Crime familial à Anglet : la lettre "confuse" du père meurtrier

Publié le 22 juin 2016 à 17h33
Crime familial à Anglet : la lettre "confuse" du père meurtrier

FAIT DIVERS - Quatre corps d'une même famille avaient été découverts mardi à Anglet. Sur place, les enquêteurs ont retrouvé une lettre du père de famille qui a tué ses filles et sa femme avant de se suicider. Il évoque notamment des dettes et assure que lui et sa famille voulaient "partir ensemble". Or, selon plusieurs témoignages, sa femme voulait se séparer de lui.

On en sait un peu plus sur le terrible drame qui s’est noué dans la nuit de lundi à mardi dans un appartement d’Anglet (Pyrénées-Atlantiques). Le procureur de la République de Bayonne, qui tenait une conférence de presse mercredi après-midi, a expliqué que le père de famille avait laissé une longue lettre dans laquelle il explique son geste, accréditant ainsi la thèse du triple homicide suivi d’un suicide.

Selon les premiers éléments, l’homme aurait "donné la mort à ses deux filles de douze et seize ans et à son épouse âgée de 43 ans, probablement pendant leur sommeil", a indiqué le procureur de la République de Bayonne, Samuel Vuelta-Simon. Il se serait suicidé avec la même arme, un pistolet automatique 9 millimètres qu’il détenait "dans le cadre de ses activités de tir sportif".

Des dettes et une séparation

Dans sa missive où il tient "des propos assez confus", le père fait "état de difficultés financières importantes (...) de l'ordre de 350.000 euros", a détaillé le procureur. Le matin du drame, il devait d’ailleurs se rendre à un rendez-vous en lien avec une partie de ces dettes. Dans sa lettre, l’homme assure également que lui et sa famille "ont tous souhaité partir ensemble". Or, il apparaît selon plusieurs témoignages que son épouse voulait demander le divorce.

Chacun des quatre corps a été retrouvé dans son lit, en tenue de nuit, et avec un chapelet sur lui. Deux tirs ont été portés à la tête de chacune des trois victimes. La police avait été alertée par un voisin ayant aperçu le corps de la plus jeune des filles à travers la baie vitrée de l'appartement, situé au-dessus de l'institut de beauté que le couple gérait.

Le père, ancien militant de l’UMP, était connu de la justice. Il avait été condamné à 5.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Bayonne, pour avoir proféré des "menaces" contre un élu. L'appel de cette décision devait être examiné prochainement.

EN SAVOIR + >> D rame à Anglet : un homme tue sa femme et ses deux enfants et se suicide

 
 

La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info