Cinq membres de l'unité d'élite de la Police nationale ont été placés en garde à vue.
Deux ont été remis en liberté et trois autres sont restés en garde à vue, mardi soir.
Ces auditions interviennent dans le cadre de l'information judiciaire ouverte suite au décès, à Marseille, d'un homme qui circulait à scooter lors des violences urbaines du début du mois de juillet.

Cinq policiers de l’antenne de Marseille du Raid ont été placés en garde à vue ce mardi, a indiqué le parquet de Marseille. Ces gardes à vue interviennent sur commission rogatoire du juge d’instruction dans le cadre de l’information judiciaire ouverte le 4 juillet dernier à la suite du décès de Mohamed B., lors des violences urbaines survenues dans la cité phocéenne la nuit du 1er au 2 juillet dernier. Le Raid, l'unité d'élite de la police nationale, avait été mobilisé ce soir-là. Dans la soirée, la garde à vue de deux policiers a été levée, et les trois autres sont restés placés en garde à vue, a indiqué le parquet dans la soirée. 

Âgé de 27 ans, marié, père d'un enfant, Mohamed B. avait perdu la vie après avoir fait un malaise alors qu'il circulait à scooter. C'est lors de son autopsie qu'avait été repérée sur sa poitrine la trace de ce qui pourrait être l'impact d'un tir de LBD. Plusieurs autres policiers ont également été convoqués afin d’être entendus en qualité de témoins.


E.B avec Raphaël MAILLOCHON

Tout
TF1 Info