Explosion à Lyon : l'enquête sur l'attaque au colis piégé

EN DIRECT - Colis piégé à Lyon : "Sept attentats déjoués depuis le début de l'année", indique Laurent Nunez

La rédaction de LCI
Publié le 2 juin 2019 à 12h31, mis à jour le 2 juin 2019 à 12h47
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

ATTENTAT - Une semaine après l'explosion qui a eu lieu vendredi 24 mai rue Victor-Hugo dans le centre-ville de Lyon, lors de laquelle 14 personnes ont été blessées, l'auteur présumé des faits a été mis en examen et écroué. Sur LCI, le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nunez a indiqué que 7 attentats avaient été déjoués en France depuis le début de l'année. Les dernières infos en direct.

"MONSIEUR COLLOMB A ÉTÉ UN PEU IMPRUDENT"


Interrogé ce dimanche 2 juin sur le plateau du Grand Jury au sujet des déclarations faites par le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner et le maire de Lyon et ancien ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, Laurent Nuñez estime que "Christophe Castaner dans toutes les déclarations qu’il a faites a été extrêmement prudent dans tout ce qu’il a dit. Il y a eu plusieurs prises de parole à ce moment-là".  


Dans un communiqué, sans nommer personne, le procureur de la République avait rappelé qu’il était le seul à pouvoir "rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure ". 


"Je n’exclue pas que le procureur de la République visait un ancien ministre de l’Intérieur", a  commenté le secrétaire d'État. 

IDENTIFIÉ LE DIMANCHE, INTERPELLÉ LE LUNDI



"L’état de la menace terroriste demeure très élevé. (…) Elle reste endogène. Nous avons des individus présents sur le territoire national", Laurent Nuñez , invité ce dimanche de l’émission Le GrandJury RTL, Le Figaro, LCI. 



Sur le fait que Mohamed Hichem M. ait été interpellé le lundi, alors qu’il avait été identifié le dimanche, deux jours après l’attentat, et sur les déclaration de Marine Le Pen, le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur déclare : "Les remarques de madame Le Pen témoigne de sa méconnaissance des services de police. Elle s’imagine que parce qu’on a identifié un individu on va l’interpeller tout de suite ? Alors qu’il y a peut-être chez lui, des complices, des explosifs…? ".

urgent

Urgent

LE SUSPECT ECROUÉ


Mohamed Ichem M. a été mis en examen par le juge d'instruction des chefs de tentative d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste, association de malfaiteurs terroriste criminelle, fabrication détention et transport d'explosifs en relation avec une entreprise terroriste. Il a été placé en détention provisoire conformément aux réquisitions du parquet de Paris. 

INTÉRÊT POUR LES THÈSES DJIHADISTES


"L'exploitation de l'ordinateur utilisé par le mis en cause jusqu’à la fin de l’année 2018 a mis en évidence des recherches sur Internet révélant un intérêt pour les thèses djihadistes et l’activité de l’EI", ajoute le procureur de la République dans son communiqué.


"Entendu à plusieurs reprises par les enquêteurs, il a, dans un premier temps, contesté son implication dans la commission des faits. Il a, par la suite, indiqué avoir prêté allégeance en son for intérieur à « l’EI » et reconnu avoir déposé devant la boulangerie l’engin explosif, qu’il avait préalablement confectionné".

RETROUVÉS AU DOMICILE FAMILIAL


La perquisition du domicile familial de la famille de Mohamed Hichem M. "a notamment permis de découvrir, dans la cuisine, une bouteille d'eau oxygénée, une bouteille d'acide chlorhydrique, une bouteille d’ammoniaque, un sac kraft contenant de nombreuses piles, un kit de survie et du fil électrique".


Le communique du procureur précise que "les enquêteurs ont par ailleurs saisi dans les poubelles de l'immeuble une gourde de vélo contenant des traces de TATP, 4 télécommandes, des circuits électriques, un lot de seringues, des lots de fils électriques, des billes d'aciers, des vis et des bouteilles avec des traces d'acétone et d'acide chlorhydrique".

250 à 400 grammes de TATP


"Le rapport d’analyse de l’engin explosif décrit une charge composée de 250 à 400 grammes de TATP associée à des billes d'acier et des vis, un dispositif de déclenchement à distance par télécommande et une source d'énergie composée de 8 piles", précise le procureur de la République Rémy Heitz.

20 PILES COMMANDÉES LE 7 MAI 


Dans son communiqué publié ce vendredi,  le procureur de la République Rémy Heitz  indique que "l’exploitation de la vidéosurveillance a permis de localiser l’auteur des faits pour la première fois le vendredi 24 mai à 16H52, boulevard Émile Zola à Oullins, puis une dernière fois à 17H55, dans la même commune, non loin d’une impasse desservant la résidence des Ifs".


"Les enquêteurs sont parvenus à déterminer qu’un lot de 20 piles, correspondant à celles utilisées pour constituer l’engin explosif, avait été commandé le 7 mai par Mohamed Hichem M. sur un site Internet et livré résidence des Ifs à Oullins".

14 BLESSÉS


Dans un communiqué ce vendredi, le procureur de la République Rémy Heitz indique que "Cet attentat a blessé 14 personnes qui présentent des incapacités comprises entre 1 et 30 jours". 


Il y avait jusqu'à aujourd'hui 13 blessés connus. Une source proche du dossier précise à LCI qu'une victime s'est manifestée dans le temps de l'enquête". 

Police, justice et faits divers
Explosion à Lyon : Mohamed Hichem M. mis en examen et écroué

Explosion à Lyon : Mohamed Hichem M. mis en examen et écroué

GARDE À VUE


Après la garde à vue des parents, c'est celle du frère de Mohamed Hichem M qui a été levée cette après-midi, selon nos informations. Celle du suspect présumé se poursuit. 

GARDE À VUE


Selon nos informations, les gardes à vue des parents de Mohamed Hichem M., le suspect présumé de cette attaque au colis piégé, ont été levées en début d'après-midi en l'absence d'élément les incriminant à ce stade. Les deux autres gardes à vue de se poursuivent.

"AU NOM DE DAECH"

Police, justice et faits divers
Colis piégé à Lyon : le suspect dit avoir commis l'attentat "au nom de Daech"

Colis piégé à Lyon : le suspect dit avoir commis l'attentat "au nom de Daech"

LE POINT SUR LES GARDES A VUE


Le suspect ainsi que trois de ses proches sont toujours en cours, ce mercredi,  alors que l'exploitation du matériel informatique saisi a fait apparaître des recherches compromettantes pour le suspect. Les auditions sont menées en banlieue parisienne, dans les locaux de la Sous-direction antiterroriste (Sdat), a précisé une source proche du dossier.

urgent

Urgent

Une source indique à LCI qu'au cours de sa garde à vue, ce mercredi 29 mai, le principal suspect a reconnu avoir confectionné l'engin explosif.


Interpellé lundi matin à Lyon, Mohamed Hichem M., un Algérien de 24 ans, est passé aux aveux au cours de sa garde à vue dans les locaux de la Sous-direction antiterroriste (Sdat) en banlieue parisienne

urgent

Urgent

GARDE A VUE

Le principal suspect a été transféré mardi soir dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (Sdat) à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), selon une information du Parisien confirmée à LCI.

Les quatre gardes à vue - le suspect et trois proches - ont été prolongées, selon une information confirmée mercredi à LCI

ENQUÊTE

GARDE A VUE

Le suspect, jusqu'ici peu loquace, commence à parler. Selon nos informations, il a nié en bloc les soupçons le concernant.

Lundi, lors de la perquisition, de faibles quantités d'explosif de type TATP ont été retrouvées sur place. Une grande quantité de matériel informatique a été saisie

ENQUÊTE


Le procureur de Paris Rémy Heitz s'est exprimé après les propos du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, mais également du maire de Lyon Gérard Collomb, sur l'enquête au sujet de l'attentat au colis piégé à Lyon. Il souligne dans un communiqué être "le seul" à pouvoir communiquer à ce sujet. "Le procureur de la République de Paris est le seul à pouvoir rendre publics des éléments objectifs tirés de la procédure ne comportant aucune appréciation sur le bien-fondé des charges retenues contre les personnes mises en cause".


Christophe Castaner a affirmé mardi sur CNEWS n'avoir "pas de doute" que le suspect en garde à vue était "le responsable" de cette attaque qui a fait 13 blessés vendredi à Lyon.


Dans un tweet, le porte-parole de la Chancellerie a de son côté pointé Gérard Collomb sans le citer, s'étonnant qu'un maire puisse "faire le point sur une enquête criminelle en cours, donner les avancées et les résultats des investigations dans les médias"

info-tf1

Info tf1/lci

ENQUÊTE


L'ADN retrouvé sur le sac contenant l'engin explosif artisanal utilisé vendredi est bien celui du suspect actuellement en garde à vue, selon nos informations. Ce dernier, toujours entendu par les enquêteurs, se montre peu loquace.

COLLOMB


Christophe Castaner est également revenu sur la communication du maire de Lyon, Gérard Collomb, qui l'a devancé dans le cas de l'attentat au colis piégé de Lyon. Il a ainsi démenti son rôle de "ministre de l'Intérieur bis", avant d'ajouter : "Gérard Collomb m'a adressé un conseil, celui de ne jamais trop parler. Il avait raison."

CASTANER


"Trois autres personnes sont actuellement entendues. Le profil des parents est un profil classique, ils sont en France, intégrés et travaillent. (...) Avec la vidéosurveillance, on a pu reconstitué le parcours du suspect présumé. Ni le profil qui a amené à l'acte, ni le mobile n'est connu" a poursuivi Castaner concernant l'enquête.

CASTANER


"L'enquête se poursuit, le process utilisé était techniquement suffisamment développé pour tuer. On ne pose pas une bombe pour faire passer un message. Nous avons évité une catastrophe. Il est toujours assez peu loquace. C'est une personnalité totalement inconnue de nos services. (...) Il avait des visas de court-séjour avant de faire une demande de visa étudiant, sans l'obtenir" a ajouté le ministre de l'Intérieur.

CASTANER


Invité de Jean-Pierre Elkabbach ce mardi matin sur CNews, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner s'est exprimé concernant l’attentat au colis piégé survenu dans le centre-ville de Lyon vendredi. "330 policiers se sont mobilisés et ont permis en 72 heures l'arrestation du responsable présumé. (...) Je suis intimement convaincu qu'il est l'auteur de l'attaque. Il est en garde à vue, sous l'autorité judiciaire et de la police" a déclaré Castaner.

"TOUT LE MONDE L'ADORE", ASSURE UN AMI DU SUSPECT


Alors qu'un Algérien de 24 ans a été arrêté hier à Lyon, des proches assurent qu'il ne peut être le "terroriste à vélo". "C'est comme mon frère. Il n'a jamais été violent, tout le monde l'adore ici, confie un ami au Parisien. Il est musulman, fait la prière et le ramadan, mais n’est pas du tout extrémiste." "Jamais il ne ferait du mal à quelqu'un", conclut le jeune homme

L’AVANCÉE DE L’ENQUÊTE LUNDI 27 MAI


- Le suspect interpellé, ses motivations toujours inconnues

Ce lundi 27 mai peu avant 10h du matin, un individu soupçonné d’être l’auteur de l’attentat au colis piégé a été interpellé dans le centre-ville de Lyon et placé en garde à vue. De crainte d’une présence d’explosifs à son domicile, le suspect de 24 ans a été interpellé sur la voie publique, suite à une filature. 

L’arrestation s’est faite dans le calme, à un arrêt de bus du boulevard Yves Farge, dans le 7ème arrondissement de Lyon. Le suspect était inconnu des services de police, ses motivations sont toujours inconnues pour l’instant. Sa garde à vue peut durer jusqu’à 96 heures. 


- Quatre personnes en garde à vue et une audition libre

Une heure après l’arrestation de l’auteur présumé, un deuxième individu a été interpellé et placé en garde à vue. Il s'agit d'un lycéen majeur, faisant partie de l'entourage familial du suspect. Dans la foulée, la mère du suspect a également été interpellée et placée elle aussi en garde à vue. En fin de matinée, la sœur du suspect était entendue par les enquêteurs en audition libre. En milieu de journée, une quatrième personne a été interpellée et placée en garde à vue, il s’agit du père du suspect. Dans l'après-midi, une perquisition a été menée pendant plusieurs heures au domicile de la famille à Oullins, dans la proche banlieue de Lyon.


- Christophe Castaner et Laurent Nunez à Lyon

Le ministre de l'Intérieur et le secrétaire d'État se sont rendus à Lyon en fin de journée dans le cadre de l'enquête sur le colis piégé. Christophe Castaner s’est exprimé depuis l'hôtel de police, confirmant les quatre interpellations et invitant "chacun et chacune à respecter le temps à l'enquête". Il a également applaudi l’action conjointe de la SDAT, de la police judiciaire de Lyon et de la DGSI, co-saisies par la section antiterroriste du parquet de Paris. 


Lundi soir, le suspect, ses parents et un membre de sa famille étaient toujours en garde à vue. La sœur du suspect n’a pas été mise en examen.

CHRISTOPHE CASTANER INVITE A RESPECTER L’ENQUÊTE


Le ministre de l'Intérieur s'est exprimé depuis Lyon ce lundi. Il a rappelé que des moyens exceptionnels ont été mobilisés dans ce travail d'enquête mais aussi pour permettre l'arrestation du suspect. "Je suis ici pour remercier les hommes qui ont réalisé un travail exceptionnel de coopération dans des délais extrêmement court, pour que les risques qui courraient sur les Français soit neutralisés", a-t-il déclaré.


Après avoir confirmé que "un auteur présumé a été interpellé" ce matin, il a assuré que l'enquête allait se poursuivre. Sur ce point, il a invité "chacun et chacune à respecter ce temps d'enquête, (...) à ne pas spéculer" sur l'identité des interpellés. "Le temps n'est pas aux commentateurs mais à la police", a-t-il insisté.

PLUS DE 340 APPELS


Dans un tweet posté ce lundi en fin d'après-midi, la police nationale remercie les personnes qui ont composé le 197 pour aider les enquêteurs à retrouver la trace du suspect. "Vous avez été nombreux à appeler le numéro vert 197-Alerte attentat pour nous aider à retrouver le principal suspect de l’explosion. Plus de 340 appels et plus de 30 mails ont été reçus et exploités par notre plateforme 24/24. Merci pour votre mobilisation", peut-on lire dans ce tweet.

APPEL A TÉMOINS TERMINÉ

Colis piégé à Lyon : des perquisitions après l'arrestation d'un suspectSource : TF1 Info
JT Perso

PERQUISITION

VIDÉO DE L'INTERPELLATION DU SUSPECT


Nos confrères du Progrès ont mis en ligne cet après-midi une vidéo de l'interpellation du suspect. Comme l'avait annoncé le maire de Lyon Gérard Collomb dans la journée, celle-ci s'est déroulée dans le calme. 


Sur la vidéo que se sont procurés nos confrères, on peut voir l'individu menotté au sol, avant d'être conduit par les enquêteurs de la police judiciaire, cagoulés sur les images, dans un véhicule des forces de l'ordre.

CASTANER ET NUÑEZ À LYON


Le ministre de l'Intérieur, Christiphe Castaner, et le secrétaire d'État Laurent Nuñez se rendront ce soir à Lyon dans le cadre de l'enquête sur le colis piégé. Ils sont attendus vers 17 heures à l'hôtel de police. 

NOUVELLE INTERPELLATION


Une quatrième personne a été interpellée et placée en garde à vue ce lundi, indique le parquet de Paris. Il s'agit du père du suspect. 

GÉRARD COLLOMB


Le maire de Lyon a réagi sur LCI aux interpellations menées ce lundi.

Explosion à Lyon : Gérard Collomb réagit aux interpellations qui ont eu lieu ce lundiSource : TF1 Info
JT Perso

3E INTERPELLATION


Dans la foulée de l'arrestation de deux hommes ce lundi matin, une femme a été interpellée et vient d'être placée en garde à vue, indique le parquet à LCI.  Il s'agit de la mère du suspect.

PROFILS

Police, justice et faits divers
Explosion à Lyon : que sait-on des personnes interpellées lundi ?

Explosion à Lyon : que sait-on des personnes interpellées lundi ?

urgent

Urgent

UN 2e INDIVIDU INTERPELLÉ


Un deuxième individu a été interpellé. Il vient d'être placé en garde à vue, fait savoir le parquet de Paris.  Il s'agit d'un lycéen majeur qui fait partie de l'entourage familial du suspect. 

INTERPELLÉ À UN ARRÊT DE BUS


Le suspect âgé de 24 ans a été interpellé à un arrêt de bus, boulevard Yves Farge dans le 7e arrondissement de Lyon. 

DETAILS

Âgé de 24 ans, le suspect a été interpellé sur la voie publique. D'après nos informations, les enquêteurs ont préféré éviter de le prendre en charge à son appartement, en raison de la crainte d'une présence de TATP. Les motivations et les éléments du profil du suspect restent inconnus à ce stade.

urgent

Urgent

INTERPELLATION


Le ministre de l'Intérieur annonce l'arrestation d'un suspect ce lundi matin. 

CASTANER


Lorsqu'il est venu sur place, vendredi soir, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner ne s'était pas exprimé. Venu voter à l'occasion des élections européennes, ce dimanche dans sa ville de Forcalquier (Alpes de Haute-Provence), il est revenu sur l'enquête en cours : "Il y a des empreintes ADN mais qui ne sont pas répertoriées", a confirmé le locataire de Beauvau auprès de La Provence.  L'individu n'est donc pas répertorié au Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG).

UNE CENTAINE D'ENQUÊTEURS


Une centaine d'enquêteurs sont toujours mobilisés ce dimanche pour tenter de retrouver l'homme qui a déposé samedi à 17h27 un sac en kraft sur un bloc de béton rue Victor Hugo à Lyon. Samedi soir, la police nationale a diffusé de nouvelles photos du suspect. Celles-ci ont été extraites des bandes des caméras de vidéosurveillance. 

DES DIZAINES DE TÉMOIGNAGES 


Depuis que l'appel à témoins a été diffusé vendredi, la police a reçu des dizaines d'appel au 197 "Alerte attentat". Près de 200 témoignages ont été pris en compte par les enquêteurs.  

PHOTO DES LIEUX


Dans la nuit de samedi à dimanche, Le Progrès a publié une photo des lieux de l'explosion. Sur celle-ci, on peut notamment voir les bris de vitre de la boulangerie La Brioche Dorée au sol. 

ADN NON RÉPERTORIÉ 


Selon l'AFP qui cite des sources proches du dossier, l'ADN retrouvé sur le sac qui a explosé n'a pas été identifié. Il n'est pas répertorié au Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG).

La Police nationale a diffusé sur Twitter de nouvelles photos du suspect prises hier avant qu'il dépose son colis piégé devant une boulangerie lyonnaise.

TOULOUSE


24 heures après l'explosion d'un colis piégé à Lyon, deux colis suspects ont été neutralisés au Stadium de Toulouse, qui accueille ce samedi un concert de Big Flo & Oli. Les spectateurs ont dû être évacués, le temps que les démineurs détruisent les colis, qui s'avéraient être deux cartons d'une vingtaine de centimètres contenant du polystyrène. 

TATP


Selon nos informations, des traces de TATP ont été retrouvées dans l'engin qui a explosé hier à Lyon, en infime quantité. Le TATP (tipéroxyde de triacétone) est un explosif artisanal très instable. Il a été utilisé dans les attentats commis à Paris le 13 novembre 2015 et à Bruxelles en mars 2016.

ENQUÊTE


Selon nos informations, un ADN a bien été isolé, il est en cours de traitement. Rien n'indique qu'il s'agisse de celui du suspect filmé en train de déposer le colis piégé.

MESSAGES DE GÉRARD COLLOMB SUR TWITTER

DE NOUVELLES PHOTOS



Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz vient d'indiquer que de nouvelles photos du suspect allaient êtres diffusées. 

AUCUNE REVENDICATION 


Ont été trouvées sur le sol notamment des vis de 2cm, des billes en métal, 7 piles de type LR6, un circuit imprimé, un dispositif de déclenchement à distance...


"A l'instant où je vous parle, cet acte n'a donné lieu à aucune revendication"

Rémy Heitz, procureur de la République de Paris. 

EXPLOSION A 17h28


"17h26 il arrive devant la Brioche Dorée. 17h27, il remonte sur son vélo (...) L'explosion survient une minute plus tard à 17h28 et 39 secondes" Rémy Heitz, procureur de la République de Paris. 

90 ENQUÊTEURS 



"Dès hier soir 90 enquêteurs ont été mobilisés" Rémy Heitz, procureur de la République de Paris. 

13 BLESSÉS DANS 3 HOPITAUX


" 11 blessés ont été hospitalisés et pris en charge dans 3 hôpitaux"  Rémy Heitz

LE PROCUREUR S’EXPRIME


Le procureur de la République Rémy Heitz vient de débuter sa conférence de presse en direct du tribunal de grande instance de Lyon. 

DEUX PATIENTES TOUJOURS AUX URGENCES


"Il n’y a aucune mise en jeu du pronostic fonctionnel. Nous avons été réactifs. Cinq patients (sur les 13 blessés), ont été admis dans le service. Deux patientes sont encore hospitalisées aux urgences. Les soins sont en cours. Il y a des blessures par des corps étrangers qui méritent une exploration des lésions", vient de préciser le Docteur Sylvie Méran, responsable des urgences de l’hôpital Saint Joseph Saint Luc de Lyon. 


Le médecin précise que l’hôpital a fait en sorte que des médecins psychiatres soient présents ce samedi pour écouter, s’ils le souhaitent, les blessés et leurs proches. 


Ce matin, Gérard Collomb a pu à s'entretenir avec l'une des victimes. Celle-ci est, selon le maire "extrêmement choquée". 

GERARD COLLOMB DONNE DES DÉTAILS


Selon le maire de Lyon qui s'est rendu ce matin rue Victor Hugo, l'engin utilisé par le suspect est un"un engin sophistiqué qui ne contient pas beaucoup d'explosifs"

Gérard Collomb, qui vient de s'exprimer depuis sa ville, a ajouté que "Les caméras de la ville permettent de voir le parcours du suspect". "On trouvera peut-être là des éléments d'indice (...) On devrait pouvoir trouver un certain nombre de témoignages", a assuré l'édile. 


"On est dans une ville paisible, calme, et tout d'un coup arrive cette attaque, attaque qui  reste à expliquer dans les temps qui viennent", a poursuivi le maire et ancien ministre de l'Intérieur rappelant que de "nombreux enquêteurs étaient à l'œuvre" pour tenter de retrouver le suspect. 



Sur le profil de l'individu, le maire de Lyon a déclaré : "On ne va pas tous les jours poser un engin explosif en bermuda avec un vélo". L'élu laisse au procureur le soin de qualifier l'attaque, pour voir s'il s'agit ou non d'un acte terroriste. 


Enfin, interrogé sur la fuite du suspect, le maire a précisé :

"On a perdu sa trace vers le quai Claude Bernard à hauteur des Universités". 

VIGILANCE RENFORCÉE 


Suite à l'explosion au colis piégé de la rue Victor Hugo survenu, le vendredi 24 mai, la Ville de Lyon, en lien avec la Préfecture du Rhône, demande une vigilance renforcée aux organisateurs de manifestations festives, exploitants d’établissements et au public.


Il est spécifiquement demandé de  :

- Mettre en place une surveillance de l’événement et de la file d’attente .

Renforcer la vigilance et le contrôle des accès des manifestations festives et des établissements recevant du public.

- Adapter les capacités d’accueil, veiller à ce qu'elles soient en adéquation avec le dispositif de surveillance et ce afin d’éviter la massification du public.

- Signaler tous les colis, sacs ou bagages abandonnés de même que les comportements suspects aux forces de police et/ou agents de sécurité.

- Exercer également une vigilance particulière sur les parkings

UNE CELLULE OUVERTE DÈS 8 HEURES 

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PROCUREUR DE PARIS


Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, donnera une conférence de presse à midi ce samedi. 

PARCOURS DU SUSPECT 


"Nous avons un dispositif de vidéo-protection qui est assez étendu, on a vu à la fois la personne arriver et repartir sur son vélo, donc peut-être aurons-nous un certain nombre de témoins qui pourront faire avancer l'enquête", a indiqué ce samedi matin Gérard Collomb, maire de Lyon.

"Étant donné que l'auteur était totalement masqué je ne suis pas sûr que cela puisse beaucoup faire progresser les choses", a-t-il toutefois nuancé.

LE MAIRE DE LYON ÉMU



De retour samedi matin d'un voyage au Japon, a fait de sa "profonde émotion" et de sa "surprise", au lendemain de l'attaque au colis piégé qui a fait 13 blessés légers. "On ne s'attend pas à ce qu'il y ait comme cela une attaque qui puisse se passer au centre-ville de Lyon" qui est "plutôt une ville calme", a déclaré Gérard Collomb, évoquant "l'émotion et la profonde sympathie pour les victimes qui ont été atteintes et en particulier la petite fille qui a été touchée."

"Il semble qu'il n'y ait que des blessés légers, atteints aux membres inférieurs", a précisé l'élu, qui devait se rendre dès son arrivée dans la ville u chevet des victimes.

GÉRARD COLLOMB AU CHEVET DES VICTIMES 


Gérard Collomb se rendra ce samedi au chevet des victimes. Le maire de Lyon est rentré samedi de voyage. Arrivé à Lyon ce samedi, il a fait part de sa "surprise" et de son "émotion". 

TÉMOIGNAGES

Explosion d'un colis piégé à Lyon : les témoins sous le chocSource : Sujet JT LCI
JT Perso

PÉRIMÈTRE DE SÉCURITÉ LEVÉ


Le périmètre de sécurité a été levé samedi aux abords de l'explosion qui s'est produite vendredi rue Victor Hugo à Lyon. Des prélèvements ont été effectués toute la nuit par les enquêteurs.

LE MAIRE DE LYON DOIT S'EXPRIMER 


 De retour d'un voyage au Japon vendredi, le maire de Lyon et ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb doit s'exprimer dans la matinée.


Vendredi soir, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner et le procureur de Paris, Rémy Heitz, se sont brièvement rendus sur les lieux de la déflagration sans faire de déclaration devant la presse.

13 BLESSÉS


D'après un dernier bilan, 13 personnes - neuf femmes dont une enfant de dix ans et quatre hommes - ont été touchées par l'explosion, 11 ayant été hospitalisées. Toutes ne sont blessées que légèrement.

Le parquet de Paris indique qu'une enquête de flagrance a été ouverte des chefs de "tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste" et d’"association de malfaiteurs terroriste criminelle". Cette enquête a été à été confiée à la DCPJ en co-saisine avec la DGSI.

La police nationale a lancé un appel à témoins, photo à l’appui, pour retrouver l’homme suspecté d’être l'auteur de l'explosion.

Après la visite de Christophe Castaner, le maire (centriste) du 2ème arrondissement de Lyon est revenu sur l’explosion : "Les dégâts ne sont pas très spectaculaires", a déclaré Denis Broliquier. "La charge était relativement peut importante. Elle a provoqué par souffle l’explosion des vitres de la banque réfrigérée [de la boulangerie], mais celle-ci est toujours là. Ça a suffi à blesser des personnes, il y a eu un souffle fort mais pas suffisant pour que les plaies soient profondes."


"Aucun immeuble n’a été évacué, seuls les magasins ont été immédiatement fermés parce qu’il y avait un risque d’une deuxième explosion", a précisé l’élu, ajoutant que le périmètre a été bouclé.

Après être resté sur place une demi-heure, Christophe Castaner est reparti.

"C’est important de retrouver le suspect, les forces de l’ordre sont mobilisées pour cela", a déclaré au micro de LCI la ministre de la Justice Nicole Belloubet. 

A Lyon, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner vient d'arriver sur place, rue Victor-Hugo.

"Ce que veulent les auteurs des attentats de Lyon, c’est la haine et la violence, nous sommes là pour nous y opposer", a déclaré François Bayrou lors du meeting de la liste Renaissance. Pour l’heure, on ignore cependant si l’attaque de Lyon a "des auteurs", ou un seul auteur.

Police, justice et faits divers
Lyon : ce que l'on sait sur l'explosion du colis piégé

Lyon : ce que l'on sait sur l'explosion du colis piégé

"Nous sommes à vos côtés", déclare ce soir sur Twitter Emmanuel Macron, en s'adressant aux blessés de l'explosion, et à tous les Lyonnais.

Le chanteur Ed Sheeran est en concert à Lyon ce soir. L’événement a été maintenu mais la sécurité pour y accéder a été renforcée.

"Nous devons rester unis face à ces attaques", commente Nicolas Jadot, tête de liste Europe Ecologie aux Européennes.

La tête de liste des Républicains aux européennes, François-Xavier Bellamy, réagit à son tour.

Selon Le Progrès, une opération de déminage a eu lieu place Bellecour, près du jardin d’enfants. Un sac oublié a été signalé, les démineurs se sont donc rendus sur place pour lever le doute, écrit le quotidien.

"Au nom de tous les députés LaREM, j’adresse mes pensées aux blessés de l’explosion de Lyon et à leurs proches", a tweeté Gilles Le Gendre, président du groupe LaREM à l’Assemblée.

Ian Brossat, tête de liste du PCF aux européennes, exprime ses "plus sincères pensées pour les victimes".

Pour le député du Nord (FI) Adrien Quatennens, le but de l’auteur de l’attaque de Lyon est de "peser sur le vote de dimanche". "Répondons à ceux qui nous menacent en faisant vivre notre démocratie", a-t-il réagi.

Des rumeurs sur d’autres explosions à Lyon, notamment à Vaise, circulent. Le préfet les dément.

Le président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan a réagi à cette "nouvelle attaque ignoble sur notre sol".

Christophe Castaner, qui suivait jusqu'ici la situation depuis la place Beauvau, va se rendre à Lyon.

Compte tenu de la situation à Lyon, le Premier ministre annule sa présence au dernier meeting de la majorité pour les européennes, à la Mutualité ce soir.

"Rien ne doit arrêter la démocratie, mais la démocratie doit toujours avoir les yeux ouverts sur les risques qu’elle court. Et le rôle de la démocratie c’est de protéger tous ses enfants", a déclaré la tête de liste LaREM aux élections européennes, Nathalie Loiseau.

Explosion à Lyon : "Rien ne doit arrêter la démocratie", déclare Nathalie LoiseauSource : TF1 Info
JT Perso

Actuellement au Japon, le maire de Lyon et ancien ministre de l'Intérieur Gérard Collomb ne s'est pas encore exprimé sur l'explosion rue Victor-Hugo.

Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez, se dit "de tout coeur avec les blessés".

Sur Twitter, le député LR Eric Ciotti fait part de son "immense émotion".

La France n'avait plus connu d'attaque au colis piégé depuis décembre 2007, 

lorsqu'une explosion dans un cabinet d'avocats (pour des raisons toujours inconnues à ce jour) avait fait un mort et un blessé.

Jean-Yves Sécheresse, adjoint à la mairie de Lyon chargé de la sécurité, s’est exprimé sur LCI. A propos des caméras de surveillance dans la rue, il assure : "Rien ne peut nous échapper dans la rue Victor-Hugo, donc rien ne nous a échappé. On a des images".

"Il faut penser aux victimes, aux blessés, et aux forces de police qui sont intervenues très rapidement", déclare David Kimefeld, le président de la métropole de Lyon. "Il y a de la vidéosurveillance dans cette rue, les images sont en cours d’analyse. Il semblerait qu’une personne ait déposé un colis", ajoute-t-il. 

Après l’explosion à Lyon, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a adressé des consignes de vigilance à l’ensemble des préfets.

Marine Le Pen a elle aussi réagi à l'explosion à Lyon.

Le nombre de blessés est réévalué à 13 personnes. 11 d’entre elles ont été évacuées vers des hôpitaux. Tous les blessés sont cependant qualifiés de légers.

"Nos pensées vont vers les victimes et leurs proches", a de son côté tweeté la tête de liste FI aux Européennes Manon Aubry.

Le député RN Gilbert Collard a lui aussi exprimé ses "pensées" aux Lyonnais.

Benoit Hamon a été l'un des premiers à réagir à l'explosion à Lyon, sur Twitter.

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est à son tour saisie de l'enquête, annonce le parquet, qui précise que le procureur de Paris Rémy Heitz se rend sur les lieux.

Un suspect est recherché. Il s’agirait d’un homme de 30-35 ans, qui aurait été vu à VTT déposer un sac en papier devant la boulangerie, quelques instants avant l'explosion.  Il faut cependant "rester très prudent" et laisser faire l’enquête, a rappelé sur LCI le président de la métropole David Kimelfed.

"L’endroit est sécurisé", a déclaré sur LCI Alain Barberis, du syndicat Alliance-Police, qui explique que la police n’avait pas connaissance de menace spécifique à Lyon.

Le parquet de Lyon a ouvert une enquête pour tentative d’assassinat et association de malfaiteurs. La PJ de Lyon a été saisie.

"Une chose est sûre : c’était un engin destiné à blesser", a déclaré Denis Broliquier , le maire du deuxième arrondissement de Lyon.

"Je ne sais pas quoi penser de tout ça, ce n'est pas très rassurant", témoigne un réceptionniste de la rue Victor-Hugo à Lyon.

"J'ai entendu un bruit sourd", témoigne un commerçant.

Explosion à Lyon : le témoignage d'un commerçant du quartierSource : TF1 Info
JT Perso

L'explosion a eu lieu à l'angle des rues Victor-Hugo et Sala, proches de la place Bellecour. Le procureur de la République à Lyon, Nicolas Jacquet, se rend

sur les lieux. Le secteur a été évacué et bouclé par les forces de l'ordre.

Selon ce qu'a déclaré une source policière à l'AFP,  le colis piégé contenait "des vis ou des boulons" et a été déposé devant une boulangerie.

L’interview d’Emmanuel Macron sur les Européennes, sur la chaîne du Youtubeur Hugo Travers, a été retardée en raison de l’explosion à Lyon. En prenant la parole, le président a évoqué "une attaque". "A ce stade il y a des blessés donc je veux avoir une pensée pour eux et leur famille", a-t-il déclaré.

Les huit blessés sont dans un état léger, indique le préfet de région sur Twitter.

Selon nos informations, l'explosion aurait fait 8 blessés. Aucun pronostic vital ne serait engagé.

Les médias locaux comme Le Progrès parlent d'un colis piégé. Une piste privilégiée par le parquet.

Selon le parquet, cité par l'AFP, la piste du colis piégé est privilégiée. 

Sur Twitter, le préfet de région a appelé la population à éviter le secteur. 

Une explosion est survenue ce vendredi en fin d'après-midi aux alentours de 17h30, rue Victor-Hugo, à hauteur de la rue Sala, dans le centre de Lyon, à proximité de la place Bellecour.

Une explosion a eu lieu à Lyon, rue Victor-Hugo, aux alentours de 17h30, ce vendredi. La déflagration a eu lieu à la hauteur de la rue Sala. Selon Le Progrès, c’est un colis piégé qui aurait explosé. Le quotidien précise que le colis se trouvait dans la rue. Au moins 13 personnes auraient été blessées.

Suivez les dernières informations dans le fil ci-dessous : 

Un périmètre de sécurité a été mis en place, et sur Twitter, la préfecture recommande d'éviter le secteur.


La rédaction de LCI

Tout
TF1 Info