Émeutes en Nouvelle-Calédonie : ce que l'on sait du jeune gendarme tué

par T.G.
Publié le 15 mai 2024 à 23h24

Source : JT 20h Semaine

Le gendarme qui avait été grièvement blessé par balle à la tête mercredi en Nouvelle-Calédonie est mort.
Le jeune homme s'était engagé en 2020.
Il avait 22 ans.

"La Nation pense à sa famille, à ses proches, à tous ses frères d'armes dont l'engagement pour nous protéger force le respect." Emmanuel Macron a salué, mercredi 15 mai, la mémoire du gendarme de 22 ans qui, après deux jours d'émeutes en Nouvelle-Calédonie, a été tué.

Cet agent mobile de 22 ans appartenait à l'escadron de Melun, en Seine-et-Marne. Il a été touché par un tir dans le secteur de Plum, à l'est de Nouméa, a précisé la gendarmerie. "Il est mort après une nuit de protection dans un endroit particulièrement dangereux", a détaillé mercredi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, lors des questions au gouvernement au Sénat. "Les "vieux", comme on dit chez vous en Nouvelle-Calédonie, sont venus parler aux gendarmes, il a retiré son casque et il s'est fait tirer dessus en plein front", a-t-il ajouté.

Selon nos informations, il était entré à la gendarmerie en 2020, comme gendarme adjoint volontaire. Après une formation à l’école de gendarmerie Montluçon, il avait été affecté à la brigade de proximité de Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme, puis au Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie de Romans-sur-Isère.

Souhaitant poursuivre son engagement, il avait été admis en 2022 au concours de sous-officier de gendarmerie, intégrant à nouveau l’école de gendarmerie de Montluçon. À l’issue de sa scolarité, il avait choisi la gendarmerie mobile et l’escadron de gendarmerie mobile 211/1 de Melun, en Île-de-France. Il était célibataire et sans enfant.


T.G.

Tout
TF1 Info