Enfant tué dans le Var: le compagnon de la mère reconnaît avoir frappé mortellement le petit garçon

A.S
Publié le 18 octobre 2022 à 20h09
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Un petit garçon de 7 ans a été retrouvé mort à son domicile à La Seyne-sur-Mer (Var) dans la nuit de mercredi à jeudi.
La mère de l'enfant a été mise en examen deux jours plus tard.
Ce mardi, le compagnon de cette dernière vient à son tour d'être mis en examen pour "meurtre".

C'est la maman du petit garçon qui avait donné l'alerte la semaine dernière. Dans la nuit de mercredi, celle-ci avait appelé les secours leur demandant de venir en aide à son fils, âgé de 7 ans. À leur arrivée au domicile familial de La Seyne-sur-Mer (Var), le cœur de l'enfant ne battait déjà plus. 

Interpellée le soir des faits, la mère du garçonnet a été mise en examen deux jours plus tard pour "homicide sur mineur de 15 ans, non-dénonciation de crime sur mineur de 15 ans et abstention de porter secours à un mineur de 15 ans'".  Pendant sa garde à vue, celle-ci a notamment déclaré aux enquêteurs que son compagnon était responsable de la mort de son enfant. Selon elle, ce dernier lui aurait porté des coups à son fils à deux reprises au moins  : la première fois, le dimanche 9 octobre, et la seconde fois, le mercredi 12 octobre, date à laquelle la victime a succombé à ses blessures. 

L'auteur présumé des faits, âgé de 34 ans, a été arrêté et placé en garde à vue à son tour. "Il reconnaît les faits qui lui sont reprochés. Il a été mis en examen ce jour du chef de 'meurtre'", informe le procureur de la République de Toulon Samuel Finielz ce mardi.

Déjà connu pour violences

Inconnu de la police et de la justice, son casier judiciaire fait toutefois état de 8 condamnations prononcées à son encontre entre 2007 et 2022 pour des faits de "vols, violences conjugales et de menaces" commis  sur une de ses précédentes compagnes. "Il était recherché depuis le 30 août 2022 à la suite d'un jugement du tribunal correctionnel de Toulon le condamnant à la peine d'un an d'emprisonnement et ayant décerné un mandat d'arrêt", détaille le procureur. 

Le magistrat indique également que l'Aide sociale à l'enfance (ASE), qui suivait la mère et son fils depuis mars 2018, a signalé la situation à l'autorité judiciaire à la fin du mois d'avril 2022 "en raison des carences éducatives et de conduites addictives de la mère et d'un père totalement absent". Suite à cela, le juge des enfants a ordonné, une mesure d'assistance éducative en milieu ouvert qui n'a pas pu se mettre en place "en raison de la carence de la mère aux rendez-vous fixés par le service en charge de la mesure".   Un premier rappel à ses obligations a été adressé par le juge des enfants à la mère de famille à la fin du mois de septembre 2022.  "Les rapports de suivi figurant au dossier ne font pas état d'actes de violences commis à l'encontre de cet enfant ni même de l'identité du compagnon de la mère", souligne le procureur.

Lire aussi

D'autres personnes en garde à vue

Outre le compagnon de la mère de famille, d'autres personnes ont été interpellées et placées en garde à vue dans cette affaire. Celles-ci font partie de l'entourage du meurtrier présumé. "Les investigations s'intéressent au rôle des membres de la proche famille de celui-ci, lesquels auraient été présents au domicile de la mère de l'enfant entre le dimanche 9 et le mercredi 12 octobre 2022", explique le procureur. Certaines pourraient être déférées ce mardi soir ou demain devant un juge d'instruction. Les enquêtes et les auditions se poursuivent dans le même temps.


A.S

Tout
TF1 Info