Le chanteur Kendji Girac, blessé lundi par balle, a été entendu mercredi après-midi près de Bordeaux par les enquêteurs.
Le procureur de Mont-de-Marsan Olivier Janson tient ce jeudi après-midi une conférence de presse.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

LA COLÈRE DES MANAGERS DE KENDJI, LA PIQUE DE VIANNEY

Dans un communiqué transmis à l'AFP, les managers de Kendji Girac ont "regretté", que le magistrat "ait cru bon de divulguer l'intimité de la vie privée et familiale de Kendji Girac, qui est un homme discret et réservé par nature, et ce sans nécessité au regard de l'enquête en cours". Pointant l'absence de "poursuite" de concernant le chanteur, ils demandent désormais "aux médias" "de respecter le temps de convalescence" du chanteur. Le chanteur Vianney, qui font partie de la famille "The Voice", a ironisé sur les propos d'un "procureur multi-casquettes", espérant "que la presse people lui enverra des fleurs", a-t-il écrit sur X.

FIN DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE

La conférence de presse du procureur de la République de Mont-de-Marsan est terminée. 

SORTIE DE L'HÔPITAL

Le procureur confie qu'il connait la date de sortie de l'hôpital de Kendji Girac mais qu'il ne la dévoilera pas pour que le chanteur soit "un peu tranquille". 

BLESSURES

"Un poumon a été atteint, est fatigué. Kendji Girac a une ITT de 30 jours mais il va sûrement mettre plusieurs mois à retrouver la pleine possession de ses moyens", indique le magistrat qui rappelle que le tir est parti tout près d'organes vitaux dont le coeur. 

BALLE

"La balle a été retrouvée dans le sol, à un emplacement à peu près logique", dit le magistrat. 

CLASSEMENT SANS SUITE

"Cette procédure devrait se terminer par un classement", indique le procureur, l'intervention d'un tiers étant exclue. 

SCELLÉ

"Nous aurions souhaité que la caravane puisse être placée sous scellé. 200 personnes qui n'entendaient pas que les gendarmes puissent faire leurs investigations (lundi matin ndlr), la question ne s'est matériellement pas posée. Il aurait fallu faire venir de nombreux renforts", répond le magistrat à un journaliste. 

FOUILLES

Le procureur précise que les nouvelles fouilles ce jour sur le camp de Biscarosse était pour retrouver la balle. Celle-ci a été retrouvée à 11h40 ce matin. 

POURSUITES JUDICIAIRES

Le procureur précise qu'il n'envisage pas de poursuites judiciaires à ce stade à l'encontre de Kendji Girac. "Judiciairement, on peut envisager des poursuites, sur l'arme ou la consommation de drogue (...) J'ai l'impression qu'il y aurait un côté superflu de venir aujourd'hui engager un procès spécifique à l'encontre de quelqu'un qui a été entre la vie et la mort et qui, je pense, a compris la leçon".

QUESTIONS

Les journalistes posent à présent des questions au procureur. Concernant la tenue du chanteur quand il a été retrouvé (en caleçon sur une chaise), il précise qu'il n'y a pas de "volonté de dissimulation" des autres vêtements qu'a pu porter le chanteur dans la soirée, à savoir, un caleçon et un t-shirt. 

"SIMULATION DE SUICIDE"

"Kendji Girac indique assumer ce qu'il a fait tout en le regrettant fortement. Il maintient qu'il s'agit d'une simulation de suicide. Je lui ai fait part de mes réserves", insiste le magistrat.

"TIR PROVOQUÉ VOLONTAIREMENT PAR KENDJI GIRAC"

"Un tir qui aurait été réalisé par un tiers est écarté (...) Aucun élément de l'enquête ne va en ce sens. Nous avons un tir provoqué volontairement par Kendji Girac" conclut le magistrat. 

EXPERTISES

Des expertises sont toujours en cours, notamment concernant la balle qui a été retrouvée ce jeudi matin à 11h40. Des expertises toxicologiques vont être faites pour voir si Kendji Girac a pris d'autres substances.

REGRETS

"Kendji Girac précise qu'il est content que tout soit désormais au clair et qu'il regrette ce qu'il a fait", détaille le magistrat.

ACHAT DE L'ARME

Concernant l'arme, Kendji Girac est revenu sur ses déclarations. Après avoir évoqué un achat sur une brocante, il dit avoir acheté ce pistolet à un homme pour 500 euros le 18 avril. 

IMPULSION

Après que sa femme lui a dit qu'elle voulait partir, il explique qu'il se souvient de la présence de cette arme. Il dit qu'il a eu un moment de panique et qu'il a voulu lui faire peur. Il dit qu'il a simulé un suicide, omettant de vérifier si le chargeur de son arme de poing était vide ou non. Il dit qu'il s'est volontairement tiré dessus. "En aucun cas, c'est ma femme qui m'a tiré dessus. Quand j'ai vu qu'elle allait partir, j'ai eu peur. (...) J'ai orienté le canon vers ma poitrine (...) Je voulais faire entendre le bruit de la détente à Soraya, je voulais qu'elle me dise d'arrêter" a expliqué le chanteur en parlant de la femme de sa vie. Il dit être sorti seul de la caravane. 

AUDITION

Kendji Girac a été à nouveau entendu par les enquêteurs le mercredi, après son opération à l'hôpital. Il reconnait avoir consommé un peu de cocaïne et beaucoup d'alcool. Il confirme avoir été au casino et être resté, à son retour au camp, avec des jeunes à consommer de l'alcool. "L'ambiance est à la nostalgie. On est en train d'écouter des musiques. Ma femme n'était pas très contente quand je suis rentré à la caravane", explique le chanteur.

"LA PRÉSENCE D'UN TIERS EST IMPOSSIBLE"

"La présence d'un tiers est matériellement impossible entre lui-même et la paroi de la caravane. Il n'y a pas la place entre le mur et Kendji Girac pour une autre personne", insiste le magistrat. "Un tir par un tiers n'est pas compatible avec les constatations qui ont été faites". 

BALLE

"Deux scènes sont possibles : soit Kendji Girac aurait été assis sur le canapé, cette scène est propice à l'intervention d'un tiers, soit Kendji Girac aurait été debout, vu l'angle de tir et l'angle de pénétration dans son corps", explique le magistrat. Les conclusions des expertises ont montré qu'il n'était pas assis.

ALCOOL ET COCAINE

Le taux d'alcoolémie de Kendji GIrac au petit matin était de 2,5 grammes d'alcool par litre de sang. Des métabolites de cocaïne ont également été retrouvés dans le sang du chanteur. 

TIR VOLONTAIRE SELON SA COMPAGNE

Soraya Miranda dit qu'elle ne sait pas comment Kendji Girac est sorti de la caravane. Elle ne voit plus le pistolet. "Ce dont je suis absolument certaine c'est qu'il n'y avait personne d'autre dans la caravane", explique-t-elle. Selon elle, son compagnon s'est volontairement ou involontairement tiré dessus.

COUP DE FEU

La dispute a continué. L'idée de dormir ensemble dans la caravane semble alors impossible. Soraya Miranda a dit avoir entendu un coup de feu, senti une odeur de fer, et avoir vu Kendji Girac gémissant à terre. Elle se rend dans la caravane voisine et demande à ce qu'on appelle les secours. 

IVRESSE ET PLEURS

Selon Soraya Miranda, Kendji Girac serait rentré vers 2h35 dans la nuit de dimanche à lundi. Ils se seraient disputés, parce qu'il avait réveillé leur fille. Kendji Girac serait alors parti dans sa Porsche, aurait mis la musique très fort. Des SMS virulents entre les deux adultes ont été échangés. 

Kendji Girac part avec la voiture. Soraya Miranda appelle le père de ce dernier qui a quitté le camp quelques jours avant pour lui dire qu'elle est inquiète. 

Le père de Kendji Girac appelle son fils. Le chanteur lui dit qu'il est à l'autre bout du camp et qu'il va retourner dans la caravane. A 3h30 il est de retour. Il réveillera puis parlera à sa fille et lui dira à plusieurs reprises qu'il l'aime. Soraya Miranda dit avoir entendu Kendji Girac pleurer. 

ADDICTION A L'ALCOOL

Selon Soraya Miranda, "des tensions sont arrivées récemment du fait d'une addiction de Kendji Girac à l'alcool". "Elle le décrit comme quelqu'un qui peut avoir des cuites de plus en plus fréquentes pouvant durer jusqu'à 48 heures et de plus en plus longues au cours desquelles il faisait n'importe quoi. S'il n'a jamais été violent envers elle ou sa fille, il pouvait casser des objets", poursuit le procureur. 

Selon elle, il voulait boire dimanche dernier et aurait avalé de nombreux verres tout au long de la journée. Soraya Miranda serait rentrée avec leur fille dans la caravane vers 20h30 selon elle. Elle dit s'être couchée vers 23 heures.

SORAYA MIRANDA

Soraya Miranda, compagne de Kendji Girac, dit aux enquêteurs que leur union n'a pas suscité l'enthousiasme de leurs proches respectifs car elle n'est pas issue des gens du voyage. "Il a fallu attendre la naissance de leur fille qui va avoir 3 ans pour qu'elle soit intégrée à la communauté" explique le procureur.

COUP DE FEU

"Personne n'assiste à ce coup de feu, aucun témoin direct. Quand il est retrouvé, Kendji Girac est décrit comme prostré, sur une chaise. Personne ne sait expliquer qui l'a amené sur cette chaise ou s'il s'est rendu sur cette chaise de lui-même" détaille le magistrat. 

ALCOOL

"Kendji Girac a beaucoup bu pendant l'intégralité de la journée" indique le procureur. 

CASINO

"La journée du dimanche 21 va donner lieu à des explications différentes. Kendji Girac, sa femme et sa fille se rendent au Salon nautique d'Arcachon avec un couple d'amis. Ils reviennent au camp vers 17h30. Ils mangent un couscous le soir et vers 20h, un groupe d'une quinzaine de personnes décident de se rendre au casino de Biscarosse. Kendji Girac, qui joue au Black Jack, part avec eux. Il quitte l'établissement vers 23h". 

Le coup de feu sera tiré aux alentours de 5h-5h30 selon les témoignages.

AVANT LES FAITS

La journée du vendredi 19 avril pour la famille Girac est une journée classique, avec des courses, du ménage, des lessives. Idem le samedi avec des courses en plus et la télé le soir. 

ARRIVÉE

Les enquêteurs ont tenté de reconstituer la journée de lundi. La présence dans le camp de Kendji Girac remonte à une dizaine de jours avant les faits. Il est arrivé sans sa compagne et sans sa fille mais en présence de ses parents et de ses sœurs. Il était avec ses parents et ses sœurs. Il est venu avec sa caravane et sa nouvelle Porsche. Soraya Miranda arrivera quelques jours plus tard de Suisse, d'où elle est originaire. 

KENDJI GIRAC

"Kendji Girac est quelqu'un qui manifestement connait le maniement d'une arme de poing", dit le procureur.

"UN ACCIDENT EST JUGÉ IMPOSSIBLE"

"Un accident, un tir intempestif est jugé impossible. Il ne peut y avoir de coup de feu sans que l'on ait mis en fonctionnement cette arme", dit Olivier Janson. 

EXPERTISES BALISTIQUES

Des expertises balistiques ont été effectuées sur le pistolet de marque Remington, modèle 1911, très répandu à une époque. "L'arme est en mauvais état d'entretien (...) Mais son fonctionnement est parfaitement correct. Elle est en parfait état de fonctionnement. Elle possède des sécurités et des suretés", détaille le procureur. C'est une arme qui ne peut être mise en circulations sans autorisation spécifique. "L'arme n'a jamais été utilisée dans des affaires antérieures" ajoute le magistrat.

La balle a suivi une trajectoire de 45° du haut vers le bas.

ARME

Le directeur d'enquête a pris contact avec le père de Kendji Girac. Il lui a été expliqué que les gendarmes cherchaient une arme. Le père les a aidés à la retrouver, par le biais d'une tierce personne jointe par téléphone. L'arme se trouvait dans un buisson, à quelques dizaines de mètres de la caravane. Il n'y avait pas de chargeur. Le chargeur et l'étui seront remis plus tard par un oncle de Kendji Girac aux enquêteurs. 

PREMIÈRES DÉCLARATIONS

Kendji Girac fait des premières déclarations depuis l'hôpital, en 5mn, vers 8 h20 lundi matin. "Il parle d'un accident et ne donne pas d'éléments sur le contexte dans lequel cet accident serait intervenu"; détaille Olivier Janson. "Il dit :'j'ai fait ça tout seul, j'ai manipulé une arme achetée à La Teste-de-Buch, j'ai tourné le canon vers moi, le coup est parti tout seul" a expliqué le chanteur. 

DANS LA CARAVANE

Dans la caravane, aucune arme alors que le coup a été tiré depuis l'intérieur du véhicule. Pas de trace d'étui non plus. 

CONSTATATIONS COMPLIQUÉES

Les gendarmes ont procédé aux premières constatations. Ils vont avoir des difficultés à faire leur travail, d'abord parce que la caravane est fermée. Ils ne vont pas retrouver d'arme ni d'étui dans un premier temps mais un impact de balle à l'arrière de la caravane.

"Il va falloir attendre le retour de Soraya Miranda, compagne de Kendji Girac, qui était avec les pompiers pour conduire Kendji Girac à l'hôpital", dit le procureur. Celle-ci va ouvrir ensuite la caravane aux gendarmes. 

"TRAJET MIRACULEUX"

La victime a été grièvement blessée. La balle est passée tout près du cœur, la rate a été touchée. "C'est un trajet miraculeux car il ne touche aucun organe vital alors qu'il y en a un certain nombre sur le trajet de cette balle", souligne le magistrat. La victime s'est vu prescrire une ITT de 30 jours. 

PLAIE ET TIR

Kendji Girac a été victime d'une plaie par arme à feu avec un orifice d'entrée au mamelon gauche et un orifice de sortie dans le dos. La distance du tir a été jugé par le médecin comme suffisamment proche : à bout portant (et non à bout touchant). 

PORSCHE

L'identification de la victime va se faire par le biais d'une plaque d'immatriculation après que l'une des personnes présentes a donné l'immatriculation d'un véhicule : une Porsche. C'est la voiture de Kendji Girac.

HYPOTHÈSES

Plusieurs hypothèses sont évoquées : des violences commises par des personnes à l'intérieur du camp, par des personnes à l'extérieur du camp, ou encore l'accident. 

PRONOSTIC VITAL

L'ambiance devient assez tendue aux alentours de 6h30. Les personnes sur place refusent de donner leurs identités. "il n'y a aucune arme" ajoute le magistrat. Le pronostic vital de Kendji Girac est alors engagé. "Nous avons alors beaucoup de questions et aucune explications des personnes sur place", souligne le procureur. 

VERSIONS DIFFÉRENTES

Le procureur informe que les premiers intervenants ont recueillis des témoignages très différents. Un des pompiers a tout de suite pensé qu'il s'agissait d'une tentative d'homicide.

KENDJI GIRAC, BLESSÉ, A ÉTÉ DÉPLACÉ

Le procureur indique que l'accueil des pompiers plus tôt avait été différent, qu'il y avait beaucoup de monde. Kendji Girac était sur une chaise, en caleçon, à l'extérieur de la caravane et présentait une blessure par balle. Il a été transporté jusqu'à cette chaise. 

GENDARMES

Les gendarmes ont été appelés à 5h38 par l'intermédiaire des pompiers, suite à une suspicion de blessé par balles sur cette aire des gens du voyage. A 6h05, les premiers gendarmes arrivent sur place. "Ils découvrent un camp plongé dans le noir, il n'y a en apparence personne. Ils sont prêts à faire demi-tour. C'est au bout du camp qu'ils voient une quinzaine d'hommes qui les attendent" précise le procureur qui évoque "une sorte d'omerta". "Il ne s'est rien passé, nous n'avons rien à vous dire" auraient dit les personnes sur place aux gendarmes.

SAMU

Le procureur rappelle les faits : le SAMU a été appelé le premier lundi dernier. L'interlocuteur était une femme qui a téléphoné avant de passer l'appareil à la compagne de Kendji Girac, Soraya Miranda. Les pompiers sont ensuite arrivés dans le camp à la sortie de Biscarosse. 

RUMEURS

Olivier Janson, procureur de la République de Mont-de-Marsan, indique qu'il veut éviter les rumeurs. 

DÉBUT DE LA CONFÉRENCE DE PRESSE

Olivier Janson, procureur de la République de Mont-de-Marsan, débute sa conférence de presse.

CONFÉRENCE DE PRESSE

La conférence du procureur de la République de Mont-de-Marsan, Olivier Janson, va débuter dans quelques minutes. 

ALCOOL

Selon une source proche de l’enquête à TF1/LCI, Kendji Girac était très alcoolisé au moment des faits.

CONFÉRENCE DE PRESSE CET APRÈS-MIDI

Le chanteur Kendji Girac a été entendu mercredi après-midi près de Bordeaux par les enquêteurs, à qui il a répété "sans modification substantielle" sa version d'un tir "accidentel", a-t-on appris de sources proches du dossier. Cette audition libre, organisée à l'hôpital Haut-Lévêque de Pessac (Gironde) deux jours après les faits, a duré plusieurs heures mercredi après-midi, a précisé l'une de ces sources.


Le procureur de Mont-de-Marsan Olivier Janson, qui s'était exprimé lundi, a indiqué qu'il ne ferait aucune communication "complémentaire" mercredi sur l'avancée de l'enquête. Il doit tenir jeudi après-midi une conférence de presse (15h00, 13h00 GMT) au siège du tribunal judiciaire de Mont-de-Marsan, dans les Landes.

Le chanteur Kendji Girac, blessé lundi par balle, a été entendu mercredi après-midi près de Bordeaux par les enquêteurs, à qui il a répété "sans modification substantielle" sa version d'un tir "accidentel", a-t-on appris de sources proches du dossier. Cette audition libre, organisée à l'hôpital Haut-Lévêque de Pessac (Gironde) deux jours après les faits, a duré plusieurs heures mercredi après-midi, a précisé l'une de ces sources.

Le chanteur âgé de 27 ans, qui avait évoqué brièvement lundi hors procédure un "tir accidentel", a maintenu cette version "sans modification substantielle", a ajouté cette source.

Le procureur de Mont-de-Marsan Olivier Janson, qui s'était exprimé lundi, a indiqué qu'il ne ferait aucune communication "complémentaire" mercredi sur l'avancée de l'enquête. Il doit tenir jeudi après-midi une conférence de presse au siège du tribunal judiciaire de Mont-de-Marsan, dans les Landes.

Avant l'audition du chanteur, les enquêteurs privilégiaient la piste d'un "acte individuel, sans intervention d'un tiers", selon des sources proches du dossier.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info