Aéroports, lycées, musées : les fausses alertes à la bombe se multiplient ces derniers jours.
"Ces petits plaisantins, ces petits guignols, qui s'amusent avec ces menaces, seront retrouvés et punis", promet le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti.
"On ne laissera rien passer", a répété le Garde des Sceaux.

"Des petits plaisantins, des petits guignols" : Eric Dupond-Moretti s'est montré ferme, ce mercredi après-midi, au moment de qualifier les auteurs des fausses alertes à la bombe qui se multiplient ces derniers jours en France. Ce mercredi, 15 aéroports ont dû être évacués d'urgence après des menaces transmises par e-mail. Le château de Versailles a, lui aussi, connu une fausse alerte pour la troisième en cinq jours, sans compter les nombreux établissements scolaires touchés par le fléau (dans le Finistère, il y en a eu 33 sur la seule journée de mercredi).

"On ne laissera rien passer"

Le ministre de la Justice promet une réponse sévère à ces alertes données sans fondement. Ceux "qui s'amusent avec ces menaces, fausses en l'occurrence, seront retrouvés, ils seront punis", a déclaré Eric Dupond-Moretti à l'issue d'une visite d'inauguration d'un centre de détention rénové à Fleury-Mérogis (Essonne). Le garde des Sceaux a fustigé des "plaisanteries qui font naître la psychose", cinq jours après l'assassinat d'un professeur dans un collège-lycée d'Arras (Pas-de-Calais).

La situation au Proche-Orient, entre l'attaque du Hamas en Israël et la riposte armée de l'État hébreu, doit aussi attirer l'attention particulière des procureurs, souligne Eric Dupond-Moretti. "On ne laissera rien passer, a répété le ministre. Je demande aux procureurs d'être très réactifs, fermes, et de systématiquement poursuivre les actes d'apologie du terrorisme ou les expressions antisémites." Un total de 194 enquêtes ont été ouvertes pour ces faits, dont 42 pour apologie du terrorisme, depuis le 7 octobre, a précisé le respons.


T.A. avec AFP

Tout
TF1 Info