Deux Rafale se touchent lors d'un meeting aérien, un accident rarissime

La rédaction de LCI
Publié le 23 mai 2022 à 7h13, mis à jour le 23 mai 2022 à 15h26
JT Perso

Source : JT 13h WE

Deux Rafale sont rentrés en collision, ce dimanche 23 mai, lors d'un meeting aérien dans le sud-ouest de la France.
Un accident très rare qui n'a pas empêché les avions de se poser sans heurts.
Aucune victime n'est à déplorer.

La catastrophe a été évitée de justesse. Deux Rafale se sont touchés, dimanche 23 mai lors d'un meeting aérien dans le sud-ouest de la France. Un accident très rare qui n'a pas empêché les avions de se poser sans heurts ni victime à déplorer, a-t-on appris de source militaire.

"Durant leur présentation tactique, deux Rafale de la 30e escadre de Chasse se sont touchés en vol" vers 12H40 (10H40 GMT), a déclaré à l'AFP le colonel Nicolas Lyautey, commandant de la base de Cognac-Châteaubernard (Charente, Sud-Ouest), où le meeting se déroulait.

"L'un d'eux a perdu un morceau de sa dérive, qui lors de sa chute a détérioré la toiture d'une habitation" du bourg voisin de Gensac-la-Pallue, a-t-il poursuivi.

Des dégâts sur des habitations à Gensac-la-Pallue

Les deux appareils se sont toutefois posés "sans difficulté", et "aucun blessé n'est à déplorer", a indiqué le commandant, ajoutant qu'une enquête technique était en cours, et que des enquêtes administrative et judiciaire suivraient.

Un tel accident est extrêmement rare. La dernière touchette de ce genre était survenue en avril 2010 durant un entraînement de la patrouille de France, soit il y a douze ans, selon le service de presse de l'armée de l'air.

Interrogé par l'AFP au téléphone, un habitant de la rue où est tombé le morceau d'avion à Gensac-la-Pallue, qui n'a pas souhaité être identifié, a indiqué que le débris avait "endommagé une toiture" et "cassé des tuiles" avant de "tomber sur la chaussée".

C'était "un morceau d'environ un mètre sur 40 cm", a-t-il expliqué. "J'étais en train de déjeuner quand ça s'est passé. J'ai vu la pièce par terre de loin, il y avait beaucoup de forces de l'ordre autour, mais un voisin nous a envoyé une photo. Heureusement que l'occupante de la maison n'était pas chez elle à ce moment-là !"

Dans le journal local Sud Ouest, le maire de la commune, Bernard Mauzé, a déclaré : "On a eu de la chance." Selon les autorités dépêchées sur place, trois enquêtes ont été lancées pour faire la lumière sur cette collision entre les deux avions de chasse. 


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info