatrique et à une enquête de personnalité, afin de pouvoir donner à cette affaire les suites pénales adaptées". 

Pour ce type de faits, les peines maximales encourues sont une peine d'emprisonnement de 6 mois d'emprisonnement et une peine d'amende de 7500 euros.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info