Seine-et-Marne : sept tonnes de protoxyde d’azote saisies dans un hangar, un record

La rédaction de LCI
Publié le 3 janvier 2022 à 16h24
Des capsules de protoxyde d'azote jonchant le sol

Des capsules de protoxyde d'azote jonchant le sol

Source : TF1

FAIT DIVERS - Les policiers ont saisi 16 tonnes de bouteilles de protoxyde d'azote début décembre dans un hangar de Noisiel (Seine-et-Marne). Plusieurs personnes ont été interpellées.

L'information n'a été révélée que ce lundi, près d'un mois après les faits. Le 9 décembre 2021, les policiers ont effectué une saisie record en Seine-et-Marne d'un produit en vogue ces derniers mois. 

Dans un hangar de Noisiel, les enquêteurs ont en effet mis la main sur 16 tonnes de bouteilles de protoxyde d’azote, représentant près de 7 tonnes de gaz encapsulé, pour une valeur marchande estimée à 2,75 millions d’euros. La sûreté départementale du Rhône enquêtait depuis plusieurs mois sur un réseau international de revente de protoxyde d’azote.

Une première opération fin septembre

Une première opération menée le 27 septembre avait conduit à trois interpellations, à la saisie de 4 tonnes de protoxyde d’azote, de 8000 euros et 92 engins pyrotechniques. La poursuite de l’enquête a permis d’identifier un nouvel endroit de stockage.

Une nouvelle opération était déclenchée le 9 décembre, à 2h15, conduisant à deux nouvelles interpellations dont la tête présumée du réseau, au Bourget, puis à la perquisition du hangar de Seine-et-Marne.

Des accidents graves

Plusieurs accidents sont à déplorer chez des personnes ayant fait usage de ce gaz ces derniers mois sur l'agglomération parisienne. Dans la nuit du 24 au 25 décembre dans les Hauts-de-Seine, trois jeunes de 17 à 21 ans sont morts lorsque leur voiture a percuté un arbre à Villeneuve-la-Garenne. Des bouteilles de protoxyde avaient été retrouvées dans le véhicule.

Le 21 septembre, une conductrice avait redémarré brutalement à un feu rouge, percutant un terre-plein puis quatre piétons en haut des Champs-Élysées à Paris. Trois d'entre eux avaient été grièvement blessés. Les deux femmes présentes dans le véhicule auraient fait usage de ballons remplis de protoxyde d'azote peu de temps avant l'accident.

Pour rappel, le protoxyde d’azote est un gaz utilisé dans les siphons de crème chantilly et en milieu hospitalier mais qui est aussi détournée pour être inhalé en raison de ses propriétés euphorisantes (rires incontrôlés, sensation d'ébriété, distorsions auditives ou visuel).


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info