La cour de révision a annulé ce jeudi l'arrêt de la cour d'assises des mineurs de Douai de 2003.
Celle-ci avait condamné Farid El Hairy pour "agressions sexuelles" et "viol".
Julie D., 15 ans, l'avait accusé de ces faits en 1998, avant d'avouer en 2017 qu'elle avait menti.

Il est arrivé quelques minutes avant l'audience, tout de noir vêtu, aux côtés de son avocat le ténor du barreau Me Franck Berton. Pour Farid Hairy, père de famille de 41 ans, ce jeudi 15 décembre allait être un grand jour, il le savait. Quelques mots ont suffi à changer sa vie, peu après 9 heures, quand le président de la cour de révision, Nicolas Bonnal a pris la parole. 

" La cour de révision après en avoir délibéré, juge qu'il résulte de l'instruction et des débats un fait nouveau mais que rien ne subsiste de charge à la charge de M. Farid El Hairy. La cour annule en toutes ses dispositions l'arrêt pénal de la cour d'assises des mineurs du département du Nord du 19 décembre 2003", a annoncé le magistrat à l'homme face à lui. 

"Il n'y a pas lieu à renvoi. L'affaire est terminée par cette décision qui vous lave de toute accusation. (…) "La dignité dont nous avons été témoins me conduit à espérer que malgré le caractère limité de la réparation que nous vous offrons. L'avenir se présentera à partir de ce jour pour vous de façon différente", a-t-il ajouté s'adressant à cet homme qui a toujours clamé son innocence. 

"L'affaire" à laquelle le président fait référence  a bouleversé la vie de Farid El Hairy.  En 1998, alors qu'il vivait à Hazebrouck (Nord) avec sa famille et qu'il n'avait que 17 ans, ce dernier a été accusé d'agression sexuelle et de viol par une jeune fille de 15 ans prénommé Julie D.  Farid El Hairy a passé un an en prison. En 2003, la cour d'assises des mineurs de Douai l'a condamné à 5 ans d'emprisonnement dont quatre ans et deux mois avec sursis.  En 2017, son accusatrice a finalement reconnu avoir menti. Et si elle avait bien été victime de viol, l'auteur n'était pas Farid El Hairy, mais son frère à elle…

Suppression des mentions dans les fichiers et réparations

La cour a également ordonné ce jeudi la suppression des mentions figurant dans les fichiers de police judiciaire, dans le fichier automatisé des empreintes digitales, dans le fichier national automatisé des empreintes génétiques et dans le fichier national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles ou violentes. 

Elle a ordonné aussi, aux frais du Trésor public, l'affichage de la décision dans la commune d'Hazebrouck, son insertion au journal officiel de la République Française et sa publication dans cinq journaux régionaux ou nationaux. 

"Le président a rétabli la vérité"

"Farid est le 12e révisé depuis 1945"

Me Franck Berton, avocat de Farid Hairy, n'a pas caché son bonheur ce jeudi. "C'est une décision historique. Farid est le 12e révisé depuis 1945. Ce qui est historique aussi ,c'est qu'au-delà de la reconnaissance de l'erreur, la cour de cassation par son président est venue présenter ses excuses au nom de la justice. Elle a rappelé qu'il y avait beaucoup de dignité dans son combat, beaucoup de courage. Elle a rappelé aussi qu'il n'était pas nécessaire de le rejuger, que c'était terminé, qu'on n'aurait pas un nouveau procès comme c'est souvent le cas dans une révision. Là, on arrête-là. La justice s'est trompée. Elle l'a dit une bonne fois pour toute et il faut que Farid maintenant reprenne son chemin. "

"C'est l'aboutissement d'un magnifique combat pour l'innocence". "Ça fait chaud au cœur, qu'enfin, on puisse reconnaître que l'on s'est trompé et que cet homme est innocent. Ca va être affiché un peu partout, ça va être dit partout. Ça ne va pas être secret. C'est quelque chose qui va être su. Son nom est réhabilité, son honneur, sa dignité. Il y a lieu de s'en réjouir", a conclu l'avocat. 

Me Anne-Sophie Wagnon-Horiot, avocate de Julie D. qui avait accusé Farid El Hairy a indiqué à la presse qu'elle avait tout de suite annoncé la décision à sa cliente. "Elle est extrêmement soulagée, encore une fois, c'est elle qui est à l'initiative de cette procédure", a-t-elle souligné. 


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info