Après son divorce, un mari qui ne participait pas aux tâches ménagères l'a payé très cher

par A. Lo.
Publié le 9 mars 2023 à 15h36, mis à jour le 9 mars 2023 à 15h45

Source : Sujet JT LCI

En Espagne, un homme a été condamné à verser plus de 200.000 euros à son ex-femme dans le cadre de leur divorce.
Cette indemnité vise à compenser les tâches ménagères exclusivement accomplies par cette femme au cours de leur mariage.
Le juge a considéré qu'elle avait été privée de toute possibilité de carrière, en étant femme au foyer.

Des tâches ménagères rémunérées à leur juste valeur. En Andalousie, un juge espagnol a condamné un homme à payer une indemnité de 204.624,86 euros à son ex-femme pour s'être occupée de leur foyer durant leurs 25 ans de mariage. Une manière de compenser le temps passé à cette charge, qui l'aurait empêchée, selon le jugement, de pouvoir développer "toute possibilité de carrière".

"Le salaire minimum" pour 25 ans de mariage

Le jugement du tribunal de Vélez-Málaga, daté du 15 février, souligne effectivement que cette femme, mère de deux enfants, s'est occupée, à partir de son mariage, "de la maison, de la famille, avec tout ce que cela implique". Selon l'avocate de cette femme, la somme demandée représente "le salaire minimum" pour la période courant de juin 1995 à décembre 2020, c'est-à-dire 24 ans et demi.

Selon l'action en justice, la conjointe, mariée sous le régime de la séparation des biens, "était privée de toute possibilité de carrière en raison de son dévouement exclusif au foyer et à la famille", tandis que l'homme, "tout au long des années de mariage, a accumulé et augmenté ses biens de manière exponentielle". L'homme devra par ailleurs payer une pension alimentaire mensuelle à son ex-femme pour ses filles.

Dans une interview mardi à la radio Cadena Ser, cette femme a affirmé que son mari "ne voulait pas qu'elle travaille à l'extérieur", même si elle l'aidait en revanche dans les salles de sport, dont il était propriétaire, en s'occupant "des relations publiques, en étant monitrice". Elle n'était néanmoins pas payée pour ces tâches. Pour le reste, "je me consacrais exclusivement aux tâches ménagères, à m'occuper de mon mari, à m'occuper de la maison", a-t-elle raconté. Elle s'est dite "très contente" de la décision de justice, "bien méritée" selon elle.


A. Lo.

Tout
TF1 Info