Var : interpellation d'un homme soupçonné d’avoir tué sa femme qui tentait de lui échapper

La rédaction de LCI
Publié le 10 avril 2019 à 11h05
Var : interpellation d'un homme soupçonné d’avoir tué sa femme qui tentait de lui échapper
L'essentiel

FÉMINICIDE – Un homme âgé de 51 ans a été interpellé, dans la soirée du lundi 8 avril aux Arcs après 48 heures de cavale. Le quinquagénaire est soupçonné d’avoir assassiné sa femme après lui avoir tiré de dessus avec une arme à feu. Un peu plus tôt , la victime avait alerté les gendarmes à propos des menaces dont elle faisait l'objet. Lui était connu pour violences conjugales.

Elle avait alerté plusieurs fois les forces de l’ordre par le passé et celles-ci s'étaient déjà déplacées à quelques reprises pour lui porter secours. Samedi 6 avril, encore une fois, à 19h34, une habitante de Vidauban (Var) âgée de 51 ans avait appelé les gendarmes après que son mari l’avait menacée avec un couteau. Sans attendre les militaires, la quinquagénaire s’était réfugiée chez un voisin.  A leur arrivée à 19h52, le mis en cause n’était plus présent sur les lieux. Les  gendarmes avaient alors conseillé à la requérante de quitter le domicile pour aller se réfugier chez des proches.

Plus tard dans la soirée, alors qu’elle s’apprêtait à suivre les recommandations des militaires, cette mère de famille a été froidement abattue au volant de sa voiture. Quelques minutes plus tôt, à 21h, elle avait de nouveau contacté les secours pour leur dire que son mari était revenu sur les lieux, pour la menacer. Sur place à 21h06, les gendarmes n'ont pu que constater le décès de la victime et la disparition du suspect...

Interpellé aux Arcs

En cavale depuis ce féminicide, le quinquagénaire soupçonné du meurtre de sa femme, était activement recherché et faisait l'objet d'un mandat d'arrêt diffusé au niveau national. Il a finalement été interpellé, lundi 8 avril à 19h45 sur la commune des Arcs, dans le Var.

"Il a été aperçu sur Vidauban vers 19h au volant de son véhicule par un gendarme qui rentrait de son service. Celui-ci a immédiatement alerté les services de gendarmerie et un dispositif d’interception a été mis en place afin de mettre fin à sa cavale du suspect et l’interpeller", indique le procureur de la République de Draguignan, Patrice Camberou dans un communiqué publié ce mardi.

Le magistrat ajoute que "l’interpellation a eu lieu à l’issue d’une course-poursuite avec les forces de l’ordre, gendarmerie et services de police, qui s’est achevée par une sortie de route du véhicule du mis en cause sur la commune des Arcs, route de Sainte Roseline.  A cette occasion, un véhicule des gendarmes du peloton motorisé du cannet des Maures, qui s’est mis en travers de la route aux fins d’interception, a été percuté par le suspect, entraînant ainsi des blessures légères sur l’un des gendarmes".

Une arme à feu chargée retrouvée

Une arme à feu chargée, de type pistolet automatique calibre 9mm, ainsi que des munitions ont été retrouvées dans le véhicule du mis en cause. "Ces indices criminels sont en cours d’exploitation", précise le procureur.

Le suspect a été placé en garde à vue après son interpellation, des chefs "d’assassinat, port d’arme prohibée, violences sur personnes dépositaire de l’autorité publique". "A l'issue de sa garde à vue, qui a débuté [lundi 8 avril] à 19h45, une information judiciaire sera ouverte le 10 avril 2019 et il sera déféré devant un juge d’instruction aux fins de mise en examen des chefs susvisés", conclut Patrice Camberou.

Marié depuis peu, l'homme interpellé faisait l'objet depuis une dizaine de jours d'un contrôle judiciaire pour des faits de violences conjugales, indique le parquet. Il avait interdiction de se rendre au domicile conjugal sauf pour l'exercice de son métier. "Malgré ce garde-fou et ces mesures contraignantes, il est passé à l'acte selon les premières hypothèses (...)", selon le procureur adjoint Pierre Arpaia.

La victime avait trois enfants nés de précédentes unions, deux adultes et une fille de 13 ans. 

En France, une femme meurt en moyenne tous les trois jours sous les coups de son conjoint ou ex-compagnon. Selon les derniers chiffres officiels disponibles, 130 femmes ont été tuées en 2017 par leur compagnon, ex-conjoint ou petit ami.