La disparition de Delphine Jubillar

INFO TF1/LCI - Affaire Jubillar : deux codétenus de Cédric Jubillar entendus, la nouvelle compagne du mari de l'infirmière en garde à vue

La rédaction de LCI
Publié le 15 décembre 2021 à 12h45, mis à jour le 16 décembre 2021 à 21h25
JT Perso

Source : TF1 Info

FAIT DIVERS - Un an jour pour jour après la disparition de l'infirmière trentenaire, une femme qui partage depuis plusieurs mois la vie de Cédric Jubillar a été interpellée mercredi matin. Sa garde à vue pour "recel de cadavre", prolongée ce jeudi, s'est achevée dans la soirée. Selon nos informations, deux autres personnes ont également été entendues. Il s'agit de deux codétenus de Cédric Jubillar.

Une femme qui partage depuis plusieurs mois la vie de Cédric Jubillar a été interpellée ce mercredi 15 décembre au matin et placée en garde à vue. Selon nos informations, la garde à vue a été prolongée ce jeudi. Cette mesure intervient le jour où l'on célèbre le triste premier anniversaire de la disparition de Delphine Jubillar. 

Dans la soirée, jeudi, elle est sortie de 36 heures de garde à vue sans être mise en examen, a indiqué  son avocate. "Madame ressort libre, la garde à vue est levée", a déclaré Me Fabienne Bexn qui assistait cette femme de 44 ans, devant la gendarmerie de Gaillac, dans le Tarn.

Séverine L. est entendue depuis 7 heures du matin sur commission rogatoire des juges d'instruction pour "recel de cadavre", dans une gendarmerie du Tarn, selon une autre source proche de l'enquête.  L'interpellation intervient un an jour pour jour après la disparition de l'infirmière qui vivait avec son mari et ses enfants à Cagnac-les-Mines, un village près d'Albi. Âgée de 44 ans, la gardée à vue est employée d'une entreprise de logistique et vit dans une commune proche d'Albi, à cinq km de Cagnac-les-Mines.  

Selon nos informations, en plus de l'actuelle compagne, au moins deux autres personnes ont été entendues par les enquêteurs. Il s'agit de co-détenus du peintre plaquiste. Ils sont de retour à la prison de Seysses où le mari de Delphine Jubillar est incarcéré depuis le 18 juin dernier.

Déjà entendue le 16 juin

La compagne de Cédric Jubillar avait déjà été entendue le 16 juin dernier par les enquêteurs mais sans placement en garde à vue. En audition, elle avait expliqué qu’elle connaissait Cedric depuis plusieurs années, qu’ils se sont perdus de vue. Elle disait avoir repris attache avec lui après la disparition de Delphine. 

Ils sont en couple dit elle depuis le printemps 2021.  Devant les gendarmes, elle a pris sa défense de Cedric affirmant qu’il était incapable de tuer Delphine  Elle n’a pas encore été interrogée en revanche sur ce qu’elle faisait la nuit de la disparition 

Sa maison avait déjà été perquisitionnée en juin dernier. 

Dix enquêteurs travaillent à temps plein sur cette affaire

Le 16 décembre 2020 au petit matin, Cédric Jubillar avait signalé aux forces de l'ordre la disparition de son épouse et mère de ses deux enfants alors âgés de 18 mois et 6 ans.  Depuis le début de l'enquête, il est considéré comme le principal suspect dans cette affaire. 

Depuis la disparition de l'infirmière qui aurait eu 34 ans en novembre dernier, 500 auditions ont été menées. Sur le terrain, 80 points ont été ciblés et fouillés, 102 zones  entièrement ratissées dont 14 par des chiens spécialisés en recherches de restes humains.

À ce jour, 10 enquêteurs travaillent toujours à temps plein sur cette affaire. Il existe 2300 pièces de procédures dans le dossier Jubillar et 140 scellés.

Le recel de cadavre est le fait de receler ou de cacher le cadavre d’une personne victime d’un homicide ou décédée des suites de violences. Le fait réprimé (article 434-7 du code pénal) consiste en la soustraction du cadavre aux recherches de la police et de la justice. La peine encourue est de 2 ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info