Europol a lancé "la plus grande opération jamais réalisée" contre des logiciels malveillants, baptisée "Endgame".
Quatre personnes ont été arrêtées et plus de 100 serveurs ont été mis hors ligne.
La vaste opération implique plusieurs pays d'Europe et les États-Unis.

La fin des logiciels malveillants ? C'est en tout cas l'objectif annoncé avec l'opération "Engdame" menée par Europol dans plusieurs pays européens et aux États-Unis. Ce jeudi 30 mai, l'agence européenne de police a fait savoir que dans le cadre d'une vaste investigation, quatre personnes ont été arrêtées, l'une en Arménie et trois autres en Ukraine, et plus de 100 serveurs ont été mis hors ligne.

Lutter contre les rançonlogiciels

Par ailleurs, "à l'issue de ces journées d'action, huit fugitifs liés à ces activités criminelles, recherchés par l'Allemagne, seront ajoutés à la liste des personnes les plus recherchées d'Europe", a fait savoir Europol dans un communiqué, précisant que ces personnes étaient recherchées pour des "activités de cybercriminalité grave". Selon l'enquête en cours, un des principaux suspects serait parvenu à gagner au moins 69 millions d'euros en cryptomonnaie "en louant des sites d'infrastructures criminelles pour déployer des rançonlogiciels".

Selon Europol, il s'agit de "la plus grande opération jamais réalisée" contre ces logiciels malveillants, particulièrement agressifs et jouant un rôle majeur dans le déploiement de rançongiciels. Elle a notamment visé cette semaine notamment les infrastructures de "Bumblebee", "Pikabot", "Smokeloader", "System BC", "IcedID" et "Trickbot". Ce type de logiciel malveillant est conçu pour être une porte d'entrée à d'autres maliciels sur un système cible.


A. Lo. avec AFP

Tout
TF1 Info