Les refus d'obtempérer au cœur de la controverse

Refus d'obtempérer à Paris : "J’en veux au conducteur et à la police", témoigne la passagère rescapée

Léa Tintillier | Reportage TF1 Ani Basar, Georges Brenier, Florian Le Goic
Publié le 9 juin 2022 à 9h17, mis à jour le 10 juin 2022 à 9h45
JT Perso

Source : TF1 Info

Rayana, 21 ans, a été tuée d’une balle dans la tête lors d’un contrôle de police, samedi 4 juin à Paris.
Encore sous le choc, son amie Inès, qui se trouvait à l’arrière de la voiture, livre sa version des faits à TF1.

Samedi 4 juin au matin, Inès a perdu son amie Rayana. "Elle était tout le temps joyeuse, une pile électrique, elle adorait danser, elle a pris une balle dans la tête tirée par un policier", témoigne Inès, en pleurs, dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article. 

Elle revient sur cette matinée et raconte que les deux jeunes femmes se faisaient raccompagner, après une soirée, par deux hommes qu’elles venaient tout juste de rencontrer. Inès monte à l’arrière, Rayana, à l’avant. Le conducteur n’a pas de ceinture. Les policiers tentent alors de le contrôler. "On a toqué à sa vitre, il les a regardés et puis c’est là qu’il est parti une première fois", explique la jeune femme.

Le conducteur, sans permis, prend la fuite. Mais la voiture se retrouve bloquée quelques mètres plus loin. Les policiers les rattrapent. "Ils ont cassé les vitres. Il avait encore ses mains sur le volant. Ils nous ont laissé peut-être quelques secondes, je n’ai rien entendu, quelques secondes, puis ça a tiré en même temps qu’il redémarrait", poursuit Inès. 

"Je vais me rappeler de cette scène tous les jours"

Elle affirme ne pas avoir entendu de sommation. Une version contredite par l’avocat des policiers. "Elle a été prise par une émotion énorme et sa perception des faits est certainement erronée. Mais évidemment, il y avait sommation. Évidemment, il y a eu une agression des policiers qui ont dû faire usage de leur arme pour se soustraire à cette agression", affirme-t-il. 

Lire aussi

La famille de Rayana veut porter plainte contre le conducteur et les policiers. Quant à Inès, elle ressent de la culpabilité et de la colère. "Je m’en veux déjà à moi-même, dans le sens où c’est avec moi qu’elle est sortie, on était responsables l’une de l’autre, on était ensemble, on était deux. J’en veux aussi au conducteur qui aurait dû s’arrêter et j’en veux aussi à la police qui aurait pu faire autre chose. Moi, cette scène, je vais m’en rappeler tous les jours, j’ai été traumatisée", dit-elle encore en larmes. 

Par ce témoignage, Inès veut qu’on se souvienne de Rayana. Son amie rêvait de devenir danseuse et n’avait jamais eu affaire à la justice.


Léa Tintillier | Reportage TF1 Ani Basar, Georges Brenier, Florian Le Goic

Tout
TF1 Info