Décès de la youtubeuse Mava Chou : une plainte pour provocation au suicide déposée le jour de sa mort

Benoit Leroy avec AFP
Publié le 26 décembre 2021 à 18h43, mis à jour le 9 janvier 2022 à 21h41
DOCUMENT – Nous l’avions rencontré la veille de Noël, quelques jours avant sa mort. Star de youtube, Mava Chou se serait suicidée à force d’être harcelée. Qui pourrait être à l’origine de cette vague de haine en ligne ?
DOCUMENT – Nous l’avions rencontré la veille de Noël, quelques jours avant sa mort. Star de youtube, Mava Chou se serait suicidée à force d’être harcelée. Qui pourrait être à l’origine de cette vague de haine en ligne ?

CYBERHARCÈLEMENT - L'influenceuse de 32 ans, décédée le 22 décembre dernier, avait déposé une plainte pour harcèlement moral et provocation au suicide contre son ex-mari et contre X. Son avocat évoque "un homicide des temps modernes".

Rebondissement dans cette affaire dramatique. On apprend, ce dimanche 26 décembre, que l'influenceuse Mava Chou avait porté plainte juste avant son décès, dont les causes n'ont pas été précisées. Elle était régulièrement la cible de violentes critiques sur Internet.

"Une plainte a été déposée au nom de Maëva (Frossard, son vrai nom, ndlr) et de son nouveau conjoint pour harcèlement moral et provocation au suicide contre son ex-mari et contre X. Malheureusement [elle] est partie le jour de son décès", a expliqué l'avocat de la mère de famille de 32 ans, Me Stéphane Giuranna confirmant ainsi une information du quotidien Vosges Matin.

"Que la peur change de camp"

Malgré le décès de la jeune femme, ce dernier a précisé que la plainte serait maintenue, celle-ci ayant été déposée également au nom de son nouveau compagnon. "Pour moi, cela s'apparente à un homicide des temps modernes. Vous pouvez tuer quelqu'un avec quelques paroles, des fausses informations et du harcèlement", estime l'avocat. 

Ce dernier appelle à ce "que la peur change de camp", en durcissant les sanctions contre les harceleurs en ligne, qu'il qualifie de "lâches" qui "se sentent tout puissants".

Avec plus de 150.000 abonnés sur YouTube, "Mava Chou" était régulièrement la cible d'attaques et de cyberharcèlement. Depuis mars 2020, cette dernière avait déposé cinq plaintes auprès des policiers. Aucune n'a eu de suites à ce jour. Ce dimanche soir, le parquet d'Épinal n'avait pas répondu aux sollicitations de nos confrères de l'AFP.


Benoit Leroy avec AFP

Tout
TF1 Info