Fillette tuée à Feurs : soupçonnée, la mère était "fragilisée" par une lourde histoire familiale

Maud Vallereau
Publié le 28 août 2017 à 21h59, mis à jour le 29 août 2017 à 15h47
Fillette tuée à Feurs : soupçonnée, la mère était "fragilisée" par une lourde histoire familiale

FAIT DIVERS - Le corps d'Océane, 11 ans, a été découvert samedi dans un pavillon de Feurs (Loire). Sa mère, qui est soupçonnée de l'avoir étranglée, a été hospitalisée d'office en raison de son état psychologique. Elle était tombée en dépression après avoir découvert que son compagnon avait abusé d'une de ses filles.

C’est la piste d'un infanticide commis par une mère "fragilisée" qui est privilégiée deux jours après la mort de la petite Océane. Samedi, le corps de cette fillette de onze ans a été découvert dans un pavillon de Feurs (Loire) où elle vivait seule avec sa mère. Le grand frère, qui était venu leur rendre visite, avait trouvé la sa petite soeur inanimée et alerté les secours. Mais il était déjà trop tard. 

Si les résultats de l’autopsie du corps de la fillette pratiquée ce lundi ne sont pas encore connus, les premiers éléments laissent à penser à un étranglement. Rapidement, les soupçons se sont portés sur la mère de l’enfant, âgée d’une cinquantaine d’années, qui a été placée brièvement en garde à vue. 

Le médecin qui l’a examinée samedi a jugé son état psychologique incompatible avec sa garde à vue, ordonnant son hospitalisation d’office. "Elle est ce lundi toujours hospitalisée et n’a pu être entendue pour éclairer les circonstances du drame", explique le procureur de Saint-Etienne à LCI. 

Une mère en dépression, une histoire familiale lourde

La famille était, selon nos informations, suivie par une association d’aide aux victimes dans le cadre d’une affaire familiale particulièrement lourde : la demi-sœur d’Océane, âgée de  21 ans et atteinte d'un handicap mental, avait été abusée par le compagnon de la mère. En janvier, ce dernier avait ainsi été condamné par la cour d’assises de Saint-Etienne à dix ans de réclusion pour avoir violé sa belle-fille. Le père d'Océane purge actuellement sa peine au centre de détention de Roanne. Ces faits pourraient-ils avoir un lien indirect avec l'affaire ?

Une source proche de l’enquête explique en tout cas que la mère, infirmière de profession, était depuis cette affaire particulièrement fragile. Elle était tombée en dépression et était en arrêt maladie. Selon Le Progrès, l'homme incarcéré avait fait une requête devant le juge des affaires familiales pour que sa fille Océane vienne lui rendre visite en prison, ce que la mère refusait. "Elle ne supportait pas l’idée qu’il puisse la revoir, a indiqué son avocat au journal. Elle s’est toujours demandée s’il n’avait pas abusé de cet autre enfant". 

Les expertises psychiatriques et son audition permettront peut-être d'éclairer la personnalité de cette femme et sur les circonstances du décès. L’enquête a été confiée à la brigade de recherches de Montbrison.


Maud Vallereau

Tout
TF1 Info