Un fourgon de l'administration pénitentiaire a été attaqué à la voiture bélier ce mardi matin à hauteur du péage d'Incarville dans l'Eure.
Deux agents ont été tués et deux autres sont entre la vie et la mort.
Le détenu et ses complices sont en fuite.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

VAGUE D'ÉMOTION APRÈS L'ATTAQUE MEURTRIÈRE

Deux agents de la pénitentiaire ont été tués au péage d'Incarville (Eure) lors de l'attaque à l'arme lourde de leur fourgon qui transportait un détenu entre Rouen et Évreux. Familles, amis, ainsi que toute une profession sont endeuillés.

DEUX VÉHICULES RETROUVÉS BRÛLÉS

"Deux véhicules ont été retrouvés brûlés" après l'attaque du convoi pénitentiaire, a précisé la procureure de Paris, "à proximité des communes de Houtteville et de Gauville-la-Campagne". La magistrate a par ailleurs précisé que les assaillants ont "manifestement tenté de mettre le feu au véhicule abandonné à la barrière de péage", qui a servi à stopper le fourgon.

"PLUSIEURS CENTAINES" DE POLICIERS ET GENDARMES MOBILISÉS

"Plusieurs centaines d'effectifs de gendarmerie et police sont mobilisés" à la fois sur la scène de crime et pour retrouver le détenu évadé, a précisé la procureure de Paris. Des "prélèvements minutieux sur la scène de crime" sont en cours.


"La détermination des magistrats et des enquêteurs est et sera à la hauteur de ce déchaînement de violence", a assuré la magistrate.

LE DÉTENU ÉVADÉ AVAIT TENTÉ DE SCIER SES BARREAUX

Mohamed Amra, le détenu qui s'est évadé, avait été transféré à la maison d'arrêt d'Évreux depuis le 11 avril dernier, et devait regagner la prison des Baumettes à Marseille. "Au cours de cette courte détention à Évreux, il a été constaté que les barreaux de sa cellule avaient commencé à être sciés", a expliqué la procureure de Paris. "Il devait être entendu" très prochainement sur ces faits.


L'homme, âgé de 30 ans, est "très connu de la justice", avec "13 condamnations, la première en octobre 2009", quand il avait 15 ans.

"CERTAINS AGENTS ONT PU FAIRE USAGE DE LEUR ARME", SELON LES PREMIÈRES CONSTATATIONS

La procureure de Paris, Laure Beccuau, s'est exprimée ce soir lors d'une conférence de presse après l'attaque du convoi pénitentiaire, au cours de laquelle deux agents ont été tués, âgés de 34 et 52 ans. Trois autres, âgés de 48, 52 et 55 ans ont été blessés.


D'après la magistrate, "cinq agents" constituaient l'escorte de Mohamed Amra, le détenu qui s'est évadé. "Ce niveau de sécurité avait été décidé il y a quelques semaines", a précisé la magistrate, et "les agents de l'escorte étaient armés". Selon les premières constatations, "certains ont pu faire usage de leur arme".

LE PRONOSTIC VITAL D'UN AGENT BLESSÉ PLUS ENGAGÉ

La violente attaque du convoi pénitentiaire a fait deux morts et trois blessés parmi les agents qui l'escortait. Dans la matinée,  le garde des Sceaux avait précisé que le pronostic vital était engagé pour "deux des trois" blessés. 


Dans la soirée, la procureure de Paris, Laure Beccuau a affirmé dans un communiqué que le pronostic vital était encore engagé pour un seul des blessés. 

UNE MINUTE DE SILENCE DEMAIN AU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

Dans un communiqué, le ministère de la Justice indique que ses agents vont observer une minute de silence, demain, à 11 heures, en hommage aux agents pénitentiaires tués et à ceux blessés dans l'attaque du fourgon.

LES SYNDICATS REÇUS DEMAIN PAR LE MINISTRE DE LA JUSTICE

Après l'appel de l'ensemble des organisations syndicales de l'administration pénitentiaire à un "blocage" des établissements et structures pénitentiaires, la chancellerie a indiqué que les représentants de la profession seront reçus demain à 14 heures par le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti.

LA PHOTO DU DÉTENU ÉVADÉ

L'Agence France-Presse a dévoilé la photo de Mohamed Amra, le détenu évadé dans l'attaque du fourgon qui a causé la mort de deux agents, et qui en a blessé deux autres.

Mohamed Amra
Mohamed Amra - AFP

BRIGITTE MACRON EXPRIME TOUTE SA "SOLIDARITÉ"

Après Emmanuel Macron, c'est la Première dame Brigitte Macron qui a réagit à la violente attaque d'un fourgon pénitentiaire. 


"Je suis totalement avoir la famille, avec les collègues. C'est une abomination. Je veux dire toute ma solidarité (...) à toux ceux qui exercent cette fonction, à tous les collègues, les familles, on est totalement avec eux", a-t-elle déclaré devant la presse.

UNE JOURNÉE "PRISONS MORTES" DEMAIN

En réaction à la violente attaque de ce matin dans l'Eure, l'intersyndicale appelle à un "blocage" mercredi des établissements et structures pénitentiaires, ainsi qu'à une journée "Prisons mortes".

LA SORTIE INCARVILLE RESTE FERMÉE SUR L'AUTOROUTE

Sur X, la préfecture de l'Eure indique que la sortie Incarville, où a eu lieu l'attaque, reste fermée de l'A13 vers A154 dans le sens Rouen-Évreux. "Pour se rendre à Louviers et Évreux, les automobilistes venant de Rouen sont invités à prendre la sortie 17, plus au Sud en direction de Paris", indique le préfet.


Sur l'autoroute A154, au péage d'Incarville, où le trafic a été interrompu, se trouvent plusieurs véhicules de police et une tente blanche a été dressée, a constaté l'AFP.

LA PLAN ÉPERVIER LEVÉ

Le plan Epervier, qui dure au maximum 4 heures, a été levé en fin d'après-midi mais des forces restent mobilisées pour retrouver Mohamed Amra. L'équipe du GIGN, qui s'est rendue sur place, reste engagée pour participer à la traque de l'évadé et de ses complices.

"COMMENT PEUT-ON ÔTER DES VIES COMME ÇA ?" : LA MÈRE DU DÉTENU ÉVADÉ TÉMOIGNE

La mère de Mohamed Amra, le détenu qui s'est évadé dans l'Eure, a témoigné au micro de RTL, confiant son choc d'apprendre ce qu'il s'était passé. "J'ai craqué, j'ai pleuré, je n'étais pas bien (...) Comment peut-on ôter des vies comme ça, c'est ce qui me rend malade. C'est grave", a-t-elle déclaré.


Elle assure également n'avoir pas été au courant du projet d'évasion de son fils :"Il ne me parle pas, c'est mon fils, il ne me parle de rien (...) Il ne m'a rien montré, je ne comprends pas".

ÉRIC DUPOND-MORETTI : "CE DRAME ABSOLU, CETTE HORREUR TOTALE NOUS OBLIGENT"

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a repris la parole en cette fin d'après-midi devant la presse, après avoir rencontré les familles et collègues des agents tués et blessés. 


Il a d'abord relaté sa rencontre avec l'une des femmes de l'un des deux agents tués. "Il est mort, abattu comme un chien par des hommes pour qui la vie ne pèse rien", a déclaré le garde des Sceaux, avec émotion. Leurs collègues, eux, sont "effondrés, pour certains d'entre eux culpabilisés". 


"Ce drame absolu, cette horreur totale nous oblige (...) tout sera mis en œuvre pour que les auteurs soient interpellés, jugés, qu'ils répondent de leurs crimes et qu'ils soient châtiés à la hauteur de l'abjection de ce qu'ils ont commis", a-t-il promis.

LES REVENDICATIONS DES SYNDICATS

Alors que l'intersyndicale pénitentiaire appelle à une journée "Prisons mortes" demain, elle revendique également plusieurs demandes immédiates, dont "la réduction drastique des extractions en favorisant l’utilisation de la visioconférence des magistrats ou leurs déplacements en établissements", "une refonte et harmonisation des niveaux d’escorte", "la fin des escortes 'panachées' et à minima à 3 agents".


L'intersyndicale demande aussi une "nécessité d’égalité de traitement en termes de moyens entre la métropole et les drom-com", "des équipements et du matériel mieux adaptés", ainsi que "le déploiement accéléré des brouilleurs de téléphones portables et du contrôle des drones".

L'INTERSYNDICALE APPELLE À UN "BLOCAGE" DES ÉTABLISSEMENTS PÉNITENTIAIRES

Dans un communiqué, l'intersyndicale pénitentiaire, "en deuil", appelle "au blocage de l’ensemble des établissements et structures pénitentiaires pour exprimer (son) émotion et en soutien à (ses) collègues morts en service" ce mercredi. 


"Cette journée doit être une journée 'Prisons mortes' et pourra être reconductible. Nous appelons également à honorer nos collègues par une minute de silence demain à 11h00 dans l’ensemble de notre administration", ajoutent les syndicats.

LE DÉTENU ÉVADÉ À LA TÊTE D'UN RÉSEAU

Le détenu en fuite, Mohamed Amra, est âgé de 30 ans. "Le 10 mai 2024, il avait été condamné par le tribunal d’Evreux pour un vol avec effraction. Il était en outre mis en examen par la JIRS de Marseille pour enlèvement et séquestration ayant entraîné la mort", a indiqué la procureure de Paris Laure Beccuau dans un communiqué.


Selon une source proche du dossier à l'AFP, Mohamed Amra, impliqué dans des trafics de stupéfiants, est soupçonné d'avoir commandité des meurtres liés à ces trafics. Il est à la tête d'un réseau, selon une autre source proche du dossier.

QUELLES RÈGLES DE TRANSPORTS DES PRISONNIERS ?

Qui est chargé de transporter ces prisonniers et quelles sont les règles ? TF1Info fait le point.

UN DÉTENU PAS "PARTICULIÈREMENT SURVEILLÉ"

Contrairement à ce qui avait été préalablement indiqué, le détenu en cavale, "n'était pas un détenu particulièrement signalé" (DPS), a indiqué le parquet de Paris à TF1/LCI.


D'après une source proche du dossier à l'AFP, le convoi pénitentiaire n'avait pas d'escorte de la police ou de la gendarmerie. Cette même source a expliqué qu'une escorte n'était pas "systématique" et était déployée à la demande de l'administration pénitentiaire. Les escortes sont principalement réservées aux détenus particulièrement surveillés (DPS). Cinq agents pénitentiaires dont un officier, composaient l'escorte, classée 3.

UNE CELLULE DE CRISE MISE EN PLACE À LA PRÉFECTURE DE L'EURE

Une "cellule de crise" a été mise en place au sein de la préfecture de l'Eure, a annoncé cette dernière dans un post sur X. "Une cellule de soutien psychologique" est également joignable pour les "témoins de l'attaque" en appelant le 15.  


"Les forces de sécurité sont mobilisées pour interpeller les auteurs de cette attaque meurtrière", a assuré la préfecture.

LE PRÉFET DE L'EURE PRÉSENTE SES "CONDOLÉANCES AUX FAMILLES DES AGENTS TUÉS"

Dans un post sur X, le préfet de l'Eure a présenté ses "condoléances aux familles des agents tués", et présente son "soutien à l'ensemble des agents pénitentiaires". 

"UNE BARBARIE INOUÏE" : UN DÉPUTÉ TÉMOIN DES FAITS DÉCRIT "UNE SCÈNE DE GUERRE"

Philippe Brun, député PS de l'Eure, était "juste à côte du péage d'Incarville", à "à 200 mètres" quand l'attaque du fourgon pénitentiaire s'est produit. "J'ai vu une scène de guerre, une barbarie inouïe, effroyable", a-t-il décrit au micro de LCI.


L'élu, qui a témoigné de son "profond dégoût", a rendu hommage aux deux agents pénitentiaires tués, "lâchement assassinés de sang-froid, par des malfrats", tout en adressant sa "pleine solidarité" aux blessés et aux proches des victimes.

Agents pénitentiaires tués: un député témoin de la scène décrit une "scène de guerre"Source : TF1 Info

LE POINT SUR L'ENQUÊTE

Le détenu qui se trouvait à l'intérieur du véhicule et ses complices présumés se sont évadés. Ils sont toujours recherchés. TF1Info fait le point sur ce que l'on sait à ce stade.

MINUTE DE SILENCE À L'ASSEMBLÉE

Le Palais Bourbon a observé une minute de silence en hommage aux deux agents pénitentiaires tués dans l'attaque. Le "pays (...) ne reculera jamais devant les violences et les attaques" et "se tient uni, solidaire derrière toutes celles et ceux qui se battent pour faire respecter le droit", a affirmé Gabriel Attal 

Agents pénitentiaire tués dans l'Eure : la minute de silence à l'AssembléeSource : TF1 Info

GABRIEL ATTAL : "NOUS LES TRAQUERONS, NOUS LES RETROUVERONS, ILS PAIERONT"

"Je veux avoir un mot pour tous les agents pénitentiaires à travers la France", poursuit le Premier ministre Gabriel Attal. "Ils escortent des détenus au quotidien, ils accomplissent chaque jour leur devoir. Ils se disent que cela aurait pu être eux. Les Français savent ce qu'ils accomplissent au quotidien. Nous serons à leurs côtés pour continuer à veiller sur leur sécurité, pour que force aille toujours à la loi."


"Tout sera mis en œuvre pour retrouver les auteurs de ce crime abject. Tout", martèle le chef du gouvernement. "Nous n'économiserons aucun effort et aucun moyen. Nous les traquerons, nous les retrouverons, et ils paieront. Nous le devons à tous les Français."

"LA RÉPUBLIQUE A ÉTÉ ATTAQUÉE", RÉAGIT GABRIEL ATTAL

"Ce matin, dans l'Eure, deux agents sont morts en accomplissant leur devoir, trois autres ont été grièvement blessées", réagit le Premier ministre Gabriel Attal depuis l'Assemblée nationale. "La République a été attaquée. L'ordre républicain a été pris pour cible, c'est le refus de l'impunité sur lequel on a tiré. Je veux leur rendre hommage. Notre peine est celle de tout un pays choqué par cette attaque d'une violence inouïe, par la lâcheté de ces auteurs."

MINUTE DE SILENCE

L'Assemblée nationale respecte une minute de silence en hommage aux deux agents tués lors de l'attaque. "Ce matin, vers 11h, à Incarville, un convoi pénitentiaire a été victime d'une embuscade", a déclaré la présidente Yaël Braun-Pivet. "J'adresse en notre nom tout notre soutien aux agents de l'administration pénitentiaire endeuillés. Les auteurs de cette attaque criminelle ne doivent pas rester impunis."

LA JURIDICTION NATIONALE DE LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ ORGANISÉE SE SAISIT

La Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) se saisit de l'enquête. Son parquet a saisi l'Office central de lutte contre la criminalité organisée et la police judiciaire de Rouen, indique le parquet de Paris dans un communiqué.


L'enquête porte notamment sur les infractions de "meurtre et tentative de meurtre en bande organisée", "évasion en bande organisée", "acquisition et détention d'arme de guerre" ou encore "association de malfaiteurs en vue de la commission d'un crime".

CE QUE L'ON SAIT DU DÉTENU ÉVADÉ

Le parquet de Paris indique dans un communiqué que "le fourgon pénitentiaire" attaqué dans l'Eure transportait "Mohamed Amra", un individu "né en 1994, qui s'est évadé". Il s'agissait d'un "détenu particulièrement surveillé", et avait été condamné le 10 mai dernier "par le tribunal d'Évreux pour un vol avec effraction". Il est par ailleurs "mis en examen par la juridiction de Marseille pour enlèvement et séquestration ayant entraîné la mort", précise le parquet.

"UN CRIME IGNOBLE"

Le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a rendu hommage aux deux agents tués et affirmé que "tout sera mis en œuvre pour retrouver les auteurs de ce crime ignoble".

Attaque mortelle d'un fourgon dans l'Eure : "Notre pays est en deuil", affirme Éric Dupont-MorettiSource : TF1 Info

LE PLAN ÉPERVIER DÉCLENCHÉ

La gendarmerie de l'Eure a déclenché le plan Épervier, alors que le détenu et ses complices ont pris la fuite. En quoi consiste-t-il ?

MINUTE DE SILENCE À L'ASSEMBLÉE NATIONALE

D'après nos informations, une minute de silence va être respectée par les députés à l'Assemblée nationale en hommage aux deux agents tués dans l'attaque.

LES AUTEURS "SERONT CHÂTIÉS À LA HAUTEUR DU CRIME", PROMET ÉRIC DUPOND-MORETTI

"Tout sera mis en œuvre pour retrouver les auteurs de ce crime ignoble" promet le ministre de la Justice. "Ce sont des gens pour qui la vie ne pèse rien. Ils seront interpellés, jugés et châtiés à la hauteur du crime qu'ils ont commis."

LE PRONOSTIC VITAL DE DEUX AGENTS ENGAGÉ, ANNONCE ÉRIC DUPOND-MORETTI

"Je vais me rendre à Caen pour rencontrer les collègues de ceux qui ont été tués", annonce le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti. "Dans mes pensées, il y a bien sûr les trois gravement blessés. Ils sont actuellement hospitalisés. Le pronostic vital de deux d'entre eux est engagé au moment où je vous parle."

"NOTRE PAYS EST EN DEUIL", RÉAGIT ÉRIC DUPOND-MORETTI

"L'administration pénitentiaire est en deuil, notre pays est en deuil", réagit le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti. "Ce matin, lors d'une extraction judiciaire entre le tribunal judiciaire d'Évreux et la prison de Rouen, un homme s'est évadé. Pour procéder à cette évasion, ses complices n'ont pas hésité à tirer sur les escortes à l'arme lourde. Nos hommes sont morts."


"L'un d'entre eux laisse une femme et deux enfants, qui devaient fêter leur 21ᵉ anniversaire dans deux jours", poursuit le garde des Sceaux. "L'autre laisse une femme enceinte de cinq mois, des parents et bien sûr des amis. J'ai une pensée émue pour eux."

"NOUS SOMMES HORRIFIÉS"

"Nous sommes horrifiés", réagit sur LCI Linda Kebbab, déléguée nationale du syndicat SGP Police FO. "C'est un choc. On se dit que la valeur d'agents de la pénitentiaire n'est visiblement pas très élevée pour des criminels. En tant que policiers, cela nous renvoie à la dangerosité que l'on connaît."

Fourgon attaqué : "nous sommes horrifiés", réagit Linda Kebbab sur LCISource : TF1 Info

CE QUE L'ON SAIT DE L'ATTAQUE

L'attaque contre un fourgon pénitentiaire a eu lieu vers 11h, sur l'autoroute A54, au niveau de la commune d'Incarville (Eure). Le détenu est en fuite. Voici les dernières informations.

Attaque contre un fourgon pénitentiaire : ce que l'on saitSource : TF1 Info

QUE SAIT-ON DU DÉTENU ?

Le détenu qui se trouvait à bord du véhicule est en fuite. Guillaume Chieze, chef du service police-justice de TF1-LCI, fait le point sur son profil sur le plateau du JT de 13H.

"UN CHOC POUR NOUS TOUS", RÉAGIT EMMANUEL MACRON

"L'attaque de ce matin, qui a coûté la vie à des agents de l'administration pénitentiaire, est un choc pour nous tous. La Nation se tient aux côtés des familles, des blessés et de leurs collègues", réagit le président de la République Emmanuel Macron. "Tout est mis en œuvre pour retrouver les auteurs de ce crime afin que justice soit rendue au nom du peuple français. Nous serons intraitables."

200 GENDARMES

200 gendarmes sont actuellement engagés pour tenter de retrouver le détenu et ses complices présumés. Il s'agit principalement de gendarmes départementaux et motards de l'Eure mais également des départements voisins (76,14,95 et 78).

Un hélicoptère participe aux recherches et le GIGN sur place.

SÉCURITÉ

Suite aux événements tragiques survenus ce mardi dans l'Eure, la rédaction de LCI-TF1 revient en images sur les conditions de sécurité des agents pénitentiaires, lors des transfèrements de détenus notamment. 

Transport de prisonniers : quelles sont les règles ?Source : JT 13h Semaine

DISPOSITIF DE RECHERCHES

Un dispositif de recherches exceptionnel a été déclenché pour tenter de retrouver le détenu évadé et ses complices présumés. 

Attaque de fourgon : un dispositif de recherches exceptionnelSource : TF1 Info

VIDEO CHOC

Plusieurs vidéos amateurs ont été réalisées juste après l'attaque. Sur ce montage, les malfaiteurs lourdement armés apparaissent, ainsi que les corps des victimes sont au sol, et une voiture noire encastrée dans le fourgon de l'administration pénitentiaire. 

Eure : attaque contre un fourgon pénitentiaireSource : TF1 Info

VÉHICULE INCENDIÉ

Peu après l'attaque, les forces de l'ordre ont retrouvé l'un des deux véhicules utilisés par les malfaiteurs incendié. 

BMW ET AUDI

Selon nos informations, les malfaiteurs se trouvaient, au moment de l'attaque, à bord de deux véhicules : une Audi A5  blanche et une BMW série 5 noire.

PROFIL DE L'ÉVADÉ

Selon nos informations, le détenu qui s'est évadé est âgé de trente ans et est très favorablement connu de la police. Il était une cible du service de lutte contre la criminalité organisée. Il avait été interpellé dans une affaire d'enlèvement et de tentative d'homicide à Marseille. Il était également connu pour trafic de stupéfiants dans la région rouennaise.

Au moment de l'évasion, le détenu était transféré depuis le centre pénitentiaire d'Évreux et le tribunal de Rouen.   

DÉTENU ET COMMANDO EN FUITE

Le commando lourdement armé qui a attaqué le fourgon de l'administration pénitentiaire est actuellement en fuite. Le détenu qu'il était venu chercher est lui aussi activement recherché. 

DEUX MORTS ET TROIS BLESSÉS GRAVES

Le dernier bilan connu après l'attaque survenue au péage d'Incarville, dans l'Eure, sur l'autoroute A154, fait état de deux morts et trois blessés graves. 

PLAN ÉPERVIER

Le plan épervier, qui permet à un commandant de gendarmerie de déployer un certain nombre de moyens tels que des barrages, patrouilles supplémentaires ou encore des hélicoptères en fonction de la gravité de la situation, vient d'être déployé. 

GIGN

Le GIGN a été envoyé sur place. 

CELLULE DE CRISE

Éric Dupond-Moretti, garde des Sceaux, vient arriver à la cellule de crise de la Direction de l'Administration Pénitentiaire. 

DUPOND-MORETTI

"Un convoi pénitentiaire a été attaqué dans l’Eure. Deux de nos agents pénitentiaires sont décédés, trois sont gravement blessés. Toutes mes pensées vont aux victimes, à leur famille et à leurs collègues", a posté il y a quelques minutes Éric Dupond-Moretti, ministre de la Justice, sur le réseau social X. 

BONJOUR

Bonjour, suivez dans ce direct les dernières informations concernant l'attaque d'un fourgon de l'administration pénitentiaire ce mardi dans l'Eure au cours de laquelle deux agents sont décédés. 

Dans la matinée de ce mardi, un fourgon de l'administration pénitentiaire a été attaqué à hauteur du péage d'Incarville dans l'Eure par plusieurs individus armés. Au moins deux agents qui participaient à ce convoi ont été tués au cours de cette attaque et plusieurs personnes ont été blessées.  

Les auteurs présumés et un détenu en fuite

Les auteurs présumés de l'attaque ont pris la fuite à bord d'un véhicule. Selon nos informations, celui-ci a été retrouvé peu après. 

Le détenu est également parvenu à s'évader avec l'aide de ses complices présumés. Tous sont activement recherchés. 

Plus d'informations à suivre... 


A.S

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info