Après la visite d'Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie, l'Élysée annonce la fin de l'état d'urgence dans le territoire.
Des renforts supplémentaires vont néanmoins être envoyés sur place pour restaurer l'ordre.
Le président rappelle que "la levée des barrages est la condition nécessaire à l'ouverture de négociations concrètes et sérieuses".

Fin de l'état d'urgence en Nouvelle-Calédonie. Dans un communiqué envoyé par l'Élysée, dans la nuit de dimanche à lundi, Emmanuel Macron annonce qu'il ne reconduira pas "pour le moment", l'état d'urgence en vigueur sur le territoire. "Celui-ci ne sera pas prolongé et prendra fin lundi à 20h" (heure de Paris), a indiqué la présidence, soit mardi à 5h dans l'archipel. 

Une décision prise pour "permettre les réunions des différentes composantes du FLNKS (indépendantistes, ndlr) et les déplacements sur les barrages des élus ou responsables en mesure d'appeler à leur levée". 

Rétablir le dialogue

Cette annonce intervient trois jours après le retour du chef de l'État de Nouvelle-Calédonie, alors que la situation reste tendue. "Le président de la République félicite les forces de sécurité intérieure engagées sur place", souligne le communiqué qui précise que, pour maintenir l'ordre sur le territoire, des renforts supplémentaires allaient être dépêchés sur place "dans les prochaines heures" avec "sept unités de forces mobiles supplémentaires, soit 480 gendarmes mobiles". Au total, plus de 3500 forces de sécurités intérieures seront alors présentes sur place.  

Emmanuel Macron redit également son "soutien aux victimes des violences et aux familles des personnes décédées, notamment les deux gendarmes tués dans l'exercice de leurs fonctions". Il condamne par ailleurs "les barrages et les pillages"

"Ces violences ne peuvent pas prétendre s'inscrire dans une action politique légitime", affirme le président qui redit "sa confiance dans la capacité des élus à rétablir le dialogue"  avant de rappeler que le levé des barrages est la condition nécessaire à l'ouverture de négociations concrètes et sérieuses sur la réforme contestée du corps électoral.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info