La Cour suprême révoque le droit à l'avortement, ouvrant la voie à son interdiction

Etats-Unis : une loi du 19e siècle interdisant l'avortement réactivée en Arizona

Justine Briquet-Moreno
Publié le 24 septembre 2022 à 18h38
Etats-Unis : une loi du 19e siècle interdisant l'avortement réactivée en Arizona

Source : Capture TF1

Une juge de l'Arizona a rétabli une loi datant du 19e siècle qui interdit presque totalement l'avortement.
Un personnel de santé qui aiderait une femme à avorter s'expose à cinq ans de prison.

Une juge de l'Arizona Kellie Johnson a rétabli l'interdiction presque totale de l'avortement, réactivant une loi qui remonte au milieu du 19e siècle. Désormais, il ne sera plus possible pour une femme de pratiquer une interruption volontaire de grossesse (IVG) même en cas de viol ou d'inceste. La porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a condamné, ce samedi 24 septembre, "les conséquences potentiellement catastrophiques, dangereuses et inacceptables" de cette annonce. 

Lire aussi

Selon plusieurs médias américains, cela a pour conséquences de remettre en vigueur des textes extrêmement restrictifs datant de 1864 et 1901, une époque à laquelle les Américaines n'avaient pas même le droit de vote. Pour motiver une telle décision, la magistrate du comté de Pima a notamment cité la décision de la Cour suprême des  États-Unis d'annuler l'arrêt Roe v. Wade, le 24 juin dernier, qui consacrait le droit fondamental à l'avortement sur tout le territoire américain. 

Le personnel de santé risque jusqu'à cinq ans de prison

Selon elle, Roe empêchait jusqu'ici les Etats d'interdire formellement l'avortement. "Parce que la plus haute cour du pays a redonné le pouvoir de décision sur cette procédure au Congrès et aux États, cette règle peut également être annulée", a-t-elle écrit. Rendue publique ce vendredi, l'annonce de la juge Johnson précède l'entrée en vigueur de la loi, samedi 24 septembre, qui restreint les avortements après 15 semaines de grossesse en Arizona.  

Dans le cas où la décision rendue par la juge se confirme, le personnel de santé risque jusqu'à cinq ans de prison s'il remplit son devoir de soin. "Des personnes ayant survécu au viol et à l'inceste seraient forcées de porter les enfants de leurs agresseurs et des femmes (enceintes) ayant des problèmes de santé seraient confrontées à des risques terribles", s'est alarmée la porte-parole de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre dans un communiqué. 

Un bond de 150 ans en arrière

Le gouverneur républicain Doug Ducey estime que suite à ce revirement de jurisprudence, la loi adoptée pour interdire les IVG après 15 semaines de grossesse est celle qui prévaut, mais cette interprétation ne fait pas consensus. Kellie Johnson, quant à elle, affirme que la loi de 1901 remplace désormais celle qui était censée entrer en vigueur samedi.  Le planning familial de l'Arizona a critiqué le tribunal pour avoir remis au goût du jour une loi "archaïque", renvoyant "les Arizoniens 150 ans en arrière". 


Justine Briquet-Moreno

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info