Féminicide dans le Puy-de-Dôme : le petit ami "laisse entendre que le coup de feu est parti tout seul"

Publié le 26 janvier 2023 à 18h10

Source : JT 20h Semaine

Une jeune femme âgée de 20 ans a été tuée par balles mardi soir à Lempdes (Puy-de-Dôme).
Son petit ami, soupçonné d'être l'auteur du tir, a été interpellé et placé en garde à vue.
À l'issue ce jeudi, il a été mis en examen pour homicide volontaire aggravé.

Un coup de feu, puis un bruit sourd, comme la chute d'une personne au sol. Voilà ce qui mardi soir, peu après 21h, a alerté les voisins d'un jeune couple domicilié à Lempdes, près de Clermont-Ferrand. 

Avisés des faits, les policiers se sont rendus sur place immédiatement et ont aperçu plusieurs individus en fuite, l'un d'eux se débarrassant d'une arme dans sa course. Âgé de 20 ans, celui-ci a été rapidement interpellé et placé en garde à vue. Dans l'appartement du couple, les secours découvriront ensuite le corps sans vie de sa compagne. La jeune femme, étudiante et elle aussi âgée de 20 ans, présentait une blessure au niveau de la tête par un projectile d'arme à feu. Le fusil de chasse a été saisi non loin du domicile. 

Que s'est-il passé ce soir-là dans l'appartement ? "Le mis en cause est resté très évasif. Il laisse entendre que le coup de feu est parti tout seul", détaille à TF1info Dominique Puechmaille, procureure de la République de Clermont-Ferrand. La détention d'un fusil de chasse au domicile du suspect, vendeur de profession, interroge car il n'était pas chasseur, selon les premiers éléments de l'enquête. 

Pas de signalement pour violences conjugales

Peu après les faits, les policiers ont également interpellé les trois individus qui se trouvaient aux côtés du jeune homme quand ce dernier a pris la fuite. "Ces trois personnes, arrivées sur les lieux du crime après le meurtre, ont été entendues en qualité de témoins et sont ressortis libres de leur garde à vue. Il semblerait que le suspect leur ait demandé ce qu'il devait faire après la commission des faits", explique la magistrate à TF1info. 

Le suspect, comme sa concubine, étaient inconnus de la police et de la justice. "Il n'y avait pas eu de signalement pour des violences conjugales" ajoute la procureure. Ils étaient installés dans cet appartement de Lempdes depuis le mois de novembre.

L'expertise balistique devra déterminer si le coup de feu, a pu, comme l'affirme le suspect, "partir tout seul". En attendant, le mis en cause a été mis en examen pour "homicide volontaire aggravé - car sur conjoint - et détention illégale d'une arme de catégorie C". Il devait être placé en détention, conformément aux réquisitions du parquet, dans la soirée ce jeudi.


Aurélie SARROT

Tout
TF1 Info