Emmanuel Macron a convoqué un nouveau Conseil de défense lundi à 18h30 pour tenter de trouver une issue à la crise sécuritaire et politique qui mine la Nouvelle-Calédonie.
Il s'agit du troisième depuis le début des émeutes.
Suivez les dernières informations.

Ce live est à présent terminé. 

EXÉCUTIF

Emmanuel Macron convoquera un nouveau conseil de défense lundi à 18h30 pour évoquer la situation en Nouvelle-Calédonie.


Le chef de l'État a déjà présidé un conseil de défense mercredi dernier consacré au territoire ultramarin, pour décider d'y instaurer l'état d'urgence, puis un deuxième jeudi à l'issue duquel son Premier ministre Gabriel Attal avait annoncé l'envoi de renforts de police et de gendarmerie. 

"UNE FORME D'INDÉPENDANCE"

Le patron du Parti communiste français (PCF) Fabien Roussel s'est prononcé ce dimanche en faveur d'"une forme d'indépendance" pour la Nouvelle-Calédonie, de même que pour la Polynésie française. "Que ce soit en Nouvelle-Calédonie ou en Polynésie je suis pour que ces peuples prennent leur destin en main et s'engagent dans un processus de décolonisation, qui doit aboutir à une forme d'indépendance", a déclaré Fabien Roussel au "Grand rendez-vous CNews-Europe1-Les Echos".


Rappelant que son parti "s'est toujours battu auprès des peuples qui se battaient pour retrouver leur indépendance et pour la décolonisation, notamment en Algérie", le numéro un du PCF a estimé que "c'est aux habitants de la Nouvelle-Calédonie de décider de ce processus qui doit les conduire à vivre ensemble".

VALLS

L'ancien Premier ministre Manuel Valls a appelé dimanche à un report du Congrès du Parlement devant entériner la réforme électorale en Nouvelle-Calédonie, élément déclencheur de la flambée de violence dans l'archipel.


"Il faut reporter la date du Congrès de Versailles", a-t-il déclaré au Grand Jury RTL/M6/Le Figaro/Paris Première.


"Il vaut mieux reculer sur ce sujet-là aujourd'hui que demain, dans quelques jours, parce qu'il y a davantage de morts", a-t-il précisé, ajoutant que le gouvernement n'était plus certain d'obtenir la majorité des trois-cinquièmes nécessaires à cette réforme constitutionnelle.

SCOLARITÉ

Dimanche, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie a annoncé que les collèges et lycées resteraient fermés jusqu'au 24 mai inclus sur tout le territoire, en raison "de l'ampleur des violences et des dégradations commises". Les écoles de la province Sud, de loin la plus peuplée, garderont également portes closes toute la semaine.

RETRAIT

Les présidents des régions Réunion, Guadeloupe, Martinique et de la collectivité de Guyane ont demandé dimanche le "retrait immédiat" de la réforme du corps électoral en Nouvelle-Calédonie, décriée par les indépendantistes et à l'origine de violences dans le territoire du Pacifique sud depuis six jours.


"Seule la réponse politique mettra fin à la montée des violences et empêchera la guerre civile. Nous, élus des outre-mer, demandons solennellement au gouvernement le retrait immédiat du projet de loi de réforme constitutionnelle visant à changer le corps électoral pour les élections en Nouvelle-Calédonie-Kanaky, comme préalable à la reprise d'un dialogue apaisé", écrivent les signataires de cette tribune publiée par le portail média public Outre-mer la 1ère.

REPORTAGE

Les barrages qui jalonnaient l'axe principal reliant l'aéroport international de Nouméa au centre-ville, une soixantaine de km plus loin, ont été dégagés. 

Nouméa : 600 gendarmes déployés, la route de l'aéroport dégagéeSource : JT 13h WE

DARMANIN

Sur le réseau social X, Gérald Darmanin annonce que "l’opération de dégagement de la grande route lancée hier a été un succès" avec 76 barrages détruits. 

"Un grand merci à nos forces de l’ordre qui sont l’honneur de notre pays" ajoute le ministre de l'Intérieur alors que des renforts sont arrivés il y a quelques heures sur place. 

MARIE TOUSSAINT

Invitée de "L'Événement du dimanche LCI", la tête de liste EELV appelle à "un retour urgent du dialogue". Toutefois, elle estime que le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin n'est pas la "bonne personne pour gérer ce dossier". L'eurodéputée considère également qu'il faut "suspendre la loi à l'origine des troubles". 

MARINE LE PEN

"Le gouvernement n'a exactement rien fait comme il aurait dû le faire. C'est une chose qui est acquise", estime Marine Le Pen ce dimanche matin sur LCI. Pour la présidente du groupe RN à l'Assemblée nationale, "il va falloir mettre tout le monde autour de la table".

Selon elle, il "aurait fallu trouver un accord avant l'explosion des violences."

Nouvelle-Calédonie : la réaction de Marine Le PenSource : TF1 Info

HAUT-COMMISSAIRE

"L'ordre républicain sera rétabli, quoi qu'il en coûte", a déclaré dimanche à Nouméa le haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie, alors que l'Etat est passé à l'offensive pour tenter de mettre fin aux violences qui ont plongé le territoire du Pacifique sud dans la crise.


"Je veux dire aux émeutiers : stop, retour au calme, rendez vos armes", a ajouté Louis Le Franc lors d'un point de presse retransmis par la télévision publique Nouvelle-Calédonie La 1ère. Le représentant de l'Etat a annoncé de nouvelles opérations des forces de l'ordre dans les prochaines heures pour reprendre l'entier contrôle du territoire.

POLICE ET GENDARME

Avec le concours de la Gendarmerie et de la Police nationales, près de soixante barrages ont été neutralisés, dans le but de rétablir la libre circulation.

DÉGÂTS ET RENFORTS

Une semaine d'émeutes, six morts, de nombreux blessés, des barrages et des incendies... Comme l'a dit samedi la maire de Nouméa, Sonia Lagarde, la situation en Nouvelle-Calédonie est "loin de l'apaisement. Pour faire face à cette situation, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé l'arrivée de 600 gendarmes en renfort, dont une centaine du GIGN. 

Nouvelle-Calédonie : pas d'apaisement pour le moment, 600 gendarmes en renfortSource : TF1 Info

EHPAD

Des denrées alimentaires ont été acheminées dans les Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes notamment. 

RAVITAILLEMENT

Des denrées alimentaires et des médicaments viennent d'être livrés en Nouvelle-Calédonie, annonce le Haut-Commissariat sur le réseau social X. 

INCENDIES ET PILLAGE

Dans un communiqué, le Haut-Commissariat en Nouvelle-Calédonie fait état au moins de "deux incendies" et du pillage d'une station en zone police nationale au cours de la nuit passée. 

NUIT "PLUS CALME"

Dans un communiqué dimanche matin, le Haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie a fait état d'une nuit "plus calme".


"L'État se mobilise pour assurer la protection de la population et rétablir l'ordre républicain", a ajouté la représentation de l'État central. Elle a annoncé l'arrivée prochaine de "plusieurs centaines de forces de sécurité intérieure, de soutien logistique et opérationnel et de sécurité civile", en plus des renforts déjà envoyés.


"Au total, 230 émeutiers ont été interpellés" en près d'une semaine, a précisé le Haut-commissariat.

BARRAGES

Dimanche à la mi-journée, à Nouméa et dans les communes avoisinantes, la circulation pour ceux qui voudraient sortir de l'agglomération en direction du nord-ouest restait entravée. Des indépendantistes filtrent le passage, par de très nombreux barrages, faits de pierres, d'engins divers ou d'autres objets, en fonction des véhicules qui se présentent.


Rétablir cette circulation presse d'autant plus que la Nouvelle-Zélande a annoncé dimanche avoir demandé à la France de pouvoir poser des avions, afin de rapatrier ses ressortissants.


"Nous sommes prêts à décoller, et attendons l'autorisation des autorités françaises pour savoir quand ces vols pourront avoir lieu en toute sécurité", a indiqué dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères, Winston Peters.

600 GENDARMES

Le ministre de l'Intérieur a annoncé une "grande opération de plus de 600 gendarmes" ce dimanche en Nouvelle-Calédonie pour "reprendre" la route entre Nouméa et son aéroport international.


"Une grande opération de plus de 600 gendarmes, dont une centaine du GIGN, est lancée en ce moment même en Nouvelle-Calédonie visant à reprendre totalement la maîtrise de la route principale de 60 km entre Nouméa et l'aéroport", a écrit M. Darmanin sur X, samedi en fin de soirée à Paris.

BONJOUR

Bonjour à tous, suivez dans ce direct l'actualité consacrée à la Nouvelle-Calédonie. 

Gérald Darmanin a annoncé samedi soir une vaste opération pour tenter de reprendre le contrôle de la route entre Nouméa et son aéroport. "Une grande opération de plus de 600 gendarmes, dont une centaine du GIGN, est lancée en ce moment même en Nouvelle-Calédonie visant à reprendre totalement la maîtrise de la route principale de 60 km entre Nouméa et l’aéroport", a lancé le ministre de l'Intérieur sur le réseau social X.

L'aéroport international de La Tontouta, contrôlé par l'armée et sécurisé par des troupes envoyées en renfort, a suspendu les vols commerciaux jusqu'au 21 mai, au plus tôt.

Un homme a été tué samedi en Nouvelle-Calédonie dans un échange de coups de feu sur un barrage, ce qui porte à six le nombre de morts depuis le début des émeutes dans ce territoire "loin d'un retour à l'apaisement" selon la maire de sa "capitale", Nouméa.

Selon des sources proches du dossier, un Caldoche (Calédonien d'origine européenne) a été tué et son fils blessé lors d'un échange de tirs samedi vers 14h30 (5h30 à Paris) sur un barrage tenu par des indépendantistes à Kaala-Gomen, dans la province Nord. Un troisième homme, un Kanak (autochtone), a été blessé. Il s'agit du premier mort dans des faits survenus en dehors de l'agglomération de Nouméa.

Depuis le début de la semaine, les violences insurrectionnelles, causées par une réforme électorale qui a provoqué la colère des indépendantistes, ont fait six morts dont deux gendarmes et quatre civils (trois Kanak et un Caldoche), et des centaines de blessés, selon les autorités.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info