Féminicide de Nice : le principal suspect dit s'être défendu "d'une attaque commise par la victime"

Aurélie Sarrot
Publié le 3 juin 2022 à 13h00
Haut-relief de la façade du palais de justice d'Amiens, en 2012 (image d'illustration).

Haut-relief de la façade du palais de justice d'Amiens, en 2012 (image d'illustration).

Source : PHILIPPE HUGUEN / AFP

Le corps sans vie d'une femme trentenaire de nationalité russe a été découvert mercredi dernier dans une résidence de Nice.
C'est son enfant âgé de 9 ans qui avait alerté les secours.
Interpellé et placé en garde à vue, le compagnon de la victime, un Russe de 52 ans, dit avoir agi en légitime défense.

C'est le jeune enfant de neuf ans, présent lors de la commission des faits, qui avait donné l'alerte, mercredi 1er juin. Dans l'appartement familial de Nice (Alpes-Maritimes), les secours avaient retrouvé le corps sans vie de sa maman, présentant de nombreuses plaies à l'arme blanche. La victime, de nationalité russe, avait 34 ans.

Son compagnon, russe également, âgé de 52 et auteur présumé des faits, était lui aussi sur place. Interpellé et placé en garde à vue du chef d'"homicide volontaire aggravé", ce dernier "a contesté les faits qui lui sont reprochés, expliquant laconiquement s'être défendu d'une attaque commise par la victime", informe ce vendredi le procureur de la République de Nice, Xavier Bonhomme.

Lire aussi

Une autopsie dans les prochaines heures

Le magistrat précise qu'une autopsie sera pratiquée dans les prochaines heures sur le corps de la jeune femme. Le mis en cause sera, lui, présenté à un juge d'instruction dans le cadre d'une enquête judiciaire ouverte du chef d'"homicide volontaire par conjoint". "Des réquisitions de placement sous mandat de dépôt seront prises", ajoute le procureur.

Les investigations vont se poursuivre sous l'autorité d'un magistrat instructeur. Le mis en cause encourt la peine de réclusion criminelle à perpétuité.


Aurélie Sarrot

Tout
TF1 Info