L'enquête se poursuit dans le village du Vernet, où Émile a disparu depuis le 8 juillet dernier.
Sur place, des équipes cynophiles et un drone ont de nouveau été déployés pour poursuivre les recherches.
L'arrêté interdisant la circulation dans le hameau du Haut-Vernet a été reconduit jusqu'à samedi.

Trois semaines après la disparition d'Émile, toujours aucun signe de vie. L'enfant de deux ans et demi a disparu depuis le 8 juillet, à 17h15, heure à laquelle il a été aperçu pour la dernière fois, dans une rue du hameau du Haut-Vernet, sur le territoire de la commune du Vernet, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Malgré de très nombreuses recherches, aucune trace de l'enfant. TF1info fait le point sur l'enquête. 

Des équipes cynophiles déployées dans un rayon de 5km autour du domicile

Les recherches sur le terrain se poursuivent. Des équipes cynophiles, avec six chiens, spécialisées dans la détection de restes humains venues du Lot, ont été déployées mardi dernier. Un dispositif appuyé par un drone de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale et deux télépilotes, selon une source proche de l'enquête à TF1.  

Les recherches ont eu lieu dans un périmètre de cinq kilomètres autour du domicile des grands-parents d'Émile, où il se trouvait pour les vacances au moment de sa disparition. Cette zone a déjà été fouillée en vain lors des battues menées pendant les deux premiers jours de la disparition par des citoyens venus en solidarité. 

Cette phase de recherches devait initialement durer jusqu'à vendredi 28 juillet. Mais selon RTL, les équipes cynophiles sont revenues le 1er août pour continuer les fouilles dans un périmètre plus étendu.

L'arrêté interdisant la circulation au Haut-Vernet prolongé

En parallèle, le maire de la commune a décidé de prolonger l'arrêt interdisant la circulation dans le Haut-Vernet jusqu'au samedi 5 août, selon une information du Figaro. Cet arrêté avait déjà été prolongé une première fois par François Balique afin de ne pas entraver l'enquête et de garantir la tranquillité des habitants qui occupent les 30 maisons du hameau.

L'enquête entre les mains de juges d'instruction, aucune piste privilégiée

Une enquête a été ouverte en flagrance le 9 juillet dernier, lendemain de la disparition de l'enfant, pour recherche des causes de disparition inquiétante. Depuis, une information judiciaire a été ouverte et l'enquête confiée à deux juges d'instruction d'Aix-en-Provence en raison de "la complexité de l'affaire", a justifié le procureur de la République de Digne-les-Bains, Rémy Avon, le 18 juillet. 

Les juges d'instruction "travaillent sur toutes les hypothèses", a récemment confié le procureur à TF1. "Certaines justifient que l’on approfondisse certaines investigations déjà entreprises avec d’autres outils et méthodes de recherche. Le déploiement actuel de chiens et de drones répond à cette nécessité", a-t-il précisé concernant les dernières recherches menées. 

Les maisons fouillées, les habitants entendus

Tous les habitants du hameau ont déjà été auditionnés par les enquêteurs. Leurs maisons et leurs véhicules ont été fouillés, sans qu'aucune trace de l'enfant ne soit découverte. 

Si la ligne téléphonique ouverte après l'appel à témoins est désormais fermée, tout élément utile à l'enquête peut désormais être transmis à l'adresse électronique suivante : disparitionemile04@gendarmerie.interieur.gouv.fr


Emilie ROUSSEY avec AFP

Tout
TF1 Info