Féminicide à Grasse : un homme mis en examen et écroué pour le meurtre de sa concubine

Publié le 30 octobre 2023 à 12h41

Source : Sujet TF1 Info

Un homme âgé de 34 ans a été mis en examen pour "meurtre volontaire par conjoint" et placé en détention provisoire dimanche soir.
Le corps sans vie de sa compagne, âgée de 29 ans, avait été retrouvé dans leur appartement de Grasse (Alpes-Maritimes) dans la nuit de samedi à dimanche.

Il avait appelé les pompiers dans la nuit de vendredi à samedi peu après 3 heures du matin pour leur demander de lui venir en aide alors qu'il se trouvait dans l'appartement de sa concubine à Grasse (Alpes-Maritimes). À leur arrivée au domicile où se trouvait alors cet homme âgé de 34 ans, les soldats du feu l'ont retrouvé avec une plaie par arme blanche au niveau du cou. 

Les secouristes ont également découvert sur les lieux le corps sans vie d’une femme.  Âgée de 29 ans, celle-ci était alors "étendue sur le lit dans une chambre de l’appartement" et "présentait une plaie par arme blanche au niveau du cou et à l’arrière du crâne", a indiqué dans un communiqué dimanche soir Damien Savarzeix, procureur de la République de Grasse. 

Très rapidement soupçonné d'être l'auteur de ce meurtre, le suspect, après avoir été soigné à l'hôpital, a été placé en garde à vue samedi matin à 7 heures. Après plusieurs heures face aux enquêteurs, il a été mis en examen dimanche pour "homicide volontaire" et place en détention provisoire. 

Alcool et "souvenir confus"

Un autre homme, voisin de palier de la victime, avait été également placé en garde à vue juste après les faits avant d'être mis hors de cause. Ce dernier était présent à l'arrivée des secours. Il leur avait déclaré dans la nuit de vendredi à samedi lors de leur intervention "être son ami intime" et avait indiqué "avoir aperçu un homme ensanglanté vers une heure", a rapporté le magistrat. Pour autant, il n’avait pas contacté les secours. 

Au cours de sa garde à vue, le mis en cause s'est déclaré comme étant "le seul concubin de la victime, bien que ne vivant pas avec elle". Il a par ailleurs indiqué "avoir consommé de l’alcool au cours de la soirée et ne garder qu’un souvenir confus des évènements de la nuit du 27 au 28 octobre 2023". Expertisé par un psychiatre, ce dernier n'a présenté aucune pathologie et a donc été considéré comme responsable de ses actes.

Une plainte déposée par la victime puis retirée

Le casier judiciaire du mis en cause était vierge à ce jour. Toutefois, une plainte avait été déposée par la victime contre cet homme en 2021 pour des faits de violences volontaires par concubin. "La victime avait retiré sa plainte en cours de procédure. L’auteur des faits avait fait l’objet d’un rappel à la loi par une association habilitée, Ayant participé à la mesure décidée par le parquet, il bénéficiait d’un classement sans suite", a informé Damien Savarzeix, procureur de la République de Grasse dimanche dans son communiqué. 

Une information judiciaire du chef d’"homicide volontaire par conjoint, concubin ou partenaire lié à la victime par un pacte civil de solidarité" a été ouverte par son parquet.


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info