Un homme est mort et deux autres ont été blessés samedi en Nouvelle-Calédonie dans un échange de coups de feu sur un barrage érigé par des émeutiers.
La Nouvelle-Calédonie est engagée "sur une voie destructrice", a déploré samedi le gouvernement de l'archipel français du Pacifique, où les "gens meurent" faute de soins, en raison des barrages dressés par les émeutiers.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

"PRIORITÉ AU RETOUR AU CALME"

Le passage de la flamme olympique en Nouvelle-Calédonie prévu le 11 juin a été annulé car il faut donner la "priorité au retour au calme" dans le territoire, a expliqué la ministre des Sports. "Je pense que chacun le comprend, compte tenu du contexte, priorité vraiment à la consolidation du retour à l'ordre public, et puis à l'apaisement", a souligné Amélie Oudéa-Castéra, face à la presse réunie à Saint-Maur-des-Fossés, près de Paris. "Priorité à la sécurité des habitants, priorité au retour au calme, et priorité à l'amélioration politique de la situation."

BILAN DES VIOLENCES

La situation reste très tendue en Nouvelle-Calédonie. Dans le nord de l'archipel, un homme a été tué alors qu'il tentait de forcer un barrage.

PAS "D'APAISEMENT"

La situation en Nouvelle-Calédonie est "loin d'un retour à l'apaisement", a affirmé samedi Sonia Lagarde, la maire de Nouméa, alors qu'un homme est mort sur un barrage dans le nord de ce territoire du Pacifique sud en proie à des émeutes inédites depuis 40 ans.


"Les deux dernières nuits, on peut dire qu'elles étaient plus calmes, par contre, les jours se ressemblent, avec son lot d'incendies", a déclaré l'édile (Renaissance) de la "capitale" calédonienne, interrogée par BFMTV.


"Au moment où je vous parle, il y a des barricades qui sont montées dans un quartier est de la ville de Nouméa, qui sont tenues (...) par les indépendantistes", a-t-elle poursuivi samedi en milieu de matinée (heure de Paris), assurant que la situation ne s'améliorait pas, "bien au contraire, malgré tous les appels à l'apaisement".

RENFORTS

La sécurité civile a accueilli aujourd'hui les premiers renforts hexagonaux. 

HOMMAGE

Le Haut-commissariat en Nouvelle-Calédonie a rendu hommage ce samedi matin sur le réseau social X aux deux gendarmes décédés en Nouvelle-Calédonie depuis le début des émeutes.

SIX MORTS EN SIX JOURS

Depuis le début de la semaine, les violences insurrectionnelles en Nouvelle-Calédonie, les plus graves survenues dans ce territoire du Pacifique sud depuis les années 80, ont fait six morts dont deux gendarmes et quatre civils (trois Kanak et un Caldoche), et des centaines de blessés, selon les autorités.

UN MORT ET DEUX BLESSÉS

Un mort et deux blessés ont été constatés ce samedi dans un échange de tirs dans le nord de l'île sur le barrage de Kaala-Gomen, annoncent la gendarmerie et plusieurs sources proches du dossier. 

Les faits se sont produits à 14h30 (5h30 à Paris), selon deux sources proches du dossier. D'après une de ces sources, des tirs ont été échangés quand deux Caldoches d'une même famille ont voulu passer un barrage: le père est décédé, son fils a été blessé, ainsi qu'un Kanak.

"PAS DE PÉNURIE"

Malgré les nombreux magasins et les commerces incendiés ou pillés, les routes barrées, la Nouvelle-Calédonie n'est pas victime de "pénurie", a assuré  le ministre local de la Fonction publique, Vaimu'a Muliava, "mais (elle) le deviendra si on continue sur cette voie destructrice".

Le gouvernement calédonien a appelé "à la raison". Si la "misère sociale qui s'exprime" est compréhensible, a dit Vaimu'a Muliava à l'adresse de la jeunesse, avec les destructions d'entreprises et d'infrastructures, "vous vous punissez vous-mêmes".

DÉCÈS

La Nouvelle-Calédonie est engagée "sur une voie destructrice", a déploré samedi le gouvernement de l'archipel français du Pacifique en proie aux violences, où les "gens meurent" faute de soins, en raison des barrages dressés par les émeutiers.

Depuis lundi, ce territoire est le théâtre d'émeutes nocturnes qui ont conduit à la mort de cinq personnes dont deux gendarmes, après le soulèvement des indépendantistes contre une réforme électorale votée à Paris.

"Des gens meurent déjà, non pas à cause des conflits armés, mais parce qu'ils n'ont pas accès aux soins, pas accès à l'alimentation", s'est ému lors d'une conférence de presse à Nouméa le ministre local de la Fonction publique, Vaimu'a Muliava.

"Il y a des gens dialysés, qui devaient être dialysés, qui ont trouvé la mort", a-t-il affirmé.

"Libérez les routes, laissez les médecins, les infirmiers aller sauver les gens. Laissez les gens circuler", a exhorté M. Muliava, au sixième jour de cette crise.

"Un jour de plus, c'est le jour de trop", a-t-il encore déclaré, estimant que la population calédonienne est "en train de s'entretuer".

3 200 PERSONNES BLOQUÉES

Le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a recensé 3.200 personnes bloquées en raison de l'absence de vols commerciaux au départ de et vers l'archipel.

D'après "les chiffres qu'ont donnés les deux compagnies aériennes" desservant régulièrement la Nouvelle-Calédonie, ce sont "3.200 personnes au total" qui soit ne peuvent quitter l'archipel, soit ne peuvent y revenir, a indiqué lors d'une conférence de presse à Nouméa un porte-parole du gouvernement, Gilbert Tyuienon.

Ces vols commerciaux sont suspendus depuis mardi en raison des émeutes.

La reprise du trafic est à ce stade programmée mardi par Aircalin, mais cette date est très incertaine, car elle est soumise à l'évolution des conditions de sécurité. Air Calédonie, pour sa part, ne propose plus de vols "jusqu'à nouvel ordre".

SITUATION "PLUS CALME"

La vie quotidienne des Néo-Calédoniens devenait de plus en plus difficile samedi, malgré une situation "plus calme" sur la majeure partie de l'archipel, au sixième jour des émeutes causées par une réforme électorale qui a provoqué la colère des indépendantistes.


Vendredi en fin de soirée, l'arrivée de 1.000 renforts supplémentaires, en plus des 1.700 déjà déployés, a montré la détermination des autorités françaises à reprendre le contrôle de la situation.


Mais pour les habitants, les dégâts de plus en plus étendus compliquent le ravitaillement dans les commerces, ainsi que le fonctionnement des services publics, notamment de santé.


Le danger subsiste par ailleurs dans les quartiers où les émeutiers sont les plus nombreux et les mieux organisés. Dans l'un d'eux, la Vallée du Tir à Nouméa, un motard s'est tué vendredi en fin d'après-midi dans un accident de la route en heurtant une épave de voiture.

BONJOUR

Bonjour à tous, suivez dans ce direct les informations du jour concernant la Nouvelle-Calédonie. 

Une mission de dialogue mais pas de report de la convocation du Congrès. C'est, en substance, ce qui est ressorti de la réunion à Matignon sur la Nouvelle-Calédonie qui s'est tenue, vendredi 17 mai. La demande pour une mission de dialogue a été formulée par Yaël Braun-Pivet, Gérard Larcher, et plusieurs parlementaires de tous bords politiques, lors d'une rencontre avec Gabriel Attal. Le président du Sénat et de la présidente de l'Assemblée nationale "ont dit qu'une mission de dialogue devrait pouvoir être créée" en vue de "trouver un accord global", a rapporté le président de la commission des Lois Sacha Houlié, à l'issue de la réunion présidée parle Premier ministre.

Le Pchef du gouvernement a en outre indiqué, selon Sacha Houlié, qu'un texte était "en préparation" pour proroger l'état d'urgence, qui a une durée de 12 jours, mais que le but était de ne pas l'utiliser si la situation d'ici à la fin du week-end prolongé, soit lundi, "s'était améliorée".

Le président du groupe centriste au Sénat Hervé Marseille a dit constater une "convergence" des participants pour demander une mission de dialogue et le report de la convocation du Congrès. "Je ne vois pas comment on peut revenir à l’ordre public en les enfermant dans un cadre aussi serré", a-t-il dit à l'AFP. Mais le report du Congrès n'a pas fait entièrement consensus.En parallèle, Gabriel Attal a annoncé que la flamme olympique ne passerait pas le 11 juin comme prévu en Nouvelle-Calédonie, selon des sources concordantes.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info